Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Des noms, des talents à découvrir Source La Tribune de l'Art août 2014

Bruxelles, une capitale impressionniste

Giverny, Musée des impressionnismes, du 11 juillet au 2 novembre 2014

JPEG - 90.3 ko
1. Théo Van Rysselberghe (1862-1926)
La Libre Esthétique
Arts graphiques & Arts plastiques, 1896
Lithographie - 90,5 x 68 cm
Bruxelles, Musée d’Ixelles
Photo : Musée d’Ixelles / Mixed Media

Les Français regarderont sans doute d’un œil dubitatif voire suspicieux, les affiches annonçant la nouvelle exposition du Musée de Giverny : « Bruxelles, une capitale impressionniste » ? Ça n’a aucun sens. En apparence.
Organisée en collaboration avec le Musée d’Ixelles qui conserve un fonds d’œuvres important constitué à partir de la collection d’Octave Maus, cette exposition démontre que Bruxelles, à la fin du XIXe siècle, ne se contenta pas d’accueillir les impressionnistes français dans ses Salons, qui furent des lieux d’émulation pour les avant-gardes internationales. Il y a bien eu un impressionnisme belge, spécifique à ce jeune pays indépendant depuis 1830. Bruxelles est alors une ville chantier, en plein essor industriel, une nouvelle nation se construit et les artistes participent à la création d’une identité nationale tout en s’ouvrant à la modernité européenne.
Le parcours, qui ne réunit que des peintres belges ou presque1 commence par le réalisme et une série de paysages précurseurs de l’impressionnisme. La peinture en plein air, faite d’effets de lumières et de matières, libérée de tout anecdote, se développe en effet au cours des années 1860, dans la lignée des peintres de Barbizon qui ont eux aussi exposé leurs toiles en Belgique. Louis Artan et Jean-Baptiste Degreef traduisent, dans les années 1870, des ciels mouvementés, épais et palpables, qui menacent les mers ou les plaines ; puis surgit L’Éclair de Guillaume Vogels et s’agitent les flots d’Isidore Verheyden, dans des tableaux presque abstraits. Hippolyte Bélenger enfin, autour de qui se forma l’école de Tervuren - sorte de Barbizon flamand – peint avec fougue et à grands coups de brosse les vibrations des cieux, Le Soir après l’orage.
Ce nouvel élan fut porté par la Société libre des beaux-arts, créée en 1868, en opposition à l’art académique. Elle réunit Louis Artan, Louis Dubois, Constantin Meunier, Félicien Rops, Alfred Verwée et bien d’autres, tandis que, parmi les membres d’honneur, on compte Millet, Daumier, Daubigny, Théodore Rousseau ou encore Courbet dont l’influence sur cette génération de peintres est évidente. La société organise des expositions jusqu’en 1875 et s’appuie sur la revue de L’Art Libre dirigée par Camille Lemonnier qui résume ainsi les nouvelles aspirations de ces artistes : « faire de la peinture saine et forte, sans jus ni recette ; en revenir au sens vrai du tableau aimé non pour son sujet mais pour sa matérialité riche, comme une substance précieuse. »2

JPEG - 114.3 ko
2. James Ensor (1860-1949)
Vue de Bruxelles, 1885
Huile sur toile - 100 cm x 81 cm
Liège, Musée des Beaux-Arts
Photo : Liège, musée des Beaux-Arts - BAL

Le musée de Giverny évoque ensuite les deux principaux groupes artistiques qui encouragèrent les avant-gardes belge et européenne : le Cercle des XX et la Libre Esthétique, au sein desquels s’épanouit l’impressionnisme. Les piliers de ces deux organisations sont l’avocat Octave Maus et Edmond Picard, fondateurs de la revue L’Art moderne en 1881, Emile Verhaeren également, et puis Sylvie Monnom (belle-mère de Théo Van Rysselberghe) qui dirigeait l’imprimerie de La Jeune Belgique et d’Art Moderne, et fournit affiches et catalogues. Dans la première salle du parcours se déploie justement un bel ensemble d’affiches au graphisme soigné (ill. 1), annonçant les expositions de différents Salons, tandis qu’une vitrine réunit des catalogues tout aussi travaillés.
Fondé en 1883, le Cercle des XX - vingt artistes parmi lesquels Finch, Khnopff, Lambeaux, Vogels, Ensor, Van Rysselberghe... - organisa des Salons de 1884 à 1893, selon plusieurs principes : toutes les disciplines devaient être mises en valeur, de l’architecture à la musique en passant par la peinture et la sculpture ; aucune règle, ni école, ni style n’était imposé ; enfin l’art devait avoir une mission sociale et pas seulement idéale. Les étrangers étaient les bienvenus, Octave Maus fit venir Monet et Renoir - qui refusèrent de participer à la huitième et dernière exposition impressionniste à Paris, mais acceptèrent de participer au Salon des XX en 1886 - Pissarro, Caillebotte...
Lorsque le groupe des XX fut dissout, Maus et Picard fondèrent, dans sa continuité, le cercle de la Libre Esthétique en 1893. Là encore l’impressionnisme avait une place de choix sans avoir l’exclusivité ; les tendances symbolistes et expressionnistes s’y développèrent également.

JPEG - 60.4 ko
3. Jan Toorop (1858-1928)
Dame à l’ombrelle, 1888
Huile sur toile - 95 x 72 cm
Bruxelles, Musée d’Ixelles
Photo : Musée d’Ixelles

Plusieurs artistes sortent du lot dans l’exposition de Giverny, outre Emile Claus qui bénéficie d’une section à part, Théo Van Rysselberhhe est évoqué par de nombreuses œuvres : il fut l’un des fondateurs du groupe des XX, l’auteur d’affiches et de nombreuses peintures, partisan du néo-impressionnisme.
La présence de James Ensor est plus contestable, dans la mesure où sa période impressionniste est de courte durée. Sa Vue de Bruxelles (ill. 2) témoigne de cette influence, mais le Christ dans la tempête dans les dernières salles est clairement expressionniste. Néanmoins, il participa à tous les Salons des XX et à quelques-uns de la Libre Esthétique et il incarne finalement cette perméabilité de la création belge qui puise dans tous les différents courants pour produire un art qui lui est propre.
À l’opposé des toiles d’Ensor, les œuvres d’Alfred Stevens sont également assez nombreuses, mais semblent moins justifiées dans la mesure où l’artiste mena toute sa carrière ou presque en France, avec le succès que l’on sait. Certes, il fut un membre d’honneur de la Société libre des beaux-arts mais il ne participa ni au Cercle des XX ni à la Libre Esthétique. Lui qu’on surnomma « le peintre de la Parisienne », n’a pas grand chose à voir avec les impressionnistes, si ce n’est par les amitiés qu’il entretint avec eux. On pourra notamment voir Ce qu’on appelle le vagabondage au réalisme sentimental ou encore La Consolation qui traduit autant la douleur d’une veuve que l’élégance des femmes venues lui présenter leurs condoléances.
D’autres œuvres viennent brouiller le discours en milieu du parcours : elles ont pour sujet les ouvriers traités dans une veine naturaliste. Constantin Meunier en fait des héros de la vie moderne, Eugène Laermans les montre en foule compacte, Léon Frédéric peint quant à lui Les Âges de l’ouvrier sur un immense triptyque (1895-1897) en jouant avec les codes de l’art religieux. Cette peinture sociale évoque un contexte, celui de Bruxelles en plein essor industriel, celui des artistes dont les innovations prennent des orientations diverses, mais l’insérer au milieu des peintures impressionnistes dessert le propos de l’exposition.

JPEG - 67.4 ko
4. Théo Van Rysselberghe (1862-1926)
Portrait de Marguerite Van Mons, 1886
Huile sur toile - 89,5 x 70,5 cm
Gand, Museum voor Schone Kunsten
Photo : Lukas ‐ Art in Flanders VZW / Dominique Provost

Il est bien sûr difficile de déterminer les limites de l’impressionnisme, qui n’a rien d’une école, et n’est finalement qu’un mouvement défini par l’adjectif d’un critique d’art. Et comme le rappellent les commissaires, il y a autant d’impressionnismes que d’individualités. On retrouve cependant quelques préoccupations communes à tous ces artistes entre 1880 et 1905 : ils s’intéressent à des scènes de plein air et à la vie moderne, qu’il saisissent dans leur fugacité avec des couleurs pures et des touches vibrantes. Ainsi, George Lemmen se fait chroniqueur de l’intimité quotidienne, en peignant une femme occupée à coudre, tandis que Verhas, connu pour ses portraits d’enfant, représente en 1887, dans un grand format, Les Demoiselles Van den Perre jouant sur la plage avec leur pelles et leur seaux ; les jeux d’ombres et de lumières qui animent leurs robes et leurs bonnets blancs accompagnent leur joie enfantine. Les premiers touristes et les nouveaux loisirs balnéaires se retrouvent sur les toiles de Félicien Rops, Frantz Charlet et Frans Smeers qui ont posé leur chevalet sur les plages d’Ostende ou de Heist. Jan Toorop quant à lui, peint une élégante Dame à l’Ombrelle (1888) dans un subtiles camaïeu de blancs, mêlant les influences du japonisme et de l’impressionnisme (ill. 3).
Les peintres s’essaient aussi au genre du portrait : le petit Albert Devis représenté en pied et sur fond neutre par Henri Evenepoel rappelle l’art de Manet. Van Rysselberghe semble saisir au vol Marguerite Van Mons dans une composition originale : la jeune fille furtive et légère, mélancolique aussi toute en noir devant une porte bleue et or, a la main sur la poignée et va disparaître (ill. 4).
Mais si les influences de Manet, Degas, Renoir ou Monet se retrouvent dans ces différentes toiles, les Belges surent garder leur indépendance stylistique : les peintres flamands en effet ne peuvent renoncer à leur attachement héréditaire à la réalité. Les formes ne se dissolvent pas totalement dans la couleur, et la matière picturale garde son épaisseur, alors que les Français sont plus conceptuels et leur style plus éthéré comme le souligne Camille Lemonnier.


JPEG - 379.7 ko
5. George Morren (1868-1941)
Le Verger, 1890
Huile sur toile - 100 x 175 cm
Collectio particulière
Photo : Galerie Lancz Bruxelles
JPEG - 125.8 ko
6. Théo Van Rysselberghe (1862-1926)
Madame Van de Velde et ses enfants, 1903
Huile sur toile - 105,5 x 125,5 cm
Genève, Association des Amis du Petit Palais
Photo : Association des Amis du Petit Palais

Le néo-impressionnisme se développa à Bruxelles presque en même temps que l’impressionnisme. À la suite de l’exposition de La Grande Jatte de Seurat en 1887, les artistes s’enthousiasmèrent en effet pour le divisionnisme, sans se plier toutefois aux contraintes d’une division de la touche trop systématique. De George Morren, Le Verger, resurgi à la Brafa, séduit par sa lumière chaude et sa technique à la fois impressionniste et pointilliste (ill. 5) . Outre des marines, Van Rysseberghe peignit dans cette technique des tableaux entre portraits et scènes de genre : Madame van de Velde et ses enfant (ill. 6) ou Le Thé au jardin.

Finalement, Emile Claus, auquel l’exposition réserve toute une section, incarne l’interprétation belge de l’impressionnisme et du postimpressionnisme : le luminisme. Il utilise une touche fractionnée et une palette ensoleillée, sans se départir d’une note naturaliste propre à l’art flamand. Il commence par des peintures à caractère social dans une veine naturaliste comme son Vieux jardinier, superbe et monumental. Le Pique nique ill. 7) décrit la confrontation de deux mondes symboliquement séparés par un fleuve : des paysans observent sur l’autre rive une compagnie raffinée déjeuner sur l’herbe. Mais la lumière si séduisante qui baigne la composition fait oublier le sujet plus sombre du tableau. Enfin, Les Patineurs ill. 8) rappellent La Pie de Monet dans ce traitement de la neige tout en nuances, mais le sujet reste typiquement flamand, dans la tradition de Bruegel.


JPEG - 263.9 ko
7. Emile Claus (1849-1924)
Le Pique-nique, vers 1887
Huile sur toile - 129 x 198 cm
Bruxelles, Collection royale
Photo : ruxelles, IRPA‐KIK
JPEG - 140.4 ko
8. Emile Claus (1849-1924)
Les Patineurs, 1891
Huile sur toile - 148 x 205 cm
Gand, Museum voor Schone Kunsten
Photo : Lukas ‐ Art in Flanders VZW / Hugo Maertens

En 1904, la Libre esthétique organisa une grande exposition sur l’impressionnisme français, un bilan en quelque sorte, une rétrospective pour un mouvement qui prend fin. L’exposition de Giverny s’achève, elle, par l’annonce des courants suivants : les Pêches de Rik Wouters trahissent l’influence de Cézanne, tandis que Jos Albert et son Grand Intérieur appartient au fauvisme brabançon. Reste à savoir en quoi ce fauvisme-là se démarque des Fauves français.

Commissaires : Marina Ferretti, Claire Leblanc.


Marina Ferretti, Claire Leblanc, Johan De Smet, Bruxelles,une capitale impressionniste, Snoeck, 2014, 160 p., 29 €, ISBN : 9789461611581.


Informations : Musée des impressionnistes Giverny, 99 rue Claude Monet, 27620 Giverny. Tél : +33 (0)2 32 51 94 65. Ouvert du 28 mars au 2 novembre 2014 tous les jours de 10 h à 18 h. Tarif : 7 € (réduit : de 3 à 4,50 €).
Site internet du musée.


Notes

1Jan Toorop par exemple est néerlandais, et Dario DeRegoyos est d‘origine espagnole, mais tous deux vécurent de nombreuses années en Belgique.

2Cité dans le catalogue de l’exposition p. 28.

Source  La Tribune de l'Arti

Vues : 164

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gohy Adyne le 12 août 2014 à 21:14

Merci Claude pour ce billet riche en informations!

Amitiés.

Adyne

Commentaire de Nicole Duvivier le 9 août 2014 à 15:13

Merci de ton partage , Claude !  Cordialement, Nicole

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation