Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

"Toi qui pâlis au nom de Vancouver" est le recueil poétique le plus célèbre de Marcel Thiry (publié à Liège chez Georges Thone en 1924) - et titre du poème d'ouverture de ce recueil -, Toi qui pâlis au nom de Vancouver mêle à l'influence du symbolisme la révélation que produit chez le poète la découverte d'Apollinaire au tout début des années vingt. Au travers de cette brève plaquette marquée par la guerre et les voyages accomplis sous l'uniforme belge, s'esquissent la plupart des grands thèmes qu'il développera par la suite.

 

Engagé dans l'armée belge dès 1915, Marcel Thiry embarque, avec certains de ses camarades, à bord d'un cargo britannique à destination de la Russie. "Je sais encor l'arrière-saison boréale / Où parurent, parmi la pâleur idéale / Et l'haleine du port angélisant le ciel, / Le Nord, le gel, et les clochers d'or d'Archangel" ("Toi qui pâlis au nom de Vancouver").

Le retour se fait par San Francisco et New York, où Thiry erre sur Broadway, "soldat pérégrin / Sur le trottoir des villes inconnues". De ces voyages, ainsi que de l'Orient dont il rêve, il gardera longtemps le "mal Asie". Cependant, il pressent que l'ailleurs est mirage et il prêche déjà un bonheur fait de résignation et de sérénité: "Va, va, ne te fais pas une âme raffinée, / Contente-toi d'aimer les premiers réverbères, / Va, va, ne cherche pas de rime à ton bonheur!" ("Je ne saurai jamais si tu es belle").

 

S'il chante le "corps de ployante chair adolescente" d'une jeune fille dont il se souvient, il connaît déjà la fuite du temps et voit que "jour à jour les sorbiers s'empourprent vers l'automne". Enfin, de sa lecture d'Alcools, il a appris à faire place dans le poème au monde contemporain, à ses objets et aux modifications qu'ils induisent: "Toi qui pâlis au nom de Vancouver, / Tu n'as pourtant fait qu'un banal voyage; [...] / Tu t'embarquas à bord de maint steamer, / Nul sous-marin ne t'a voulu naufrage" ("Toi qui pâlis au nom de Vancouver").

 

Si de Verlaine - qu'il cite en évoquant Londres -, Marcel Thiry a gardé un goût prononcé pour le vers court et parfois impair, en même temps que pour le "brouillard délicat de [l']âme", et si certaines des tournures qu'il utilise puisent dans le maniérisme décadent, le poète n'hésite pas pour autant à tressaillir lorsque "l'odeur de Rotterdam monte de tous les fleuves", ni à se rappeler "le flirt bronzé du capitaine / Qui portait avec art une robe safran / Comme un drapeau de quarantaine" ("Toi qui pâlis [...]").

 

Le poète Bernard Delvaille, dans la Préface de son édition des oeuvres poétiques (1924-1975) de Thiry, publiée sous le titre général de Toi qui pâlis au nom de Vancouver, rappelle le mot de Novalis, selon lequel "la poésie est le réel absolu". Pour Marcel Thiry, de même, la poésie n'a aucun domaine à se refuser, à condition toutefois qu'elle exprime le possible du banal et du prosaïque, et qu'attentive à l'instant, elle parvienne à lutter contre le temps. C'est ainsi que dans ses ouvrages ultérieurs, Statue de la fatigue (1934), Ages (1950) ou Usine à penser des choses tristes (1957), il n'hésitera pas à évoquer les tramways et les wagons, les chambres d'hôtel "où flotte une odeur de benzine" et les néons sur les façades, la vitesse et le commerce, la Bourse et les conférences internationales; mais toujours il mettra en avant les pouvoirs de la poésie et le plaisir des mots.

Vues : 1463

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation