Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Les peintres russes d'hier et d'aujourd'hui - 1/ Constantin A. KOROVINE (1861-1939)


Photographie de Korovine, vers 1900. 

Les Russes le considèrent comme l’un des peintres majeurs du postimpressionnisme. Ils ont raison. Car Constantin Alekseïevitch Korovine (1861-1939) a laissé une œuvre grandement remarquable qui a été non seulement appréciée par les Hommes de son temps mais aussi par ses contemporains. 

Korovine naît dans une famille de marchands proche du mouvement des vieux-croyants (« cтарообрядчество » — « starobriadtchestvo » — : ce sont des groupes de croyants qui se sont éloignés de l’Église orthodoxe russe en 1666-1667 en raison de leur hostilité aux nouvelles réformes religieuses apportées par le patriarche Nikon) et des arts. En effet, son père est un féru de musique et de peinture et son frère aîné Sergueï voue son talent à la peinture réaliste. Cela encourage donc Korovine à s’intéresser aux arts et à intégrer dès quatorze ans la grande École de Peinture, de Sculpture et d’Architecture de Moscou, puis l’Académie impériale des Beaux-Arts de Saint-Pétersbourg. 

La carrière de Korovine commence véritablement en 1888 lorsqu’il entreprend un premier voyage dans le Nord de la Russie et en Scandinavie — le second a lieu en 1894 — et au retour duquel il réalise de nombreuses toiles inspirées de ce qu’il a observé. 

Ruisseau - 1890.

Port norvégien, 1894.

Le port d'Arkhangelsk sur la Dvina - 1894.

Il voyage également en France en 1886, en 1892-1893 et en 1900, année où, pour l’Exposition universelle de Paris, on lui demande de décorer le pavillon russe — il reçoit d’ailleurs une médaille pour son dévouement et est nommé, en décembre, au grade de chevalier de la Légion d’honneur.

 

Café parisien - 1890.

Paris, rue nocturne - 1902.

Paris, Seine - 1902.

Le Port de Marseille - 1890.

Korovine revient à Moscou en 1900. Il enseigne la peinture à l’École de Peinture, de Sculpture et d’Architecture et décore les plus grands théâtres impériaux dont celui du Bolchoï. 

En 1917 éclate la révolution russe. Opposé aux violences qui enflamment la Russie, Korovine participe ardemment à la protection des œuvres des peintres russes emprisonnés par le régime naissant — par ses actions, de nombreux tableaux ont été épargnés et déplacés vers des endroits sûrs. 

Les dernières années de sa vie sont plus calmes. En effet, Korovine émigre en France en 1923 et continue de s’adonner à la peinture. Il meurt à Paris en 1939 à presque quatre-vingts ans et est enterré près de la capitale, à Sainte-Geneviève-des-Bois. La majorité de son œuvre est aujourd’hui exposée à Moscou, à la galerie Tretiakov et au Musée de l’Impressionnisme russe. 

Sébastopol en hiver - 1916

Crimée - 1917

Pont à Saint-Cloud - 1936.


Autoportrait - 1938.

Voici donc le parcours intéressant d’un artiste russe contemporain qui a su marquer son temps, non seulement par son œuvre mais aussi par ses actions en Russie et en France. 

Hugo BOURAS-VIGNAL

Nîmes, mercredi 17 juin 2020.

Vues : 107

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Hugo BOURAS-VIGNAL le 26 juin 2020 à 16:26

Merci Michel pour vos mots.

Je vais lire vos articles sur la peinture scandinave (et autres) avec le plus vif intérêt - merci du partage.

Amitiés,

Hugo 

Commentaire de Lansardière Michel le 25 juin 2020 à 14:40

Une belle découverte et un plaisir visuel.

Au plisir de découvrir de nouveaux billets qui ouvrent notre horizon.

Dans le même esprit j'avais proposés plusieurs articles sur A&L consacrés à la peinture scandinave (essentiellement tourné vers la Suède), je vous mets un lien vers l'un d'eux :

https://artsrtlettres.ning.com/profiles/blog/show?id=3501272%3ABlog...

Commentaire de Hugo BOURAS-VIGNAL le 19 juin 2020 à 23:00

Bonsoir Adyne, merci d'avoir lu mon premier billet et pour vos mots ! Amitiés, 

Hugo

Commentaire de Gohy Adyne le 19 juin 2020 à 22:12

Bonsoir Hugo, Merci pour ce compte rendu qui me fait découvrir ce peintre impressionniste!

Adyne

Commentaire de Hugo BOURAS-VIGNAL le 19 juin 2020 à 20:04

Bonsoir Anne-Marie, vos mots me font plaisir. Merci de m'avoir lu. Excellente soirée !

Hugo

Commentaire de Anne Marie REMONGIN le 19 juin 2020 à 19:54

Superbe et intéressante découverte de ce peintre, j'aime beaucoup tous les tableaux présentés.

Merci pour ce partage. Bonne soirée à vous. AM

Commentaire de Hugo BOURAS-VIGNAL le 19 juin 2020 à 17:38

Chère Liliane, merci pour votre bon commentaire. Je suis ravi de vous avoir fait découvrir Korovine. 

Excellente continuation ! 

Amicalement, 

Hugo


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 19 juin 2020 à 17:19

Billet très intéressant, je ne connaissais pas ce peintre.

Le choix des oeuvres est magnifique.

Cela me donne envie de peindre, merci.

Amicalement,

Liliane

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

    Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2023   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation