Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

DISTRACTION !

Ils étaient pourtant quatre! Mais... ils avaient fait la bêtise de rater le petit avion après avoir fait l'erreur de confondre l'heure d'arrivée avec celle de départ!

Ils s'étaient retrouvés coincés dans le minuscule aéroport! Plus de vol avant le lendemain pour rejoindre la grande île...

La journée avait été longue et chaude et ils avaient déjà rendu la voiture de location. Le lieu était quasi désert,  juste encore cette jolie hôtesse de l'air qui trainait son sac en sortant...

Alors le réflexe de la rattraper!

-N'y a-t-il pas de taxis pour rejoindre la petite ville? Un hôtel à proximité pour une nuit?

La jeune femme adorable sourit, elle réfléchit, prend son portable et se renseigne :

-Ma voiture est au parking, je vous emmène. C'est un hôtel très simple, il est tenu par un de mes cousins, il reste juste 2 chambres. Ce n'est pas trop loin, vous ne devriez pas rater le 1er avion demain matin!

 

Un vent tiède s'était levé en même temps que la nuit était tombée. Les quatre voyageurs se sont engouffrés dans la Méhari de la belle indigène à l'uniforme tellement seyant.

A l'arrière, les 2 hommes gardaient le silence, un peu penauds de n'avoir pas pris la situation en mains.

La jolie hôtesse est d'un naturel curieux... Tout en conduisant, elle regarde en coin celle qui fut sont interlocutrice, qui a pris place à ses côtés et qui répond au joli prénom de Jackie.

Contrairement à l'autre couple, elle et son compagnon ne sont pas américains, ils parlent français entre eux, elle semble aussi beaucoup plus jeune que les trois autres et pourtant, elle a pris les devants, sans panique et avec le sourire et son joli accent. Dommage que je doive rentrer dans ma famille, j'aurais aimé en découvrir d'avantage, elle m'inspire une réelle sympathie, songe-t-elle...

 

Mais les voulà déjà arrivés au Motel qui ressemble à un grand bungalow entouré de palmiers, juste face à l'océan où le soleil a fini de se coucher... une merveille!

Je ne sais comment vous remercier murmure Jackie à l'hôtesse, et elle sort de son sac une carte de visite..

-Si d'aventure vos voyages un jour par chance vous emmènent à Paris, téléphonez-nous, nous serions ravis de vous recevoir!

Et en même temps, elle détache le joli foulard Hèrmes qui était accroché à son sac et le met autour du cou de celle qui s'est nommée et porte le prénom exotique et ravissant d'Iolana et qui propose dans la foulée de les prendre le lendemain matin vers 9H, c'est elle qui sera sur le premier vol pour Honolulu, alors... ils promettent d'être prêts!

 

Il reste un problème... Le couple d'américains dont la femme se trouve être la cousine de Jackie, n'est en fait pas un couple! Ce sont juste 2 veufs, vieux amis qui ont pris le parti de voyager en compagnie mais n'ont pas pour habitude de partager une chambre! John semble ne pas y attacher d'importance et trouve cela même plutôt drôle mais Yetti malgré les lits séparés ne trouve pas la chose drôle du tout!

-Tu ne te rends pas compte, raconte-t-elle à Jackie mais cela fait plus de 6 mois qu'il rêve de s'installer à la maison et dans mon lit! Et il n'en est pas question! Je ne vais tout de même pas dormir toute habillée et nous n'avons même pas une brosse à dent et donc à fortiori pas de vêtements de nuit! Comment vais-je faire?

Du sac de paille multicolore que Jackie porte en bandoulière, elle sort un grand paréo qu'elle avait emporté avec son maillot en prévision d'un petit plongeon dans cette mer merveilleuse et stimulante, paréo qui trouve ici une nouvelle utilité!

-Tu le noues sous les bras et te voilà en robe du soir, plaisante-t-elle!

-Tu me sauves la vie lui réplique sa cousine!

 

Ils sont trop fatigués pour avoir faim, hors mise Jackie, qui philosophe se dit qu'après tout c'est un bon plan pour sa ligne! Alors tout le monde rejoint les chambres au premier...

Celle de Jackie et André est la plus agréable, comme elle ne comporte qu'un grand lit, elle leur a donc été dévolue avec autorité par Yetti!

Elle possède une jolie terrasse qui donne sur l'Océan où le clair de lune s'est installé. André un peu maussade et fatigué se couche après une douche rapide, mais Jackie s'installe dans le rocking-chair sur la terrasse, elle s'est servie une vodka dans le mini bar et grignote quelques noix le regard perdu sur ce paysage noirci car la lune joue à cache-cache avec quelques gros nuages... Elle se sent bien et béni leur distraction!

Elle est en parfait accord avec ce grand calme, après l'agitation de cette journée où ils ont voulu tout voir en trop peu de temps! Réflexe touristique que Jackie désapprouve... en silence! Ce silence qui entre eux s'installe à la place de la polémique!

Elle se sent enfin divinement bien! Elle sourit en pensant à sa cousine et se demande si le paréo aura joué son rôle de protection! John est pourtant un homme séduisant, ils sont libres comme l'air et cette situation inattendue est romantique, ils devraient saisir ce cadeau de la vie songe-t-elle...

Dans son dos elle entend André qui grommelle :-Viens donc te coucher, il est tard!

Mais elle fait la sourde oreille, elle n'est pas fatiguée, elle se sent légère, si elle le pouvait, elle descendrait marcher sur la plage au long de l'eau, elle ne le ferra pas, mais un regret s'installe...

Elle pense à cette Waikiki Beach où il y a quelques jours une jeune chinoise s'est encore tuée pour échapper à son mariage programmé!

Elle pense à ce volcan éteint, visité dans la journée, auprès duquel des dons se chevauchent, corbeilles de fruits et colliers de fleurs pour apaiser les Dieux! Elle entend encore la réflexion d'André :-A notre époque, de telles superstitions c'est déroutant! Et elle songe...

A notre époque ce qui est déroutant, quand on a eu la chance de naître soi-disant libre! C'est de ne pas pouvoir aller se ballader sans donner d'explication, c'est de ne pas pouvoir profiter pleinement des cadeaux du hasard, c'est d'être encore dépendante des humeurs d'un autre...

 

Et quelques mois plus tard, de retour en France, lorsqu'elle entamera sa procédure de divorce et devra la justifier, elle aura comme en Flash back la vison d'elle sur ce balcon et son grand désir de....légèreté!

J.G.

 

'

Vues : 66

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de claudine quertinmont le 22 juillet 2012 à 10:18

La légéreté hors dépendance a un prix qui est parfois trop lourd à payer.  Très belle histoire Jacqueline.

Commentaire de Gilbert Jacqueline le 20 juillet 2012 à 9:41

Chers ami(es) d'A et L,

Merci d'avoir un peu voyagé enma compagnie... la vôtre est un réel plaisir!

Beau week-end à tous

Amitiés

Jacqueline

Commentaire de Dominique Prime le 19 juillet 2012 à 8:49

Histoire très agréable à lire

Commentaire de Arlette A le 18 juillet 2012 à 21:10

Récit bien mené avec un certain suspens ...  car jusqu'à la fin plusieurs possibilités se croisent

Jolie nouvelle en fait  Bravo

Commentaire de Marie-Josèphe BOURGAU le 18 juillet 2012 à 20:47

belle aventure peut-être prometteuse pour l'un des couples, mais carrément révélatrice pour l'autre ! Moralité : les apparences peuvent être trompeuses...

Commentaire de Gohy Adyne le 18 juillet 2012 à 20:14

Beau récit, l'histoire de l'autre couple s'est peut-être mieux terminée?!!!

Bonne soirée.

Adyne

Commentaire de Quivron Rolande le 18 juillet 2012 à 17:17

 

Qui n'a jamais rêvé d'en faire autant ?? Joli récit, mais la vraie vie n'a pas toujours cette légèreté séduisante ... et inaccessible . Et ces messieurs sont souvent inconscients de machisme....Présent en eux .... depuis la nuit des temps.

Mais on peut toujours rêver et en tirer une ravissante nouvelle dans un cadre idyllique.

Au moins pour le temps d'une nuit. Bonne soirée à toi et merci. Rolande

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation