Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

JE CROIS QUE DEHORS C'EST LE PRINTEMPS - Une adaptation d'un roman choc - un fait divers qui a bouleversé l'Italie.

JE CROIS QUE DEHORS C’EST LE PRINTEMPS - UNE ADAPTATION DE GAIA SAITTA ET GIORGIO BARBERIO CORSETTI - INTERVIEW DE GAIA SAÏTTA.

La pièce est une adaptation d’un roman, lui-même tiré des faits réels. Pourriez-vous retracer la genèse de l’histoire ?

GAIA : C’est tiré d’un fait divers qui s’est passé en Italie en 2011. Brièvement : Irina Lucidi, avocate, était mariée à un avocat. Ils avaient des jumelles âgées de six ans quand Irina demande le divorce. En réaction, l’homme enlève les deux petites. Il part en voyage pendant cinq jours et ils disparaissent définitivement. Il a simplement envoyé un message à sa femme qui disait : « Les petites n’ont pas souffert. Tu ne les verras plus jamais ». On n’a jamais trouvé trace des petites filles. L’histoire a profondément touché les gens en Italie. Pendant un an, il y a eu plein d’émissions de recherche de ces fillettes... En vain car l’enquête s’est déroulée dans un petit village de Suisse et la police a rapidement clôturé pour éviter le scandale.
Après un an de recherches, Irina est partie en voyage et à son retour, elle décide de délivrer un témoignage auprès de Concita De Gregorio, une écrivaine et journaliste italienne. De ce témoignage est né un roman « Mi sa che fuori è primavera » (Je crois que dehors c’est le printemps).
La raison pour laquelle je ressens l’urgence de raconter tout cela à mon tour ne réside pas dans le drame du fait divers, qui est certes horrible, mais ce qui me touche, c’est la lumière qui se dégage du témoignage, la force, l’envie de vivre. C’est la revendication du droit au bonheur et la lutte que cela demande.
J’ai rencontré Irina car je devais lui demander la permission de partager son expérience de la manière la plus délicate possible. Et la rencontre a été incroyable ! Irina est pour moi comme une cathédrale. Elle contemple les choses d’une manière plus vaste que l’horizon de notre quotidien. Quand on affronte les limites de la douleur, on perçoit le monde de manière plus consciente. Et sa lumière est contagieuse. Elle n’est nullement enragée comme on pourrait s’y attendre. Elle porte en elle de l’amour, de l’espoir et elle envisage sa vie « d’après ». Lors de son voyage, elle a rencontré un homme, un Espagnol, à l’occasion d’une visite dans un centre pour enfants en Indonésie. Ils se sont juste échangé leur adresse mail. Puis ils se sont écrit et elle dit : « La chose la plus inconcevable m’est arrivée. Je suis tombée amoureuse ». Car on ne se donne pas le droit d’éprouver de la joie après un tel drame et la société ne te permet pas non plus de quitter ton deuil. Elle dit : « Je ne pouvais le confier à moi-même, à ma famille, à mes amis. Je me rendais compte que j’étais vivante», alors qu’après une telle douleur, on est destiné à devoir souffrir éternellement. C’est là le combat de cette femme, c’est qu’il faut être heureux. Et c’est pour cela que je raconte son histoire.

La pièce a touché le public non seulement par son thème mais aussi par la manière dont vous l’avez mise en scène.

GAIA : Le premier souci était de raconter un fait actuel. On ne pouvait se placer dans un dispositif classique, ce n’est pas un Tchékhov.
Comment dire que cette femme pouvait aussi bien être moi que vous ? Je me suis dit qu’il ne fallait surtout pas mettre en scène un spectacle mais plutôt mettre en place des conditions pour que les personnes présentes réfléchissent ensemble à la violence et à la manière de la combattre. Je voulais une sorte de table ronde où chacun s’engage. C’est pour cela que je demande au public de m’accompagner. Oui mais participer dans un thème aussi difficile, ce n’est pas forcément chouette. Je me disais que personne n’en aurait envie. Et comment faire en sorte que ce soit délicat ?
Alors j’ai décidé de répéter constamment avec d’autres gens. Je n’avais pas le droit de faire les erreurs que j’aurais pu faire seule. Toutes les répétitions se sont déroulées avec un groupe que Gregorio et moi invitions, des amis et progressivement des inconnus. C’était pour tester et mettre en place un système où les participants volontaires ne se sentiraient jamais gênés. Car tout ce que je demande, ce sont des plans d’écoute rapprochés. Il y a six intervenants. Je distribue les rôles (la meilleure amie, le juge, le Procureur général...). Il s’agit de prêter son visage et normalement je choisis des personnes qui ne collent pas au rôle pour éviter la confusion entre personnage et personne. Cela devient une histoire qui nous appartient, pour laquelle on se bat différemment. Ce qui m’émeut, c’est que les gens participent de manière très généreuse. Et chaque soir c’est différent car les visages sont des paysages sur les écrans. Ils sont les éléments les plus importants du spectacle. Leurs réactions constituent le cadre de l’action.

Votre jeu tient-il compte des émotions sur les visages de gens ? En jouez-vous ?

GAIA : L’unique chose que je ne peux faire, c’est de faire mon métier. À ce niveau-là, je ne peux pas jouer. Il est obligatoire que je renonce à me défendre. On partage l’histoire et face aux émotions, je réagis comme je le ferais dans la vie. Je suis complètement désarmée. Avant de passer en scène, je me prépare pendant six heures environ par de la méditation, du yoga, des techniques de relaxation car je ne dois surtout pas « pousser ». Je dois juste être à l’écoute et ne rien faire... Ce qui est très compliqué car on a envie de contrôler alors que les personnes réagissent de manière imprévisible. Mais chaque soir, j’ai l’impression d’avoir une troupe avec moi, qui me soutient dans ce plaidoyer contre la violence.
Ce qui est génial, c’est que lors de la distribution des rôles, les personnes qui ont accepté, commencent à réagir comme le rôle le requiert et c’est magnifique. Tout se met en place de manière presque organique.
http://www.halles.be/fr/completeprogram/944/Gaia-Saitta--Giorgio-Ba...

Propos recueillis par Palmina Di Meo.

Vues : 12

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2018   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation