Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Du refus à l'invocation chez Gabriel Marcel: l'exigence de ne jamais éluder la morsure du réel et de partir de l'existant

"Du refus à l'invocation" est un recueil d'articles et de conférences du philosophe français Gabriel Marcel (1889-1973), publié en 1940. Cet ouvrage groupe plusieurs textes importants: "L'Être incarné", "Remarques sur les notions d' Acte et de Personne", "De l' opinion à la Foi", "La fidélité créatrice", "L' Orthodoxie contre les conformismes" et "Situations fondamentales et situations-limites chez Karl Jaspers".

"Ce que je voudrais simplement marquer -écrit l'auteur dans l'introduction- c'est que, si l'expression "philosophie concrète" a un sens, c'est d'abord qu'elle correspond à un refus de principe, opposé aux "ismes", opposé à une certaine scolarisation. C'est à cette exigence de refus que répond la forme même de cet ouvrage philosophique et de la plupart de son oeuvre, forme qui d'ailleurs s'est imposée à lui "sans qu'il l'ait expressément voulue". La première obligation du philosophe est de ce maintenir en contact permanent avec le concret. Il lui faut résister à toute tentation d'évasion, trahir, pour un philosophe, c'est "faire un usage inconsidéré des idées abstraites". "Celui qui philosophe hic et nunc est en proie au réel, il ne s'habitue jamais au fait d'exister; l'existence n'est pas séparable pour lui d'un certain étonnement, d'un certain émerveillement. Ainsi, le philosophe rejoint-il le monde de l' enfance et des poètes. Le philosophe, à l'opposé du savant, n'est pas un sujet abstrait et dépersonnalisé "qui prétendrait légiférer du haut d'un je ne sais quel tribunal purement fictif". Aussi le philosophe n'occupe-t-il pas une place centrale, il ne lui est pas permis de dépasser les perspectives particulières de l'univers. "Je serais enclin pour une part à dénier la qualité philosophique à toute oeuvre où ne se laisse pas discerner la morsure du réel. On ne saurait trop se méfier du philosophe qui juge, qui fonctionne, en tant que philosophe. Car il opère au sein de sa réalité propre une discrimination qui le mutile et qui tend à fausser irrémédiablement sa pensée_ D'où la nécessité pour le vrai philosophe de ne rien abstraire, d'envisager la situation fondamentale en termes concrets. Toute la recherche philosophique a pour but d'approfondir la situation de l'être humain, c'est-à-dire de l'existant.

 

Vues : 629

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Suzanne Walther-Siksou le 5 août 2014 à 20:22

Merci, monsieur Paul.

Votre billet va rassurer ceux qui ne savent quoi penser du rôle de la philosophie.

  J'ai toujours trouvé que la philosophie ésotérique ne sert absolument à rien sinon à inciter les initiés à inventer de nouvelles thèses absolument oiseuses et n'offrant secours à ceux qui voudraient acquérir une profitable sagesse. Je crois avoir écrit un ou deux propos sur ce sujet sans avoir de compétence  pour porter un jugement valable sur ce sujet.

J'apprécie que M.Gabriel Marcel,philosophe reconnu, ait exprimé clairement sa pensée.

 

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation