Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

L'ombre de ces fantômes

Qui surplombent nos routes

Seule, dispense le baume

Pour accepter les doutes...

 

Les leçons qu'ils nous laissent

Leurs exemples divers

Font que forces renaissent...

Pour accepter l'hiver!

 

Apprendre à travers eux

Le goût de l'éphémère...

Qu'on ne peut être heureux

Qu'il ne sert d'être amer...

 

Poursuivre avec les ombres

Capables d'illuminer!

C'est sortir des décombres...

Plus fort d'avoir aimé!

 

Accepter qu'elles murmurent

Que la vie n'a qu'un temps...

Mais que pourtant perdure

Sa musique dans le vent...

J.G.

Vues : 61

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 24 avril 2011 à 15:49

Cher Gil,

Il y a en effet différence entre cette dépression trop à la mode dans les moeurs d'aujourd'hui et les bonnes questions que la vie nous fait poser lorsque la réflexion fait partie de notre moi. Je pense qu'il y a un lien entre nos gènes et tous ceux qui nous ont par leurs propres pulsions menés à être aujourd'hui! Je crois qu'en nous est inscrit toute chose et qu'un vie pour décanter est parfois trop courte... Alors il y a ces fulgurances, non, je ne suis jamais venue ici et pourtant je connais! non, je n'ai jamais tenu de pinceau auparavent et pourtant j'ai besoin de peindre. Oui, il n'est pas raisonnable d'aimer et pourtant j'aime!

Ces réponses que l'on cherche et que l'on ne trouve que rarement, elles sont je crois, quelque part en nos gènes et la beauté d'une journée de printemps que vous savez si bien saisir sur la péllicule détient en elle ce que nous pouvons espérer de bonheur...

Merci infiniment pour cet échange.

Amicalement

Jacqueline.

Commentaire de Gil Def le 24 avril 2011 à 9:55

Bonjour Jacqueline,

 

Je n’ai pas encore accepté de véritables fantômes autour de moi…

 

Mais, depuis quelque temps, ma vie s’est fortement peuplée du retour de mes êtres chers, et par des images qui superposent au moins deux temps, et forment une sorte de dépression qui n’a rien à voir avec une quelconque instance de déprime, parce qu’elle est plutôt de l’ordre de nombre de pas vers la sérénité, sans savoir si c’est possible. Dans cette dépression, il y a en tout cas les bonnes questions posées sur ma propre vie… Admettre la vie précaire, la vie éphémère, quand on la ramène à chaque histoire humaine, à la sienne finit par faire cette voie où l’on apprécie d’autant mieux, tellement ses petits bonheurs, ainsi capables d’en ramasser encore dans le temps du dernier bail… Tous ces êtres chers, ces écritures de portraits vivants recomposés, sont ainsi dans tout ce que j’écris …

 

Une autre chose me trouble relativement souvent. C’est cette force invisible et indéfinissable qui m’amène en des lieux précis comme si j’y avais rendez-vous ou devais y retrouver quelque chose. Il ne s’agit pas de lieux nostalgiques puisque j’ai quitté la région où j’ai vécu pendant un demi-siècle. Il s’agit de lieux que je ne connaissais pas. Ma surprise a été de découvrir qu’en ces lieux avaient vécu ou étaient passé en des temps difficiles des personnes que j’admirais depuis longtemps, et aussi des personnes dignes tout autant d’admiration et qui auraient eu des choses à me dire comme pour sortir de l’oubli. Hasard mêlé de passion forte de l’histoire des hommes pourrait être la partie rationnelle de cela, mais je ne saurais expliquer tous ces flashes d’images, ces murmures ou ces cris, qui me viennent alors.

    

La conclusion ? Votre texte me parle … Qu’importe si pour tout nous n’avons d’explication rationnelle, l’important est de savoir et de pouvoir s’assumer vie précaire, vie éphémère et par ces portes paradoxales, vie belle …

 

Bonne journée.

Amitiés. Gil

Commentaire de Anne RENAULT le 23 avril 2011 à 22:55

Tout n'est qu'impermanence...

C'est bien beau, ce que murmurent les ombres, et l'on a bien envie de les écouter....

Amicalement

Anne

Commentaire de NICOLAS Blanche Nadine le 23 avril 2011 à 11:25

Les projections du passé hantent nos vies...à notre insu ! Quelquefois, la conscience s'aiguise et nous les percevons...coincés, peut-être, entre deux dimensions ? Brrr ! Merci Jacqueline et joyeuses Pâques à tous !

Un clin d'oeil à Chris....ces choses-là n'arrivent pas qu'aux autres !

Commentaire de Nicole Duvivier le 23 avril 2011 à 10:29

Bonjour Jacqueline,

Je savoure tes lignes ...belle musique des mots, réflexions sur la Vie pleines de sagesse ...

Une ombre nouvelle m' accompagne depuis février, fantôme ami d' un homme riche du savoir de la terre...

Beau we de Pâques à toi aussi ! Amitiés, Nicole

Commentaire de Brigitte Pruvost le 23 avril 2011 à 10:29
Très beau poème Jacqueline, plein de sagesse, accepter "l'éphémère" pour mieux apprécier le présent, préserver ce lien avec l'invisible et toujours plus fort, se relever pour mieux aimer. Merci à toi et beau week-end.  
Commentaire de Arlette A le 23 avril 2011 à 8:38

Troublante histoire Chris...

Les ombres qu'il faut savoir observer signe de sagesse Merci pour cet intermède Jacqueline

Belles Fêtes de Pâques en lumière et soleil

Arlette

Commentaire de Pirschel Robert le 23 avril 2011 à 1:57

Joli ! Et que de belles rimes parfaitement correctes.

Comme je discute sur tout: 

Capables d'illumineR......

Plus fort d'avoir PU aimeR            (Parce que ce n'est donné à tout le monde d'aimer)

 

Et, 

Que le vie n'a qu'un tempS........

Sa musique dans leS ventS        (Parce que, Eole en fait tant, l'Autan, le Mistral, etc)

Mais tout cela c'est juste pour "chicaner" ! Mon coté "casse bonbon" de perfectionniste ne m'en tiens pas rigueur! 

10/10, c'est ma cote.

Amicalement.

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation