Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

« Le producteur de bonheur» de Vladimir Minac par Les Baladins du miroir

Ce nouveau spectacle des Baladins du miroir est un divertissement théâtral doublé de satire, ourlé de bribes poétiques, bourré de truculence  et combiné avec des numéros d’acrobatie faisant partie du drame, au sens propre. C’est une façon très appropriée de donner vie à la galerie de personnages du  chef d’œuvre  de Vladimir Minac, auteur slovaque: «  Le producteur de bonheur» (1964). Une façon de débusquer le désir de bonheur qui se cache dans les interstices de la réalité.

Il y a cette séquence inoubliable de l’homme virevoltant dans son cerceau géant, hésitant comme une pièce de monnaie qui roule sur une table. Pile ou face ? Deux côtés de la réalité. La créativité et la liberté s’invitent de toutes parts : depuis l’excellente  dramaturgie et  mise en scène de Nele Paxinou jusqu’à l’extraordinaire « conception et mise en espace des rêves » de Marco Taillebuis. Oui, vous avez bien lu. Dans cette histoire imaginaire et cocasse il y a un double fond : trois terrifiantes incursions  dans le rêve ou dans le cauchemar kafkaïen.  La création musicale trouve également sa place puisqu’une « musical band » de personnages tous habillés de noir à la Charlie Chaplin s’empresse d’effectuer les changements de décors, sous forme de jongleries, tout en  jouant trompettes, violons et accordéon. Un peu intempestifs parfois.  Les décors dynamiques dont l’imaginatif concepteur est Lionel Lesire convoquent le surréalisme et  la dimension onirique. Eclairage et costumes  de saltimbanques donnent une touche finale d’illusion  bienvenue sous un chapiteau qui ouvre sur d’autres réalités.

En attendant Tobago ou la promesse d’une île.  L’histoire est celle d’un escroc bouffon et de son valet, tous deux paumés.  Frantichek Oïbaba a le verbe haut  et le gosier en pente. Il promet une île à son valet et il en fera le roi! Avide du rêve de bâtir des entreprises florissantes, cet original fait miroiter à ses  proies le rêve, le voyage, la liberté, la fantaisie dont l’auteur, écrasé par le régime communiste, semble avoir rêvé lui-même. L’escroc de troisième classe choisit l’oisiveté pour lui, l’exploitation pour ses « associé(e)s ».  Oïbaba, sorte de Don Quichotte de l’Est, part à l'assaut de la dictature, de la bureaucratie et de la pensée unique. Il se dit être un homme libre qui a le courage d’être différent et de s’extraire de la fourmilière.  « Saisir son couteau à rêves et ciseler l’avenir.» « Tenter sa chance ! Ça veut dire sortir du rang. Rêver à un destin unique. Tout qui marche dans un régiment, veut en sortir. » On est bien d’accord et c’est la phrase qui fait tomber toutes les défenses de ses collaborateurs forcés.

Et ce gueux abusif,  porte-parole du droit à la liberté sera gagné par la chaleur de la fraternité. Il se définira à la fin comme escroc honnête, le fils prodigue d’un autre temps. Le propos est chaleureux, parfois grave,  la mise en vie des personnages burlesques est bouillonnante et baroque, à mi-chemin entre le théâtre et le cirque.

 

Le texte a été traduit par Maja Polackova et Paul Emond.

Sur scène: Robert Guilmard (Ojbaba), Alexandre Dewez (Lapidus), Jimena Saez (la
veuve), Sophie Lajoie (Kataerina), Diego Lopez Saez, Geneviève Knoops (l’épouse
du peintre), David Matarasso, Simon Hommé, Aime Morales Zuvia et aux instruments
Grégory Houben ou Johan Dupont, Aurélie Goudaer,  Wout De Ridder)…

http://www.lesbaladins.be/b_fr.html

 

Du 20 septembre au 6 octobre 2012
Sous chapiteau non numéroté – Parking Baudouin Ier  http://www.ateliertheatrejeanvilar.be/fr/saison/detail/index.php?sp...

 

Vues : 339

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Deashelle le 28 septembre 2012 à 12:22

Quand un homme promet une île, qui ne le suivrait pas ? Surtout s’il y ajoute un emballage de mots défiant la plate réalité. Cet homme, poète pragmatique, séducteur faible et créateur de rêves carburant sec a la picole, s’appelle Frantichek Oïbaba. Et celui qui le suit, Cyril. Rebaptisé Lapidus, un nom de roi soi-disant et aussi d’esclave.  Ensemble, le maître et le disciple vont tenter d’atteindre leur objectif imaginaire. Le maître en usant de stratagèmes et de combines bancales et le disciple en y croyant vraiment mais aussi en désenchantant.

La nouvelle création des Baladins du Miroir, habitués de Théâtre au vert, combine burlesque, rêverie et envolées poétiques. Disons un coup d’envoi efficace pour le festival parce qu’il s’y dénoue du jeu fédérateur et du spectaculaire. C’est d’ailleurs sans doute le secret des Baladins. Dans le sens : "en sortant d’ici, vous ne pouvez pas être déçu".  Rien d’exceptionnel mais une pièce très bien construite par contre. La troupe possède surtout cette polyvalence artistique de haut niveau et offre la richesse des arts entremêlés.  Le travail du texte amène quant à lui un côté vrai et des dialogues vivants, même si on se situe plutôt du côté des années 60 dans un système communiste qui a pris la poussière mais intelligemment critiqué. La langue est à la fois populo et subtile, situant le spectateur dans une strate narrative entre terre et ciel. Comme dans un mythe.

Des "cauchemars" d’Oïbaba viennent interrompre l’histoire en nous faisant participer aux problèmes de conscience de cet homme "original". S’ils colorent la pièce de délires ubuesques (pour reprendre les mots de Paul Emond) ou encore à la Lewis Carroll, ils empêchent peut-être le libre cours à l’imagination. Bref, ils font partie du texte et les comédiens ont réussi à leur donner une jolie teinte fantastique.

La chute moralisatrice de ce roman adapté au théâtre se rabat sur l’amour et sa puissance éternelle. Un Happy end qui clôt gentiment le spectacle. Que dire de plus ?

Commentaire de Nicole Duvivier le 28 septembre 2012 à 9:37

Merci de l' info, Deashelle ! Belle journée ! Nicole

Commentaire de MARIA TERESA BERTINA le 27 septembre 2012 à 16:22

Merci Deashelle

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation