Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Pélagie-La-Charrette, ou le dit du retour obstiné de lambeaux du peuple d'Acadie pour retrouver sa terre de lignage

"Pélagie-La-Charrette" est un roman d'Antonine Maillet (Canada/Acadie, née en 1929), publié à Paris chez Grasset et Fasquelle en 1979. Prix Goncourt.

Après Mariaagélas (1973), les Cordes-de-bois (1977) et, surtout, la Sagouine (1971) qui lui avait assuré une large audience, Antonine Maillet propose, avec Pélagie-la-Charrette, ce qui est sans doute son oeuvre maîtresse, en même temps qu'elle met son talent de conteur au service de son peuple pour narrer et transfigurer l'histoire tragique mais obstinée de l'Acadie. C'est en effet une véritable épopée fondatrice - à rapprocher, pour les Antilles, de la tentative de Simone Schwarz-Bart dans Ti Jean l'horizon (1979) - qui, ici, se donne à lire et clame l'identité des plus anciens immigrants d'Amérique du Nord: ces Acadiens qui, pour avoir refusé de prêter un serment d'allégeance au roi d'Angleterre, furent en 1755 déportés dans tout l'Est de ce qui allait devenir les États-Unis d'Amérique et n'eurent de cesse, ensuite, de retrouver la terre de leur lignage.

Après quinze ans d'exil en Géorgie, Pélagie entreprend de ramener les siens au pays acadien, à bord d'une charrette tirée par trois paires de boeufs de halage (chap. 1). Poussés par son exemple, de nombreux «lambeaux d'Acadie» se joignent à elle pour remonter vers le nord en un convoi de misère qu'elle galvanise (2-4). La caravane parvient à Charleston au même moment que le capitaine Broussard, dit Beausoleil, dit aussi Robin des Mers, lequel, à bord de son quatre-mâts la Grand'Goule, brave les Anglais depuis l'époque du «Grand Dérangement» (5). Pélagie et lui se reconnaissent de la même trempe et, avant de reprendre leur route, se donnent rendez-vous à Baltimore (6). Se poursuit le retour d'exode d'un peuple en guenilles qui connaît sans désespérer mille tribulations, avant d'atteindre le port où doit les rejoindre la Grand'Goule (7-10). Mais celle-ci, engagée dans la guerre d'Indépendance américaine, a été retardée et les charrettes se résignent à repartir (10). Jean, le fils de Pélagie, qui avait embarqué avec Beausoleil, est envoyé en émissaire auprès de sa mère, mais il est capturé par des Indiens, tandis que le convoi atteint, en 1776, Philadelphie qui fête la victoire (11). Les Acadiens, eux, célèbrent leurs retrouvailles avec Beausoleil (12). Pourtant, ils ne sont pas au bout de leurs peines. A Boston, ils sont victimes de la rancoeur des habitants à l'égard de ces «papistes» auxquels les oppose une vieille haine (13); enfin, tout près du but, ils perdent le vieux Bélonie, le «conteur de l'Acadie du retour» et sa mémoire sans faille (14-15). Cependant, après un dernier hiver dont la rigueur les bloque aux portes de leur pays, ils parviennent enfin, à l'issue de dix ans de marche, sur la terre promise (16) où reposera Pélagie qui, épuisée d'avoir guidé obstinément son peuple, meurt apaisée (17).

Sans doute s'interdit-on de comprendre les Acadiens - et du coup la démarche d'Antonine Maillet - si l'on oublie qu'ils sont sortis «d'un peuple de conteurs et de chroniqueurs» qui a «produit Gargantua et son noble fils Pantagruel». La narration elle-même, par-delà la traversée du désert de ces nouveaux Hébreux, constitue en effet le centre de gravité de Pélagie-la-Charrette, parce qu'elle témoigne qu'avec une mémoire orale, même «un peuple qui ne sait pas lire» a une Histoire, laquelle, l'affirmant dans son identité singulière, s'est transmise de bouche à oreille depuis Bélonie le Vieux et son lignage jusqu'à son actuelle dépositaire.

De cette oralité originelle, Pélagie-la-Charrette présente tous les signes. La langue, pleine de verve et d'inventions, nourrie des mots de la tribu, de ses sonorités, de ses rythmes et de sa syntaxe, se plaît à épouser les détours d'un récit qui jubile et éprouve sa force en de multiples jeux de miroirs. Les personnages, dont les moindres actions se transforment en gestes, prennent la dimension de héros légendaires et leur psychologie s'efface devant le symbole qu'ils incarnent. Le merveilleux, enfin, relie en une dimension épique le «pays passé» au «pays à venir», comme lorsque la «charrette de la Mort» de Bélonie, aux abords de Salem, se voit mise en déroute par la «charrette de la Vie» de Pélagie.

Que celle-ci soit la «veuve de toute l'Acadie qu'elle avait entrepris de ranimer et de rebâtir» n'est pas indifférent: car, nous dit Antonine Maillet, c'est grâce aux femmes qui se sont dressées «seules face à l'ennemi et à l'adversité» après la mort de leurs pères et maris que l'Acadie n'a pas «péri corps et biens dans le Grand Dérangement». Nouvelle Odyssée, Pélagie-la-Charrette entend, de ce fait, leur rendre un vibrant hommage.

Vues : 174

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation