Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

 

J’ai reçu de la mer ce qui me laisse à terre

Face à l’Angleterre dans l’état d’un détroit

Comme un vent porte-voix, si un bateau est là

Quand un bateau s’en va, mon rêve est Finistère 

 

J’ai reçu les galons de mousse à capitaine

Les chants de misaine le sens du gouvernail

De la vie en bataille, ils avaient l’attirail

Pauvres fétus de paille, comparés à nous-mêmes

 

J’ai connu bien avant des récits légendaires

Ils ont quitté la terre toutes voiles dehors

Ils ont laissé des ports priant San Salvador

Pauvres conquistadors, de l’or à la poussière 

 

J’ai reçu les gréements des marines lointaines

Des hisse et ho de peine un cap vers le bon vent

Ils ont fait tout plus grand, les vagues en argent

Pauvres loups incroyants, sur le dos des baleines

 

J’ai perçu des malheurs qui longtemps après taisent

Des journées mauvaises des liens à l’infortune 

Ils ont gardé rancune, aux prières sans lune

Pauvres pêcheurs de brume aux âmes islandaises

 

J’ai reçu des îles seules, en réunion

A ne savoir leur nom que du cri des vigies

C’était terre, suivie d’un Dieu merci, bénie

Pauvres missions impies, au comptoir des colons   

 

J’ai reçu la noirceur des sombres cargaisons

Tenues à fond de cale par un commerce grave

Ils ont été braves, en dépit des entraves

Pauvres noms d’esclaves, à qui on doit pardon

 

J’ai reçu tous les coups de tambour des galères

Du jugement sévère aux gueux qu’on fit forçats

Ils ont perdu la foi, à cracher le dieu roi     

Pauvres temps, pauvres lois, qui leur firent misère

 

J’ai reçu la minceur des plages en frontières

Des espoirs outre-mer, quand on n’est pas marins

Ils sont bien trop en moins, aujourd’hui les terriens

Pauvres phares éteints, par ceux qui ne tolèrent

 

J’ai reçu la douleur des messages amers 

Sans savoir que faire de ces poissons livides

Des oiseaux en suicide, grégaires, apatrides

Dans tous ces yeux vides, j’ai vu des cimetières

 

J’ai tracé des cartes des courants atlantiques

Du grand bleu pacifique, des vents de Magellan

Par l’écho au sextant, les signaux des volcans 

Riches visions d’enfants, par deux fois l’Amérique  

 

J’ai repris des patries dans les fuseaux du temps

Des mystères autant autour de tout espace

Marée haute ou basse, et où les bateaux passent

Riche est le face à face, avec tant d’éléments

 

J’ai acquis tant de fruits de parfums exotiques

Vendus comme uniques à qui veut à tout prix

Croire en d’autres pays, de soleil et de pluie

Riche est l’ailleurs servi d’outre-mer poétique

 

J’ai reçu sur les quais des poissons vifs argent

Des pêcheurs, bras vaillants, et la peau en écailles

A mettre à leur trémail, des tempêtes qui braillent,

Riches ardeurs, travail, baies des pauvres d’antan    

 

J’ai relu les espoirs des Robinson perdus

A passer au-dessus les vaines amertumes

Ils font en volume, des flots et les assument    

Riches auteurs, écume, et autant longue-vue

 

J’ai reçu de la mer l’esprit des collections

Par le nom des galions, des armadas anciennes

Des océans, règne hanté par des sirènes,    

Belles passions pleines, des lointains horizons        

 

J’ai rendu à la mer à l’origine des fonds

Du silence profond à travers le corail

Il est à la taille des beautés des entrailles

Cherche monde, portail des secrets ultra son 

 

J’ai touché du bon vent des congés populaires

De tous les fronts de mer qui se font des dimanches

En bonheur étanche, les deux mains sur les hanches

Riche était la revanche, aux vacances ouvrières

 

J’ai gardé la valeur des sanglots longs à terre 

La foi particulière, la liberté toujours

Ils l’ont été un jour, pour nous, tant d’autres jours

Précieux alliés autour des plages, qui restèrent

 

J’ai rendu à celle qui est dans mes yeux clairs

De l’amour en transfert, je suis fait de ses larmes

En flux et en reflux, de ses vagues à l’âme, 

Riche trop plein, poème, ex-voto à la mer

 

 

© Gil DEF. 10 mai 2009

 

 

Vues : 93

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gil Def le 30 avril 2011 à 10:25

Bonjour Raymond

 

Quelle référence !

 

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Gil Def le 30 avril 2011 à 10:25

Bonjour Ariane

 

J'apprécie grandement votre compliment d'autant plus que je considère la poésie comme un souffle ...

 

Bonne journée. Amitiés. Gil

 

Commentaire de Raymond MARTIN le 29 avril 2011 à 17:26
Hémingway    aurait aimé !
Commentaire de Ariane Angeloglou le 28 avril 2011 à 12:06

Gil, 

c'est superbe et quel souffle !

Ariane.

Commentaire de Gil Def le 27 avril 2011 à 8:14

Bonjour Raymond

 

Tu as raison, nous devons tout à la mer ...

 

Pour bien des textes, je fais préalablement ce que je nomme une étude documentaire. Quand j'ai écrit ce texte, j'ai essayé de rassembler ce que je savais des aventures humaines liées à la mer sans pouvoir tout évoquer. Il est évident qu'il faut intégrer cette connaissance de la vie primitive née dans la mer, et sans doute de l'oxygène née de petites algues tubulaires.

Je mesure aussi ce que nous ignorons encore des profondeurs des mers et des océans, de ces formes de vie possibles en des conditions extrêmes de chaleur, de pression, de privation de lumière et d'oxygène et puis ce que nous n'avions pas imaginé des migrations humaines par voie maritime en des temps très reculés.

 

Bonne journée.

Amitiés. Gil

 

   

Commentaire de Raymond MARTIN le 25 avril 2011 à 23:52

En flux et en reflux ,de ses vagues à l'âme

 Le destin est là au bout de la rame.

.Peinant à maitriser les flots

Le capitaine crochet  allume son falot,

Commentaire de Raymond MARTIN le 25 avril 2011 à 23:41
Nous devons tout à la MER , le début de la vie !!
Commentaire de Gil Def le 13 avril 2011 à 11:02

Bonjour Alix

 

Vous me rappelez la première fois où j'ai lu ce texte ... Mon public fut un jeune Breton, sonneur de bombarde ... Et il fut sans voix, et laissa couler ses larmes sans pouvoir me dire pourquoi vraiment ... Et il dit : normal, c'est beau !

 

Bonne journée.

Amitiés. Gil 

 

 

Commentaire de Gil Def le 13 avril 2011 à 10:57

Bonjour Jacqueline

 

Vous avez raison ... Toute vie liée à la mer a nombre de moments du domaine des incantations ...

 

Bonne journée.

Amitiés. Gil

Commentaire de Gil Def le 13 avril 2011 à 10:54

Bonjour Chris

 

J'ai peut être écrit la mer et l'océan dans ce manque que j'ai, si loin d'elle, mais elle si là, et dans cette vague capable d'une grande distance ...

 

Bonne journée.

Amitiés. Gil

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation