Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Que reste-t-il de nos salles de cinéma ?

La petite salle de la cinémathèque algérienne a abrité lundi dernier son premier forum sur le cinéma algérien et mondial, appelé à se renouveler. Il s'agira, en effet, d'inviter des cinéastes, des écrivains, des critiques et même des artistes et des comédiens pour parler du cinéma, de son histoire et de ses perspectives. Des projections et des ventes-dédicaces seront également organisées dans ce lieu symbolique. Premier rendez-vous pris, a été donc, mardi dernier, avec une rencontre-débat des plus enrichissantes avec le chercheur et écrivain algérien Nourreddine Louhal et le photographe français Stephan Zaubitzer, auteur de Cinés-Méditerranée au sujet de l'état des salles obscures en Algérie. Nourreddine Louhal, écrivain, chercheur en patrimoine et journaliste, évoquera tout au long de sa conférence son livre Sauvons nos salles de cinéma.

Témoignages vivants

De son côté, Stephan Zaubitzer, photographe, mais aussi passionné de cinéma et d'architecture, a décroché le World Press Photo en 2004 pour le travail sur les salles de cinéma plein-air de Ouagadougou et expose régulièrement en France et à l'étranger, a présenté un diaporama d'une centaine de photos ayant trait aux différentes salles de cinéma toujours fonctionnelles ou fermées, que ce soit en Egypte, Maroc, Liban, Tunisie, mais encore l'Algérie (Alger, Oran). Il était ainsi accompagné par les précieux arguments et anecdotes de son comparse Nourreddine Louhal avec lequel il formait un très bon duo pour décrire l'un avec les mots et l'autre avec l'image la situation des salles de cinéma en particulier et du 7e art en général que ce soit au Maghreb ou dans les pays arabes, entre passé, présent et ce qui augurait peut-être pour elles comme avenir. à noter que les photos de Stephan Zaubitzer se caractérisant par des prises de vue très larges de l'objet photographié, donnant à voir non pas une vue minimaliste, de chaque salle de cinéma, mais bien au contraire, des paysages d'ensemble quasi panoramiques, sur le tissu social et urbanistique qui entoure chaque salle de cinéma et ainsi comprendre et analyser son architecture au sein de son environnement et sa genèse, mais aussi son impact sur la population de jadis ou encore d'aujourd'hui. à noter que le photographe français a pu prendre connaissance des différentes salles de cinéma algériennes grâce au précieux livre de Nourreddine Louhal qui témoigne de l'historique des salles de cinéma algériennes, et ainsi du passé glorieux de l'Algérie en matière d'industrie cinématographique et de son déclin aujourd'hui.

Etat des lieux catastrophique

«Ce que je trouve rassurant, même si certaines salles de cinéma sont détruites et parfois dans un sale état, c'est qu'il y a encore une mémoire qui se perpétue même si elles ne sont plus en activité aujourd'hui.», fera remarquer le photographe Stephan Zaubitzer. Abordant la préservation de la mémoire du cinéma en Algérie, Nourreddine Louhal déplorera le manque d'écrits autour du 7ème art algérien et de citer comme exemple le nom de Sid Ali Kouiret «parti sans laisser la moindre trace. On se doit d'écrire sur le cinéma en Algérie». et de souligner aussi: «Nous avons régressé en terme d'images alors que nous sommes détenteurs d'une Palme d'or». Nourreddine Louhal dénoncera aussi la disparition de la salle de cinéma Le Régent pour se transformer en une supérette, même si c'est une propriété privée arguant que c'est un patrimoine qui appartient à la mémoire collective du pays avant tout. «Je pleure tous ces endroits historiques qui sont en train de changer de main avec une telle facilité et de façon bête et méchante.» Autre point relevé, notamment par le directeur de la Cinémathèque algérienne est le manque de distribution de films et la carence au niveau du réseau d'exploitation des salles en Algérie qui, par ailleurs, fait défaut. «Sauvons nos salles de cinéma d'abord. Faisons ensuite ce qu'on veut après», dira Nourreddine Louhal, à propos des salles de cinéma.

Pressurisation de la mémoire de notre patrimoine

Et d'évoquer la pétition des gens de Sétif pour ouvrir leur vieille salle de cinéma, fermée depuis des années. Pour Nourreddine Louhal, il est faux de dire que le numérique et le DVD ont tué les salles de cinéma arguant que pendant les festivals, il y a bien un public cinéphile présent qui fréquente les salles. Et à Salim Aggar, directeur de la Cinémathèque algérienne, de relever aussi les mauvaises habitudes prises par le public depuis la décennie noire et la désertion de ce dernier des salles le soir. Il dira que dans les années 1980, les salles étaient largement fréquentées, avant l'avènement aussi de la parabole et des films de cinéma à la télé. Evoquant l'importance de la retranscription de la mémoire ou de l'archivage, que ce soit par écrit ou en photos, «le plus important est de ne pas oublier toutes ces salles de cinéma qui ont fermé et qui sont encore vivantes dans l'esprit des gens. Ce qui est très important.», dira-t-il. Et d'indiquer avoir pris connaissance de l'existence d'une salle de cinéma à la Casbah, appelée «Nedjma», grâce au livre de Nourreddine Louhal. Enfin, les choses sont-elles vraiment en train de changer aujourd'hui? Aussi, faut-il coller à la réalité du terrain. Le secrétaire d'état chargé de l'Industrie cinématographique, Bachir Youcef Sehaïri, récemment nommé, avait-il conscience de ce qu'il disait en affirmant que «nous allons produire 20 films par an»? Et un des présents dans la salle de se demander: « En l'absence de salles de cinéma où allons-nous projeter ces films déjà??». Bonne question...

In L'Expression O. Hind du 5 mars 2020

Vues : 6

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en octobre 2020. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation