Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Un aperçu de l'Ecole vietnamienne (La peinture contemporaine au Vietnam, 2e partie).

Ecole vietnamienne (Huê, dans la Cité interdite)

Comme j'ai pu le constater du nord au sud l'école vietnamienne de peinture est particulièrement dynamique. Partout, du moins dans les régions touristiques, des peintres créent, s'affirment et exposent dans des galeries ou de simples échoppes. Capables de s'adapter aux goûts de tous les publics, ce sont aussi de remarquables copistes. Mais ce sont bien sûr les toiles originales, mariant tradition et innovation qui ont retenu mon attention.

Ecole vietnamienne (Hôi An, Art Gallery 31)

Je ne présente pas nécessairement les grands maîtres d'aujourd'hui, du moins reconnus comme tels, côtés et catalogués, mais j'ai glané ça et là quelques oeuvres qui m'ont vraiment accroché l'oeil et le coeur. Je ne connais généralement pas leurs auteurs, aussi je vous les livre telles quelles dans une petite galerie vivante et authentique.

Ecole vietnamienne (Hôi An)

La seule réserve que j'émettrais c'est que lorsque ces artistes tiennent un idée, ils la déclinent un peu trop quitte à créer de nouveaux stéréotypes et à perdre leur âme. Nous pouvons cependant leur faire confiance pour éviter cet écueil.

Ecole vietnamienne (Hôi An)

D'ailleurs Jean Gallotti prédisait déjà en 1931 "Qui sait si la renaissance de l'art ne viendra pas, un jour, de quelque région très lointaine ?" dans un article "L'Ecole des Beaux-Arts d'Hanoï" (in L'Illustration, hors série, juillet 1931).

Alors, à vous d'en juger...

Ecole vietnamienne (exposé sur une île du delta du Mékong).

Pour terminer une curiosité...

Trait puissant, proche de la calligraphie, on sent ici l'influence de la grande tradition chinoise depuis "Les peintres des Tang* qui excellaient dans la peinture  de chevaux étaient nombreux, mais Cao Ba* et Han Gan* sont les plus fameux. Leurs principes étaient nobles et anciens, et ils ne cherchaient pas la ressemblance formelle.", écrivait déjà le peintre et lettré Zhao Meng Fu*.

Le pittoresque de l'histoire est que j'ai pris cette photo dans un... dépotoir de Hôi An où cette toile était reléguée ! Lavis lacéré.

Michel Lansardière (texte et photos)

* Dynastie Tang 618-907, Cao Bao ca 74-770, Han Gan ca 706-783, Zhao Meng Fu 1254-1322.

Vues : 5045

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Lansardière Michel le 8 décembre 2017 à 19:24

Un vieil article qui reapprait, c'est très plaisant de le revoir vivre, ainsi mes billets sont toujours lus. Merci Palmina.

Commentaire de Palmina DI MEO le 8 décembre 2017 à 16:51

Magique!

Commentaire de Lansardière Michel le 4 novembre 2013 à 19:22

Merci Valériane pour cette appréciation.

Commentaire de Lansardière Michel le 4 novembre 2013 à 19:16

Quelle que soit la discipline il est toujours bon de se frotter à d'autres cultures. Les Vietnamiens sont à la fois patients, persévérants et observateurs. Mais Marie-Josèphe tu sais cela, tes aquarelles allient spontanéité et fine observation de la nature, certainement acquises lors de marches. Respiration et observation, la randonnée est bonne école.

Avec toute mon amitié.

Commentaire de Marie-Josèphe BOURGAU le 3 novembre 2013 à 9:01

je revois ce matin avec plaisir ces peintures vietnamiennes de toute beauté, quel talent ! je sais qu'en aquarelle l'étude de cette discipline commence par apprendre à respirer, et ceci dure un certain temps avant de pouvoir toucher à un pinceau - en Europe nous en sommes très loin ! mj

Commentaire de Marie-Josèphe BOURGAU le 1 novembre 2013 à 20:59

magnifiques chevaux, qui pourrait croire que tu les aient photographiés dans un dépotoir ! ?

Commentaire de De Ro jacqueline le 1 novembre 2013 à 15:59

Merci Michel. Je me bats pour l'instant avec mon nouveau portable W 8 .C'est une horreur à mon âge d'avoir voulu changer de PC.

Commentaire de Lansardière Michel le 1 novembre 2013 à 14:43

Hôi An c'est aussi une rue principale avec ses boutiques coquettes

et ses façades restaurées

lampions et lumières... mais comme pour toute ville, même classée, il faut aussi voir ses arrière-cours et proches faubourgs. Et bien souvent les déclassés sont délogés avant rénovation, pour ainsi faire place nette aux hôtels qui ne manqueront pas de s'y installer.

Merci Jacqueline de me suivre (dans la première partie je montre l'origine de la peinture contemporaine vietnamienne avec l'école de Hanoï).

Commentaire de De Ro jacqueline le 31 octobre 2013 à 6:11

N'ont-ils pas des obligations vis-à-vis de l'Unesco ? Quel désarroi dans cette belle photo. Mais aussi un bien beau sujet de travail pour un artiste.A vos pinceaux. Bonne journée ensoleillée. Amitiés

Commentaire de Lansardière Michel le 30 octobre 2013 à 20:15

Oui, cette dernière toile était vraiment dans une décharge ! De grand format, le lavis était lacéré sur sa gauche, avec un sceau en bas gauche (et peut-être un colophon), et ainsi abandonné (pas d'outil pour le désencadrer, il aurait fallu l'enrouler, et à vrai dire je n'y ai même pas pensé ! Ensuite il a plu !). Hôi An, bien que très fréquenté par les touristes et classé au patrimoine de l'humanité par l'UNESCO, a des abords encore bien déshérités :

Un crève-coeur !

Merci Jacqueline pour la visite. A bientôt.

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation