Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

A Saint Laurent sur Manoire vit une princesse,
Non pas l’étoile qui brille de son regard aveuglant
Telle actrice qui décline des vers ou crève l’écran,
Mais une simple femme qui parsème le ciel de sa tendresse.

Elle arpente le jardin au pied du château en reine,
Un petit ventre rond dissimule un futur seigneur
Lui donnant parfois, penchée de fatigue, un air de langueur
Sans que rien au fil des jours ne ressemblât à de la peine.

C’est la promeneuse de Manoire attachée à l’esprit du manoir.
Pour qui ne le connaît encore le voilà qu’il plane
Et tombe sur nos têtes par elle comme un assommoir,
Parlant dans ce subtil silence au fer forgé de nos âmes.

Son petit garçon de cinq ans ne lui tient pas la main,
Ne vagabonde pas et ne court pas à la rivière bordant l’édifice.
Ses yeux balaient l’univers comme des torches un précipice,
Fouillant pour sa mère qu’il protège le moindre recoin.

Les voilà qu’ils s’éloignent nous laissant figés,
Ne sachant comment saisir nos pensées les pires
A la vue de ce jeune enfant au visage fermé
Et une châtelaine au seul regard de tout conduire.

A Saint Laurent sur Manoire roule un fauteuil appareillé;
Ici chacun connaît la fortune non la détresse.
Une simple femme qui parsème le ciel de sa tendresse
Apaise nos peurs et nous donne le force d’avancer.

Vues : 104

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 21 février 2015 à 0:20

Merci Adyne pour votre sensibilité,
Passez aussi un bon week-end,
Mes amitiés
gilbert

Commentaire de Gohy Adyne le 20 février 2015 à 21:00

Une histoire hors du commun et qui nous interroge.

Merci Gilbert.

Bonne fin de semaine.

Amitiés.

Adyne

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 20 février 2015 à 19:40

Merci Liliane d'avoir apprécié ainsi que Michel cette leçon que j'ai prise au hasard d'une rencontre. Je l'ai transportée grâce à vous plus loin que ce jardin inconnu. Si elle savait ?
Mes amitiés,
gilbert

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 20 février 2015 à 19:24

Merci Claudine, merci Louis d'avoir apprécié.
Au départ j'avais écrit : sa fortune non sa détresse. Car en dépit de son handicap profond elle était capable de faire un enfant et même un second. Je la voyais donc comblée et pas affectée d'une situation pouvant sembler catastrophique pour une personne valide. Ensuite j'ai corrigé pour : la fortune non la détresse . L'amour  n'a pas de frontières et c'est la seule fortune valable. La détresse c'est quand il n'y a pas d'amour. Les handicapés sont ceux qui vivent sans amour, c'est ce qui m'a amené à rectifier. Peut-être ne l'avais- je pas compris tout de suite ? Sans doute, car ceux qui la côtoyaient au quotidien le savaient depuis longtemps, eux.
Amitiés
gilbert

Commentaire de claudine quertinmont le 20 février 2015 à 17:18

"Ici chacun connaît la fortune non la détresse."

La recette du bonheur passerait-elle au travers des mots de ce poème.

"Son petit garçon de cinq ans ne lui tient pas la main,
Ne vagabonde pas et ne court pas à la rivière bordant l’édifice.
Ses yeux balaient l’univers comme des torches un précipice,
Fouillant pour sa mère qu’il protège le moindre recoin."

Magnifique Gilbert.

Amicalement,  Claudine.

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation