Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Michel-Ange, Paul III, et les testicules du Vatican.

Nous sommes en 1539...


Michel-Ange travaille sur sa titanesque fresque du Jugement Dernier.
200 nus gigantesques tordus ds ttes les positions possibles.

Il a 6O ans, et l'oeuvre, commandée par Clément VII en 1534 afin de conjurer le sentiment de terreur rôdant à l'époque (le sac de Rome a eu lieu en 1527, l'époque est pour le moins trouble et troublée), semble totalement irréalisable, même pour le grand Buonarroti.
Clément meurt en 34, c'est Paul III qui prend la relève.

Nous sommes donc en 1539, et Michel-Ange travaille sur sa titanesque fresque du Jugement Dernier...


Arrivent le Pape et ses Cardinaux, juger de l'état d'avancement de l'oeuvre.

Bagio de Cesena, premier conseiller du pontife, et genre à pisser de l'acide, est outré ; il déclare qu'une telle ribambelle de "parties honteuses" est plus à sa place dans une taverne ou une maison de plaisirs que dans la Chapelle du Pape, qu'il faut détruire cette horreur et durement châtier l'Artiste.

Michel-Ange serre les dents, impossible de répondre. Les choses en restent là...

Quelques semaines plus tard, le Pape et ses conseillers reviennent.
Et là...consternation !!
Par vengeance, Michel-Ange a osé peindre Bagio de Cesena, en Minos l'esclave de l'enfer, affublé d'oreilles d'âne, un serpent lui bouffant les testicules...(je rappelle aux étourdis que ça, normalement, c'était le bûcher direct. Avec des clous sous les ongles pour faire bonne figure)...Cesena, au bord de l'apoplexie, hurle auprès du Pape de faire quelque chose contre cette infâmie !!!

Moment de silence qu'on imagine très tendu...

Et le Pape, un petit sourire, de répondre : "Mon pauvre ami, je ne peux hélas rien faire ! Si encore Michel-Ange vous eut placé au Purgatoire, j'aurais pu intercéder en votre faveur auprès du Ciel ! Mais en Enfer, ni moi ni personne n'avons aucun pouvoir...".

Moralité : toujours faire attention lorsqu'on emmerde un Artiste de génie et un Pape malin. Au risque d'y gagner une postérité, certes, mais un peu louche ^^


Michel-Ange Buonarotti (1475-1564)
Le Jugement Dernier, détail de l'Enfer, portrait de Bagio de Cesena en Minos.
Fresque.
Entre 1534 et 1541.

Vues : 1123

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de De Ro jacqueline le 21 septembre 2016 à 11:55

Je relis avec plaisir les frasques de Michel-Ange et la réponse du Pape Paul III. Allez voir les 3 nouvelles fresques à Bruxelles dont une en face des Filles de Marie. O my God !!! Et pourquoi Roger Vanoutte est-il si aussi curieux ??? Ahahaha

Commentaire de Danielle Davin le 19 septembre 2016 à 17:46

Suis bienheureuse de voir Michel-Angelo à l'affiche! Il semble qu'en artiste génial, il en avait grand raz le bol des obligations et interdits ... et il s'est permis! Chapeau! Même si je n'ai pas le goût d'avoir le tableau ci-dessus chez moi, j'avoue.                                                                                                                       J'ai aussi entendu tout dernièrement une possible révélation/question d'importance: "Si le Vatican attire un nombre important, serait-ce, inconsciemment encore, par les vibrations de nombreux chef-d’œuvres?" 

Commentaire de Antonia ILIESCU le 19 septembre 2016 à 14:10

La statue de David de Michel-Ange a passé, elle aussi, par des moments pénibles, pour trouver sa place. On la trouvait indécente, on a essayé même de couvrir les parties honteuses par une feuille de vigne... Bref, ce n'était pas facile d'être un artiste de génie aux temps marqués par le bûcher de Savonarole ...

Commentaire de Rodrigue Vanhoutte le 7 juillet 2016 à 15:18

Michel Lansardière, vous admettrez que la position de Eve est des plus louches, effectivement...qu'était-elle exactement occupée à faire lorsque le serpent l'a dérangée...? :)

Commentaire de Rodrigue Vanhoutte le 7 juillet 2016 à 15:17

Ma foi (hehe), on m'a reproché la nudité de mes pleureuses, dans un polyptyque sacré il y a une dizaine d'années. Résultat, je n'ai pas pu l'exposer chez les catholiques, mais bien chez les protestants, dans un Temple s'il-vous-plaît... Cherchez l'erreur ah ah ah :D

Commentaire de Lansardière Michel le 3 juillet 2016 à 15:08

Sapristi ! s'attaquer ainsi au fondement de l'art !

Commentaire de chomarat dudon le 2 juillet 2016 à 17:33

  nous sommes en 2016  et je connais des artistes qui ont eu des problèmes dans des expositions, tout comme

MIchel- Ange qui à osé mais qui heureusement s'en est bien sortie

Commentaire de Danielle Davin le 30 juin 2016 à 20:11

Sacré Michel-Ange! Il devait en avoir bien raz-le-bol des conditionnements & limitations et a osé, à sa façon, l'exprimer!

Commentaire de Rodrigue Vanhoutte le 30 juin 2016 à 15:43

Ah ah ah exactement, Mme De Ro !!
(Il faut admettre que sur ce coup-là, ils ont tous terriblement bien joué leur rôle :D )

Commentaire de De Ro jacqueline le 30 juin 2016 à 15:31

Olé .....Vive les sarcasmes du temps des florentins, des Laurent et des Farnèse et vive le Grand Buonarotti

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation