Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Évocation de La tradition historique de l'Arbre de Mai

          

Résumé historique extrait de longues recherches et mise en forme

en vue d'une publication portant sur la Flore dans la Poésie médiévale

Franco-italienne avec une incursion vers ce Paradeska de Paradis persan


Concernant la guise  ancestrale de l’Arbre de Mai

symbole de renouveau amoureux particulièrement vivace sous le bas Moyen-âge

jusqu'à l'aube de la Renaissance, coutume encore présente de nos jours

dans certains pays de l'Est, semblable à la Moldavie...


 



                          Hors du cadre intime et idyllique des "jardins d’amour", offrir une composition florale constituait un élément prééminent lié au code d’amour courtois.

                          Il était en effet demandé à l’amoureux digne de ce nom de venir "planter le mai" devant la demeure de la bien-aimée dans la nuit du 30 avril au 1er mai afin de prouver toute la ferveur de sa "foi "! Aucun retard ni autre excuse que ce soit n'était toléré et si jamais la ponctualité faisait défaut au "galant", il se voyait souverainement dédaigné, s’attendant aux pires représailles qu’un amant puisse endurer….

                          Par contre nous ignorons précisément de quelle essence était l’"arbre de mai" : parfois il revêtait la forme d’une branche de cerisier en fleur (symbole d’un premier amour…), d’une branche de pin éternellement verte (emblème d’un amour impérissable, constant…) mais pouvait également représenter un rameau fleuri de tilleul (attribut chez les anciens germains de la déesse Freya, messager de fécondité et d’amour…).

                         Il arrivait aussi que la branche de mai soit remplacée par une couronne de mai arborée à la porte ou à d’autres huisseries du logis de l’être chéri (ex : chambre à coucher…). Rites floraux soumis à des règles bien spécifiques, régis par les nobles us et coutumes du " fin’amor " qui requerraient notamment de l’ "élu vainqueur " portant chapelet ou couronne de fleurs, un gage de son adoration fidèle chaste et dévouée de sa totale obéissance prêtée à la dame convoitée.

                         L’origine de cette tradition provient probablement des pratiques profanes si usitées au Moyen âge , "chapiaux jolis, fleurs d’amour, œillets, violettes et roses que l’on échangeait en guise de dons au cœur des "jardins d’amour", ces enclos castraux médiévaux voués aux tendres promesses…



 

 Iconographie illustrant la fameuse tradition de l'Arbre de mai, enluminure du mois de mai

placée sous la constellation des Gémeaux,  manuscrit

"Les Grandes heures d'Anne de Bretagne" orné par Jean Bourdichon, 1505, Tours, Paris BNF.



Concernant la coutume de Mai (May le gay)

                 

                    Comme nous avons eu, à maintes reprises, l’opportunité de le remarquer, les ornementations florales revêtant principalement la forme de couronnes ou "chapels de flors"( couronne dont la forme circulaire symbolise déjà à elle seule le désir perpétuel de l’amour) représentaient le complément indispensable d’une noble société éprise de raffinements, accompagnant une élite toujours prête à se réjouir, aspirant avec entrain à chasser le vilain "Soucy"  ou  "Merancolye"  au profit de mille et une célébrations et festivités qui, la plupart du temps, se déroulaient sous les hautes frondaisons, dans des "chambres" ou "cabinets de verdure" abritant tant "de tendres confidences "…

                  Aussi, lorsque les "gentes dames et damoiselles" escortées de leurs "gentilz seigneurs et damoiseaux" ne pouvaient guère s’adonner eux-mêmes à cet art subtil qui consistait à confectionner de "fraîches parures" embaumées, constituées d’essences majeures telles la rose, l’œillet, la violette, etc…(traditions reprises de l’Antiquité, bien que le Moyen âge chrétien prétendît refouler les rites païens honnis, caractéristiques de ces civilisations ancestrales 1!), notre assemblée de dignitaires eut recours à une corporations privilégiée de " bouquetiers-tresseurs  de flours ", professionnels possédant une certaine faveur de la part de l’aristocratie et qui ne comptaient rien que quatre guildes de "chapeliers ", dont l’une siégeant à Paris, fut reconnue officiellement dès le XIII e siècle, continuant d’exercer leur talent de manière grandiose jusqu’à l’aube de la Renaissance.

 

 

1 –Se reporter aux sources antiques comme 'l'Histoire des plantes"

 de Théophraste (vers 370av. JC- vers 285 av. J.C)

et au livre XXI de l’ "Histoire naturelle" de Pline l’Ancien (23 – 79 après. JC)

 ainsi qu’auprès de quelques chefs d’œuvres littéraires et philosophiques : 

"Le Banquet" de Platon (vers 428 – 348 –ou 347 av JC),

"Les Métamorphoses" d’Ovide (43 av. JC – 17 ou 18 après. JC).

 

 



 

Vues : 396

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Valériane d'Alizée le 2 mai 2012 à 19:20

Ma chère Martine, je suis comme vous fort inquiète et indignée de la raréfaction, sinon de l'extinction de nombre d'espèces sauvages et de culture appartenant au "Règne végétal"... tant qu' à notre amie, la Viola odorata qui porte bien son nom, elle n'est pas, à mon sens, l'humble fleurette la plus exposée par les mauvais traitements de l'homme ! J'ai d'ailleurs entrepris de consacrer à l'automne dernier, une réflexion de quelques pages sur le déclin de ces créatures vivantes fleurissant l'univers de la botanique, réflexion en maturation initiée  grâce à notre "Rêveur éveillé", le naturaliste humaniste intimement convaincu d'écologie, alias Jean-Marie Pelt. J'espère pouvoir un jour prochain, avoir le plaisir de le présenter et de l'offrir en partage, qui sait ?

En attendant, je vous quitte en empruntant le verbe poétique de la Faunesse de Saint Sauveur en Puisaye, éprise de flore et de plantes médicinales ponctuant tout son œuvre littéraire, puisque vous l'affectionnez, vous aussi :

"...Violettes à courte tige, violettes blanches et violettes bleues, et violettes d'un blanc-bleu veiné de nacre mauve,_ violettes de coucou anémiques et larges, qui haussent sur de longues tiges leurs pâles corolles inodores... Violettes de février, fleuries sous la neige, déchiquetées, roussies de gel, laideronnes, pauvresses parfumées... Ô violettes de mon enfance ! Vous montez devant moi, toutes, vous treillagez le ciel laiteux d'avril, et la palpitation de vos petits visages innombrables m'enivre...

 (Extrait de la nouvelle "Le dernier feu", recueil  Les vrilles de la vigne, 1908)

"

Commentaire de Vandenkerkove Martine le 2 mai 2012 à 18:57

à propos des violettes, qu'il est dommage que celles que l'on trouve aujourd'hui soient inodores!;

Comment trouver encore leurs nids à l'ombre des talus traités à l'herbicide? Si Colette était encore parmi nous elle pleurerait les "pauvresses parfumées"

Commentaire de Valériane d'Alizée le 2 mai 2012 à 10:33

Tout à fait ravissant ce napperon au muguet qui détient en plus le mérite d'être vivace, fleurissant les intérieurs de nos demeures de manière "durable" ! Seriez-vous la fée aux doigts agiles ayant réalisé cet ouvrage ?

Commentaire de Marie-Josèphe BOURGAU le 1 mai 2012 à 21:36

en très modeste échange de ce joli texte et de vos aimables visites, je me permets de vous adresser mon petit bouquet à moi "sous une forme inhabituelle" pour ce 1er mai, mj

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles reprendront en octobre 2020. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation