Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Le château de Jehay

Antonia Iliescu                                                 

On cherche souvent la beauté et l’inédit dans des endroits très éloignés, comme si la distance serait un garant pour la réussite d’une promenade. Une chose sensationnelle à te couper le souffle, on peut pourtant la trouver dans le pays même où tu habites, à seulement quelques kilomètres de ta maison. C’est ce qui nous est arrivé ce dimanche de juillet, quand nous décidâmes de visiter Le château de Jehay – Amay (la Province de Liège – Belgique).

Si tu es curieux de connaître l’histoire des lieux, tu apprendras que ce château coquet, vêtu d’une robe mouchetée – (mélange d’un style architectural gothique et libanais) – bâti sur un petit îlot d’un étang naturel, conçu initialement comme une forteresse médiévale, date du XIe – XIIe siècle, étant un remarquable exemple de la Renaissance mosane. 

Il est entré dans le patrimoine de la famille Mérode dans les années 1492 et dans les années 1680 il devient la propriété d’une famille noble, la famille Van den Steen. Entre 1938 et 1950 il est destiné à recevoir les enfants des chemineaux belges de la SNCB, pendant leurs vacances d’été.

Le comte Guy Van den Steen (1906 – 1999), le dernier propriétaire du château, l’a vendu (par rente viagère) à la Province de Liège qui devint ainsi la propriétaire des lieux à partir du 20 décembre 1999, la date de la mort du comte.

Le visiteur assoiffé à la fois d’art et d’histoire, aura la surprise de découvrir un élément inédit au Château de Jehay : le comte Guy Van den Steen est l’auteur de nombreuses œuvres d’art (principalement des statues en bronze) qui embellissent tant l’intérieur que l’extérieur : le parc peuplé d’arbres, de fleurs, de fontaines et des eaux tombant en marches liquides sur des nymphes et d’autres personnages légendaires.

Dès qu’il est entré en possession des lieux, le comte et son épouse, la marquise Moyra d’Ormonde, n’a pas cessé d’ennoblir la résidence avec des précieuses collections d’argenterie, une riche collection numismatique, des tableaux peints par des peintres flamands célèbres, des tapisseries tissées dans des nuances vertes – bleuâtres, des vases, meubles style baroque, dentelles et porcelaines chinoises …).

Le comte a habité le château jusqu’au dernier instant de sa vie, « en faisant partie des meubles » (l’expression du guide). Les visiteurs étaient surpris de le rencontrer dans une pièce quelconque, en surgissant devant eux comme un vrai amphitryon prévenant, toujours disposé à donner davantage d’explications à ceux qui auraient été intéressés par l’histoire du château. Il fut une personnalité complexe, étant un passionné spéléologue mais aussi un amateur de promenades montagnardes et un champion de ski très connu. Mais ce n’est pas tout ! Le comte était également un archéologue inné, en collectionnant tout au long de sa vie environ 22 000 pièces d’archéologie, qui sont aujourd’hui déposées dans les caves du château. Une partie de celles-ci ont fait surface grâce aux fouilles effectuées  dans la cour même du château, ces preuves attestant le début de la vie sur le domaine en commençant avec la période du Mésolithique.

Une fois entré dans la cour du château, dès que tu as laissé derrière le point d’information et la Billetterie, une statue étrange t’invite à t’approcher : “La mante religieuse”, portant sur ses ailes la femme. Plus tu t’avances sur l’allée plus tu es attiré vers le corps nu en métal, chevauchant le corps de l’immense insecte, dans une position voluptueuse, frisant à la fois l’obscène et le sublime. Tu te rapproches, séduit et charmé par les formes vénusiennes. Tu contournes la statue pour en découvrir les détails. La femme, malgré ses charmes, t’apparaît tout à coup hideuse et sauvage, dans son rôle d’amazone qui dirige avec l’habilité d’un jockey l’homme agenouillé sous elle. Cet homme à la tête de sauterelle, dans un abandon total devant ses propres sens, se laisse volontiers enchaîné et humilié. Pendant que la femme ricane vers le voyeur, en criant satisfaction, l’homme accepte sur ses épaules la tête de la mante religieuse qui le dévore, tandis que sa propre tête pend quelque part en arrière, détachée du tronc, les yeux fermés.

Tous les œuvres de Guy Van den Steen (dans la plupart des cas des nus, réalisés soit en bronze soit en bois) représentent un hommage apporté à l’être humain, à la fois à son corps et à son esprit, recherché dans des époques légendaires.

Les deux vitraux qui enjolivent le hall d’entrée portent les signes du blason de la famille Van den Steen accompagnés par deux commentaires en latin : “Recte Faciendo Neminem Timeas" (“en faisant le bien tu n’as personne à craindre”) si "Semper et ubique Fidelis" (“fidèle toujours et partout”). 

L’uns des murs du hall sert de support pour l’une des plus valeureuses sculptures de l’artiste, qui a nécessité une dizaine d’années de travail (1966-1976). Il s’agit de « “Marsyas et les nymphes", une nouveauté dans l’art sculptural, par l’introduction de la perspective en 3D.

 

       “Marsyas et les nymphes" - Guy Van den Steen

Cet œuvre est réalisée sur une surface concave, par une technique appelée « la technique du relief progressif ». Les personnages sortent effectivement du plan (bas relief) pour s’avancer vers le visiteur avec seulement une partie du corps (élément qu’on trouve aussi dans la sculpture moderne contemporaine de Igor Mitoraj).

Toujours dans le hall d’entrée, au centre, on peut admirer une autre sculpture, posée sur une table entre le buste de l’auteur (à gauche) et le buste de l’épouse de l’artiste, la marquise Moyra d’Ormonde (à droite) : “Désespoir”.

Désespoir” - Guy Van den Steen

Tout comme autrefois Michelangelo Buonarroti, Guy Van den Steen sculptait « à la manière scientifique », étudiant avec passion, attention et méticulosité l’anatomie du modèle. “Mains en prière” fut réalisé d’après une étude approfondie de la main féminine et masculine :

 

                                                       “Mains en prière” – Guy Van den Steen

                                                                                                                                                                                                                         

Chaque pièce du château porte l’empreinte du génie créateur du comte, qu’il s’agisse de sculptures, peintures, meubles ou lustres réalisés en fer forgé. Tout est vivant au château et « parle ». Deux magnifiques statues gardent les deux côtés de la porte d’entrée, en dépassant la symbolisation des personnages qu’elles incarnent : “Achille pleurant Patrocle” et “Innocence”. Au delà de l’héros de l’Iliade  d’Homère, apparaît – humble, triste et résigné  - le vieux, face à face avec l’innocence qui semble désormais lui être inaccessible.

 

     “Innocence” - Guy Van den Steen 

                                                                                      

Achille pleurant Patrocle” - Guy Van den Steen

 “La mort d’Ophélie”, une autre impressionnante sculpture, raconte dans un morceau de bois de chêne, tout le drame shakespearien « Hamlet » (l’œuvre est rangée sur le sol, à l’horizontale et Ophélie flotte portée par les eaux de chêne).

En bordant l’allée des deux côtés, des murs bas, portant sur leurs bras des eaux et des nymphes, créent une atmosphère de paix et de rêverie. Quelques mètres plus loin, la végétation du parc commence à raconter son histoire écrite sur des feuilles blanches de papier, collées à l’écorce des arbres :  

 

“Ce ne sont point des paroles inutiles qui sortent

De la bouche des arbres.

Ce sont de silencieux messages d’amour

Ce sont des cris écrits à même l’écorce »

                                                  (J. Beaucarne)

                                                         “Nymphe” de Guy Van den Steen 

 

 « L’arbre est du temps

Qui n’en finit pas

De s’incarner »

                                  (E. Guillevie)

***

« Les arbres, chemin entre terre et ciel»

(J. Beaucarne)

 

_______________ 

21 juillet 2007

(photos A.I.)

Vues : 1117

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Antonia ILIESCU le 5 juillet 2012 à 14:39

Eh oui, le chateau vous attend tous à le découvrir, c'est un endroit magique, vous verrez. Merci de votre visite Maria Térésa. Amitiés,

Commentaire de MARIA TERESA BERTINA le 4 juillet 2012 à 18:03

Merci Antonia, pour cette magnifique découverte;j'ai hâte de le découvrir un jour.

Amitiés

Commentaire de Antonia ILIESCU le 29 juin 2012 à 13:32

Merci Nicole, merci Liliane de vos beaux commentaires. Le mérite est, après tout, à la beauté de ces lieux et à la personnalité redoutable de ce comte Van den Steen ; et cet amalgame inspire pas mal de plumes. Belle journée à vous,

Commentaire de Liliane Boulvin le 29 juin 2012 à 13:19

Merci Antonia ...J'ai adoré cette visite contée avec tant de talent !

Bon week-end plein de pépites de 'beau-nheur'.

Amitiés.

Liliane.

Commentaire de Nicole Duvivier le 29 juin 2012 à 11:42

Bonjour Antonia,

Merci du partage !  J'ai " dévoré " ton commentaire, ne connaissant ce château que de vue, j' en ignorais l'histoire et surtout le talent de sculpteur  de son dernier propriétaire !  Tu as un merveilleux talent de conteuse !

J'ai beaucoup apprécié les quelques vers de notre ami Julos, en hommage aux arbres ! 

Belle et douce fin de semaine ! Amitié, Nicole

Commentaire de Antonia ILIESCU le 29 juin 2012 à 9:51

J’ai écrit ce reportage après une visite guidée au château de Jehay, un dimanche d’été. Des petits poèmes étaient accrochés aux arbres sur le domaine. Ce fut une journée inoubliable. Chère Claudine, c’est absolument à voir ce bijou wallon! Belle journée,

Commentaire de claudine quertinmont le 28 juin 2012 à 19:04

Merci pour ce superbe reportage Antonia.  Bonne soirée à toi.  Claudine.

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation