Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Art génératif

Le terme « génératif » est un adjectif qui concerne : la génération, la reproduction. Du verbe générer : engendrer, produire, créer, provoquer, causer, faire naître, …

L’art génératif est une branche de l’art, avec laquelle des résultats multiples peuvent être obtenus en utilisant un système générateur. Le système générateur en question peut prendre différentes formes et être un programme d’ordinateur, une machine, un ensemble de règles linguistiques ou musicales. Ce qui différencie l’art génératif des autres formes d’art est l’utilisation de systèmes. En général, les systèmes génératifs créés ou utilisés par les artistes sont moins élaborés que les systèmes de la vie courante.

Les abstractions géométriques produites en art génératif sont quasi généralement conçues avec l’aide de l’ordinateur, ce qui ne signifie pas que le computer est à l’origine de l’art génératif. Il n’y a néanmoins pas de doute que la technologie digitale donne aux artistes un outil remarquable pour créer et explorer des systèmes utilisables.

Ces dernières années l’art généré au computer a reçu l’attention des historiens d’art dans le but d’en retracer les origines. Le début de l’ère de l’art visuel généré par ordinateur semble  se situer en 1964 quand Charles Csuri (USA), considéré comme étant le pionnier de cette nouvelle forme de communication artistique, a commencé ses travaux créatifs en utilisant un ordinateur digital.

En 1965, des graphismes à l’ordinateur  étaient  exposés pour la première fois en Allemagne et aux Etats Unis ainsi que des projets  développés pour la réalisation de l’exposition Cybernetic Serendipity, qui a été présentée par Jasia Reichardt au ICA (Institute of Contemporary Arts)  à Londres en 1968. C’était la première exposition qui montrait tous les aspects des activités créatives artistiques aidées par ordinateur : musique, poésie, danse, sculpture, dessin, animation. L’idée principale était d’examiner le rôle de la cybernétique dans les arts contemporains. Après Londres cette expo a fait le tour des Etats-Unis.

Les années 1970 ont connu des activités artistiques à l’ordinateur à travers le monde. En Belgique, en région francophone Roger Kockaerts, sous le pseudonyme Roger Coqart, a été la figure de proue de cette nouvelle discipline artistique en participant aux multiples expositions internationales et en publiant de multiples articles sur le sujet.[1]

Abstractions monochromes

A partir de 1974, Roger commençait un projet d’abstractions linéaires générées à l’aide de l’ordinateur digital.  Ces constructions grillagées ont, comme éléments de base,  une succession de perpendiculaires et obliques à l’intérieur d’un carré. 

Le caractère concret des ensembles préprogrammés  est assuré par l’emploi de générateurs de nombres aléatoires qui assurent  également l’originalité  statistiquement valable de chaque construction réalisée.

Le début de la recherche  coïncidait avec l’époque pionnière de ce que l’on appelait le « computer art ou art informatique » à cause du rôle joué par l’informatique dans le choix des configurations géométriques.

Depuis, l’ordinateur a envahi quasi toutes les situations et actions de notre quotidien et les travaux générés avec l’aide du computer  se situent dans le contexte artistique plus large de l’art génératif.

Des structures grillagées ont été utilisées dans des travaux artistiques depuis des millénaires, depuis l’ère de l’Egypte ancienne jusqu’à aujourd’hui. L’art Islamique utilise des structures compositionnelles non figuratives ou abstraites  dans lesquelles le réseau est souvent l’élément de base.

Dans les travaux de Roger Kockaerts  c’est la grille elle-même qui fait figure de composition et ses structures grillagées doivent être considérées comme des travaux autonomes de nature esthétique.

Les grilles générées par Roger Kockaerts sont toutes basées sur l’alignement d’éléments quadratiques simples, divisés par des éléments perpendiculaires et diagonaux.[2] Pour chaque composition, une matrice  est désignée, contenant des informations concernant le nombre d’éléments linéaires, leurs séquences et leurs positions relatives.

La densité est déterminée au stade conceptuel. La grille est tracée ligne par ligne. Des nombres pseudo-aléatoires sont utilisés pour déterminer la direction des lignes à tracer dans un module ainsi que la séquence dans laquelle elles sont tracées dans chaque série de carrés. Les nombres aléatoires sont utilisés dans une procédure d’échantillonnage statistique afin de tirer profit des propriétés de la combinatoire comme moyen d’atteindre un ordre structurel défini par la manipulation objective d’éléments géométriques linéaires.

L’étendue des permutations possible des éléments linéaires encodés offre une grande variété d’images complètement différentes. L’utilisation de l’échantillonnage statistique exclut l’intervention humaine et assure l’objectivité avec laquelle les pièces sont exécutées. Les ordinateurs digitaux offrent la manière la plus efficace pour traiter cette approche strictement impartiale. Chaque composition contenant une matrice identique sera donc complètement différente et peut être vue comme étant un exemple statistiquement valable des conceptions possibles. Dans la plupart des cas les compositions grillagées ont des dimensions carrées et peuvent être présentées  dans les positions cardinales, du carré au losange.

Deux types de grillages sont conçus : une structure purement grillagée et une structure comprenant des alignements horizontaux et verticaux de carrés contant chacun des éléments linéaires.[3]

Dans le cas d’images figuratives, la relative complexité de la composition n’empêche pas, en général, la facilité de sa lecture. La réponse caractéristique envers les grilles et les réseaux est le « scanning » ou balayage qui est une façon plus nerveuse de regarder et qui contient un élément de recherche insatisfaite puisque elle  implique un refus impatient de  se focaliser sur des détails dans une tentative de saisir les caractéristiques de l’œuvre entière.

Dans le passé, Roger Kockaerts  fit, à de multiples reprises, appel à l'image composite. Parmi ses travaux réalisés à l'aide de l'ordinateur, une partie prépondérante fut inspirée et réalisée par le concept de la mosaïque, image composite par excellence.

Dans ses travaux se créa une interaction entre l'arrangement pseudo aléatoire d'éléments géométriques simples et leur effet visuel.

 

 

 



[1] Roger COQART, Computer Generated Visual Arts Bibliography, 1979 Edition.

[2] Ex Machina : Frûhe Computergrafik bis 1979, Kunsthalle Bremen, Deutsche Kunstverlag, 2007.

[3] Computer Graphics & Art Yearbook, 1980, Grids and Computer Art by Roger Coqart.

Vues : 391

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation