Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Alors que l’appétit de culture n’a jamais été aussi vif, et que son corollaire, la valeur fiduciaire des oeuvres, pèse de plus en plus dans la politique culturelle, Roland Recht revient sur les fondamentaux : à quoi sert l’histoire de l’art, et a fortiori, l’historien de l’art ? Une réflexion urgente à l’heure de la mondialisation culturelle.

Un entretien avec Roland Recht, professeur au Collège de France, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.
(document Canal académie) (durée d'écoute: 41 minutes)

Vues : 780

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de François Speranza le 19 février 2013 à 22:42

Bonsoir,

Les propos de Roland Recht sont parfaitement justes !

Et il était grand temps de les diffuser. L'Histoire de l'Art est de plus en plus menacée. Cette situation se retrouve dans le monde de la culture en général, en ce sens qu'elle n'est plus aux mains de personnes de culture mais bien entre celles de gestionnaires. Il faut y prendre garde avant qu'il ne soit trop tard.

A "mon époque", lorsque j'étudiais l'Histoire de l'Art à l'université, celle-ci était considérée comme l'ensemble d'une série d'étapes de la pensée humaine. Mon cauchemar est celui d'imaginer une Histoire de l'Art essentiellement basée sur les "artistes" à l'origine des meilleures recettes du marché de l'Art.

Un sabotage annoncé se profile !  Le discours de Roland Recht est extrêmement pertinent, particulièrement lorsqu'en parlant de la conception de l'Histoire de l'Art en France, celui-ci évoque l'Italie par rapport à la politique culturelle (laquelle, il faut bien l'avouer, est également en train de changer et pas pour le mieux !).

Il ne faut jamais perdre de vue qu'en Italie, le discours sur l'Histoire de l'Art, à la fois technique et esthétique, est le fruit de la symbiose entre les esthètes et les artistes. A titre d'exemple, la Renaissance italienne a connu son "best-seller" avec LA VITA DEGLI ARTISTI (LA VIE DES ARTISTES) de Giorgio Vasari (1550), l'un des esthètes majeurs de son époque.  Bien plus tard, Leonardo da Vinci publie son TRAITE SUR LE PAYSAGE. C'est dire que le discours sur l'art est avant tout une entreprise partagée, car il englobe, non seulement l'art en tant que tel mais aussi l'Histoire, la religion et la philosophie, en tant que catalyseur social.

Roland Recht se fait la réflection, à savoir qu'il n'existe pas en France une institution telle que l'Ecole des Chartes par rapport à l'Histoire, pour prodiguer l'enseignement de l'Histoire de l'Art. Et il le déplore. Faut-il réellement le déplorer ? Je ne sais pas. Néanmoins, ne perdons jamais de vue que l'Histoire de l'Art s'imbrique dans l'Histoire stricto sensu car l'objet demeure le même, à savoir la société. L'Histoire de l'Art analyse la société à travers l'art et l'art à travers la société. L'oeuvre d'art devient pour l'historien l'outil dont la valeur est égale à celle du parchemin. Lorsque j'étais étudiant, j'étais convaincu de faire de l'Histoire, ni plus ni moins. D'ailleurs, l'étude scientifique de l'art se base, entre autre, sur la méthode de la critique historique. C'est dire qu'entre l'Histoire et l'Histoire de l'Art, la ligne de démarcation a toujours été extrêmement ténue.

Roland Recht invoque à la fin de l'entretien un respect mutuel entre l'Histoire de l'Art et le politique, tout en insistant sur le rôle de l'art dans le développement de l'esprit critique. Cet esprit critique se réalise essentiellement dans le décodage de l'image : ce qu'elle cache derrière le miroir. Cela me semble plus un voeu pieux qu'autre chose car le politique se nourrit essentiellement de l'image (quelle que soit sa nature) pour se représenter.

Sans vouloir forcément dramatiser les choses, comment le nazisme aurait-il pu accéder à son apogée sans la collaboration effective d'une Leni Riefenstahl ou d'un Veit Harlan ?

L'émission que l'on vient d'entendre est un acte courageux ! Et je suis personnellement heureux de voir que finalement des voix s'élèvent pour préserver la société de calamités futures !

Bonne soirée,

François.

Commentaire de Fabienne Coppens le 18 février 2013 à 22:25

Demain, je prends le temps d'écouter jusqu'au bout...promis...

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation