Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

 Jonathan était né à Gdynia en Pologne. Lorsque les  allemands envahirent la Pologne, il était âgé de quatorze ans. Il fréquentait le collège depuis trois ans, et prévoyait d’entrer plus tard à l’Université de Cracovie pour y apprendre la philosophie.

C’était un adolescent intelligent, fort séduisant, qui retenait le regard des jeunes filles autant que celui de leur mère.

Le soir, Jonathan se rendait à la Yeshiva, une école dirigée par des rabbins, où il apprenait l’hébreu et la Thora. Dans chacun de ces établissements, il apprit le plaisir de la discussion et l’importance qu’il y avait à chercher et à trouver les bons arguments. Il faisait la joie de ses parents. Orthodoxes, ils respectaient les rituels prescrits, et toutes fêtes étaient motifs à se ranger aux côtés des élus. Aux yeux de leur dieu, ils étaient des modèles vraisemblablement.

Son grand père, Salomon, était un rabbin respecté de la communauté. Souvent, Jonathan lui rendait visite pour lui parler de ses études ou lui demander conseil. Avec son grand père, il ne craignait pas d’avoir les sujets de conversation qu’il ne pouvait pas avoir avec son père. Au sujet des filles par exemple. Il faut bien le reconnaitre, juives ou non, aux yeux d’un jeune garçon, elles avaient toutes des attraits qui donnaient à rêver, la nuit généralement, et même alors qu’on ne dormait pas encore. 

Jonathan avait un frère, Samuel, de deux ans son cadet, et beaucoup moins préoccupé de religion. Lorsqu’il jouait avec ses amis, juifs ou non, les coups pleuvaient fort de part et d’autre. Samuel avait appris très tôt que les coups étaient beaucoup plus convaincants que les arguments les mieux élaborés lorsqu’on avait affaire à des interlocuteurs que la philosophie n’intéressait pas.

Qui peut dire lequel des deux frères avait raison ?

Avant la guerre déjà, il y eut  des pogroms encouragés par les autorités. Tuer ses semblables défoule, a dit je ne sais plus quel sociologue. Un soir que Jonathan était auprès de son grand père, un groupe dont personne n’eut été capable de dire quel en était le plus soûl des participants, deux d’entre eux, munis d’une hache, fracassèrent la tête du rabbin tandis que les autres le tirèrent hors de chez lui, et l’abandonnèrent en criant mort aux juifs. Cette frénésie à tuer les avait empêchés de voir Jonathan, pétrifié derrière l’armoire où le grand père rangeait la Thora.

C’est ce jour-là vraisemblablement qu’il apprit à se taire, et que ses yeux prirent cette couleur de noir qui fit dire, longtemps après encore, qu’il avait de beaux yeux dans lesquels ont se serait noyé.

Ses parents et lui furent arrêtés un peu plus tard. Ils furent mis dans des camps de concentration, séparés et, probablement, brûlés dès que les premiers fours furent construits. A l’exception de Jonathan parce que le commandant du camp avait été séduit par sa beauté. Et par son intelligence, affirmait-il.

Les commandants de camps étaient des officiers. Des gens qui sortaient des bonnes écoles. Ils étaient sensibles à l’intelligence et à la beauté. Il fît de Jonathan son domestique personnel, et son amant. Jonathan voulait vivre. A tout prix.

A la libération du camp, il vivait en effet. Il émigra en Belgique. Mais il n’était plus orthodoxe, il avait un compte à régler avec le tout puissant ; disait-il.

Saisi d’une fringale de connaissances, Jonathan entama des études de droit. Il voulait devenir avocat. Sa femme trouva un poste dans un Grand Magasin de sorte qu’en se serrant au maximum ils purent subsister. Le soir et le week-end Jonathan donnait des cours de français à des compatriotes. Ce n’était pas un français impeccable mais il était amplement suffisant pour des gens dont la plupart ne parlaient qu’à leurs compatriotes.  

Jonathan faisait les choses systématiquement. Il disait qu’il était nécessaire de se tracer une route à suivre et de la suivre scrupuleusement si on voulait atteindre le but qu’on s’était fixé.

A la fin de ses études, il entra en stage dans le cabinet d’un de ses professeurs. Il s’exprimait désormais parfaitement en français. Seul, un léger accent révélait ses origines. Et la langueur de son regard, typiquement slave, disait ses interlocutrices.

Lorsque sa femme mourut d’un cancer, il décida de mourir à son tour. Il n’avait rien oublié. Il avait un compte à régler avec le très haut.

Il n’y eut personne à ses funérailles.

 

Vues : 71

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Quivron Rolande le 2 mars 2014 à 18:30

Merci. Je ferai part.

Commentaire de Maurice Stencel le 28 février 2014 à 13:44

Bonjour à la famille.!

Commentaire de Quivron Rolande le 28 février 2014 à 13:04

Bonjour ami Maurice,

Cette nuit m'est venue des strates de souvenirs évidemment et la chanson de Daniel Guichard n'a cessé de me fredonner à l'oreille :"Ce n'est pas à Dieu que j'en veux, mais à ceux qui m'en ont parlé". C'est également ma conviction. Car ce Dieu que j'adore et que j'aime a trop souvent servi de support à n'importe quelle propagande.

Et ce n'est pas fini, hélas.

J'ai aussi pensé au Père Kolbe. Ah si Jonathan avait eu la chance de le rencontrer, sa vie en aurait certainement été changée. Il suffit d'un regard d'amour comme le faisait le Christ pour que l'âme en soit toute illuminée.

La nuit est souvent créatrice. Hélas .... il faut avoir la possibilité d'enfreindre les interdits pour soit écrire, soit peindre. ....Ce qui n'est pas à la portée de tous.

Merci pour vos nouvelles. Que j'attends chaque jour.

Demain je ferme tout pour quelques jours. La famille en premier comme souvent.

Amitiés. Rolande.

Commentaire de Quivron Rolande le 27 février 2014 à 20:14

Magnifique ! Je comprends parfaitement que l'on puisse éprouver des sentiments de haine et de vouloir en découdre avec le Très Haut .... et surtout envers ceux qui se servent des textes  pour faire peser des fardeaux trop lourds sur les épaules des "croyants".

Il reste à L'interpeler en direct et même en tendant le poing : "Si tu existes, alors, manifeste-toi".  

En faisant fi de ce que peuvent penser ceux qui vous affirment hautainement : "Il est interdit de se révolter".

Juste après la guerre, nous avons tout appris des camps : les actualités de l'époque ne ménageaient guère les prés adolescents que nous étions. A l'école, nous étions emmenés au cinéma après une préparation préalable, cela va de soi.

Un des cousins de ma mère a été décapité au camp de Wolffenbuttel. Toute une histoire qu'il serait bon que je raconte un jour .... Il s'était évadé en Angleterre et était devenu membre du War Office, donc, agent secret.

Parachuté régulièrement en zone occupée pour y effectuer des "Missions".

Arrêté à Bruxelles lors d'une ultime mission .... avant d'être envoyé en Allemagne en 1944 !! Et ....

Bonne soirée. Rolande.

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation