Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

M. Verdickt & B. Van den Driessche « La chapelle Notre-Dame du Marché»

Sortir du coutumier n’étant pas règle absolue, c’est pourquoi me vient l’envie de partager un ouvrage qui décrit joliment une part de notre patrimoine.   Si j’ose parler de singularité c’est pour raison que ce livre n’a pas été édité par les réseaux habituels, vous comprendrez par-là : éditeur, diffusion, distribution.  Qu’importe, ce n’est pas parce qu’un livre passe par la machine traditionnelle qu’il gagne à être découvert.

Je me dois d’être honnête.  J’avais invité les auteurs en interview pour deux raisons bien précises.  La première est que le livre parle d’un patrimoine indigène et la seconde, est que Bernad Van den Driessche fait partie du cercle de mes connaissances.  Facile ! Vendu !, Pistonné !  Ne croyez pas cela, il n’en est rien.  Curieusement il est plus difficile de porter son attention sur les écrits émanant du premier cercle que de parler d’un livre rédigé par une personne que vous ne connaissez que par les courriers de son agent ou de son éditeur.  Quoi qu’il en soit, si le livre n’avait aucun intérêt, je ne me brulerais pas ma plume à décrire le banal.

Jodoigne – La chapelle Notre-Dame du Marché nous parle d’un monument historique qui fut défendu bec et ongles par l’artiste Michel Colin décédé en avril 2006. Saluer son nom me semble fondamental, car il mériterait tous les hommages.

L’ouvrage, comme son nom l’indique, nous décrit l’histoire d’un monument emblématique que votre regard ne peut ignorer même si votre route ne prévoit pas d’arrêt dans la ville de Jodoigne.  Le voyageur témoignera qu’à l’approche de la belle dame, si plusieurs clochers se disputent le droit de chatouiller le ciel, il en est un qui se distingue des autres par sa forme hélicoïdale.  J’avoue que ce clocher m’a toujours intrigué ce qui explique probablement que mes pas me portent régulièrement jusqu’au cœur de cet édifice officiellement reconnu à partir de ± 1279 ; « didjou, ça ne nous rajeunit pas ».

Si je vous parle de l’ouvrage écrit à quatre mains par M. Verdickt & B. Van den Driessche, c’est que la quantité d’informations que l’on y découvre porte notre curiosité à revisiter le monument avec un tout autre regard.  Rédigé sobrement, agréablement complété de photos et documents il aspire notre intérêt. C’est une invite à remonter le temps, notre temps, celui qui puise sa source à l’origine de nos régions.

Il est exact d’écrire que le Brabant Wallon foisonne de témoignages architecturaux.  Ces derniers ont survécu au temps, aux guerres et parfois à des politiques urbaines pas trop regardantes sur la question.  Un autre ouvrage rédigé par le même binôme d’écriture « La chapelle à l’arbre » complète admirablement l’œuvre don je vous parle.

Plus d’excuse, la littérature vous pousse vers la découverte.  À pied, en vélo et pour les moins courageux, en voiture.  Osez s’offrir au tourisme Wallon, j’ose l’écrire, c’est se faire un joli cadeau.

Vues : 211

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation