Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

.........

 

Dans une demi conscience, Régine entendait les appels successifs et stridents de la sonnette!

Péniblement, elle se leva en tibutant et se dirigea vers la porte d'entrée, elle marmonna : Plus jamais 2 somnifères... ou bien est-ce le mélange avec la vodka?...

Qui est là, demanda-t-elle avant d'ouvrir? C'est Louise, active un peu il est déjà 11H et nous allons louper l'avion, tu n'as tout de même pas oublié que nous partions aujourd'hui!

Régine se frotta les yeux qui étaient gonflés, s'essuya les joues mouillées de larmes, se passa la main sur le front qui était brulant et incrédule ouvrit enfin la porte qui était verrouillée à triple tour!

Louise! Oh Dieu Louise! Régine sanglottait, tu n'es donc pas morte?

-Qu'est-ce que tu racontes, c'est toi qui es malade tu es brulante! Tu as du faire un cauchemar!

Régine ne savait plus où elle en était! Il lui semblait encore entendre la voix de la commissaire, l'interrogeant pour trouver le mot de passe du portable, elle revoyait son amie allongée si belle dans ce qu'elle avait cru être son dernier sommeil et comme en sépia elle repensait aussi aux projets de vacances aux Etats-Unis, mais oui, cette semaine à New-York et puis la Californie chez la soeur ainée de Louise pour l'aider à déménager! Où donc étaient le réel et la fiction?

Louise entraina Régine vers la chambre et sourit, formidable tes valises sont prêtes! Attention tu as cassé le verre tu vas te blesser pieds nus! Qu'est-ce que c'est que ce flacon de somnifères, c'est ridicule! Si tu n'arrives pas à dormir prends plutôt un bouquin, tu vas te détruire la santé!...

Alors brutalement la réalité ressurgit pour Régine dans toute sa cruauté; elle se revit chez la doctoresse et réentendit le verdict : cancer du foie, il faut attaquer la chimio sans attendre, vous auriez du consulter bien plus tôt!...

Elle sourit pourtant à Louise et prit son passeport dans le tiroir de la commode! Pas de problème, je me douche et nous partons nous aurons ainsi le temps de passer par la banque, j'ai envie de faire des folies à New-York.

-Je pensais que nous irions déjeuner au club, Marcel y joue tous les mercredi à 14H, je pourrai lui confier les clés de l'appart pour le courrier et il m'enverra un mail si besoin; tu devrais lui demander s'il ne veut pas te rendre le même service! Après tout c'est un de tes ex.il te doit bien cela non?

Pourquoi ne pas laisser ses clés à Marcel? Après lui, Régine avait banni les hommes de sa vie, pour un temps avait-elle confié à Louise... Oui, bien sûr, je vais lui laisser mes clés, c'est bien ce que je comptais faire! Louise devine toujours tout et je m'enverrai aussi une lettre qu'il trouvera en relevant mon courrier!

-Oui, c'est judicieusement romanesque...

Et Régine se mit à sourire en pensant que tout cela ressemblait à un rêve éveillé et non plus à un cauchemar! Juste quelque chose qui était écrit...

Les 2 amies s'offrirent un lunch fort agréable au club de tennis. Marcel arriva juste avant 2H et accepta les 2 clés avec gentillesse. Vous êtes parties pour combien de temps?

-Un mois! Mazette on ne se refuse rien s'exclama-t-il, j'espère que tu n'as plus ce ficus qui perd ses plumes? Interrogea-t-il encore en se tournant vers Régine...

-Je l'ai jeté après notre rupture, lui répondit-elle, il me faisait toujours penser à toi et elle sourit taquine!

Julien, le fils de Louise arrivait pour les conduire à l'aéroport et Régine distraite ne put observer la mine déconfite de Marcel, qui n'échappa pourtant point à Louise!

 

Installée dans l'avion, Régine épuisée se mit à compter par le hublot les nuages comme des moutons et très vite s'endormit!

Louise l'observait en silence et pensait qu'à son réveil son amie devrait lui expliquer sa bizarre réaction du matin...

En attendant je vais essayer de faire un somme moi aussi. Le film qu'ils proposent, je l'ai déjà vu. Le temps devrait passer plus vite en dormant... Et elle termina sa vodka d'une traite et ferma les yeux avec application.

 

A New-York, l'hôtel était central et confortable. C'est Julien qui le leur avait renseigné, il avait même négocié un prix puisque au moins une fois chaque trimestre il y passait plusieurs jours pour ses affaires! Elles avaient pris une suite, deux chambres séparées par un petit salon et 2 salles de bain.

 

Régine scrutait son visage dans le miroir de la salle d'eau et curieusement elle souriait! Tout va bien, les yeux restent vifs et mon teint un peu jaune est masqué par une super crème bronzante. A part quelques nausées matinales, rien de bien dérangeant! Bizarrement je digère sans problème et j'en profite au maximum, je me fous enfin de prendre du poids! C'est même plutôt le contraire qui devrait se passer...

De toutes les façons je me suis donné un mois et j'ai l'intention d'en profiter au jour le jour. Curieusement, je ne me suis jamais sentie aussi sereine, il suffit d'accepter!...

Evidemment pour moi c'est plus facile, au niveau familial c'est le désert et mes amitiés sont belles et confortables. Il n'y a qu'à se dire qu'après ces supers dernières vacances, je vais rejoindre Claude qui sûrement m'attend patiemment sur son petit nuage! J'aime cette image, elle me fait sourire, il est si jeune dans mes pensées, il a l'âge de son départ, 40 ans! Me prendra-t-il pour sa mère? J'ai aujourd'hui l'âge qu'elle avait lorsque nous l'avons perdu dans ce stupide accident...

Mais non, là où il est, on a la science claire et légère, on sait, et on trouve ça bien!

Finalement j'ai pres

que hâte d'y être! Juste ce tunnel pour l'atteindre un rien dérangeant, un peu inquiétant!

En attendant, fais-toi belle ma fille, ce soir Louise et toi vous allez au Met!

......

Vues : 57

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de claudine quertinmont le 13 février 2012 à 20:23

Bien obligée Joëlle, bien obligée. :-)

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation