Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

un livre punk : De fringues, de musique et de mecs

Sur la pochette de l’album Cut (1976), The Slits, premier et peut-être meilleur groupe féminin de punk, posaient seins nus et couvertes de boue, comme des sauvages. Des filles survoltées donnaient au mouvement punk une voix féminine avec des titres comme Typical Girls, Newtown, Love Und Romance. Trois albums, une tournée avec les Clash, et terminé.

« Pour écrire son autobiographie, il faut être un sacré connard, ou alors, c’est qu’on est fauché. Moi, c’est un peu des deux », écrit Viv Albertine dès la première ligne de «de fringues, de musique et de mecs».

Viv Albertine revient sur sa carrière de guitariste. Évocation candide et franche d’un mouvement musical et social qui allait changer l’histoire de la musique, «De fringues, de musique et de mecs» regorge d’anecdotes sur les Clash, les Sex Pistols, Vivienne Westwood, Johnny Thunders et tant d’autres. Mais ce serait minimiser ce livre féroce et attachant que de le limiter à un énième document rock, car le propos de Viv Albertine va bien plus loin.C’est un livre sincère, drôle, avide.

Ce livre ressemble sans doute à la façon dont Viv a vécu sa vie. Dans l’instant. La vie d’une bande de gamins faméliques qui essayaient de s’amuser dans le Londres gris et triste des années 70.

https://www.youtube.com/watch?v=ZyXGblps64M

Elle décrit les échanges tels qu’ils étaient : conflits dans le groupe, comment Sid Vicious lui payait des hamburgers, ou ses relations sexuelles ratées avec Johnny Rotten. Elle décrit le punk comme une des dernières sous culture reposant sur un ethos donc difficile à vivre. Remise en question permanente, tout était politique : Le fait de se tenir la main dans la rue, de chanter avec l’accent anglais ou américain, la vie de tous les jours, la façon de s’habiller. La manière dont s’habillaient The Slits, on n’avait jamais vu ça ! Elles mélangeaient des trucs SM avec des uniformes de scout, un tutu et des bottes de chantier. Elles ne portait jamais rien de cher, sauf quand elles allaient à la boutique de Vivienne Westwood, Sex. Mais jamais de marques : c’était pour les femmes au foyer de banlieue. Dans la rue, les gens détestaient ça, en particulier les hommes. Ari Up s’est faite poignarder plusieurs fois, elles se battaient, elles se faisaient cracher dessus. Elles vivaient la vie rebelle dont elles parlaient dans leurs chansons.

Aujourd’hui, tout le monde s’habille en rebelle. Mais ce n’est pas de la révolte, c’est de l’entertainment.

Mais n’allez pas croire que c’est la nostalgie qui prédomine dans cet ouvrage ce n’est pas la tasse de thé de Viv.

«J’ai horreur de la nostalgie»

Elle revient aussi son parcours d’après, sa face B, ou comment repartir de rien, devenir réalisatrice, mère, séduire Vincent Gallo et surmonter un cancer. Quand le punk n’intéressa plus personne, Viv fit une une école de cinéma. Elle était la première femme réalisatrice partout où elle allait. Elle a travaillé dur sept ou huit ans puis son corps s’est effondré, sans doute à cause de la vie qu’elle avait menée. N’arrivant pas à avoir d’enfant, elle s’est bourrée d’hormones et quand finalement elle est tombée enceinte, elle eu un cancer. «J’étais cramée, après la naissance de ma fille, puis la chimio, il ne restait plus rien de moi, plus aucune énergie créative.»

En retraçant sans tabou ni biais son parcours de gamine de la classe moyenne anglaise des années 70 fascinée par la scène musicale et bien décidée à y faire entrer les filles, puis de jeune femme embarquée dans un mouvement aux excès et au nihilisme affichés, et enfin de femme confrontée au grand vide post-punk qui tente de survivre aux excès, à la maladie, et à l’ennui d’une vie rangée, Viv Albertine livre un texte brûlant d’honnêteté et d’engagement. Choquant parfois, brutalement émouvant par moments et toujours drôle, ce livre est une ode aux femmes, un texte féministe qui regarde en face ce qu’il en a coûté – et ce qu’il en coûte encore – d’être une femme, d’être irrévérencieuse, et d’être têtue au point de croire à son destin.

« J’ai la trouille, mais j’y vais quand même : c’est ce qu’il faudra écrire sur ma pierre tombale. »

http://www.buchetchastel.fr/de-fringues–de-musique-et-de-mecs-viv-albertine-9782283029237

Vues : 90

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation