Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Je te propose de reprendre ce poème paru il y a quelques années, si  tu es d'accord.

Les mains de ma mère

 

Elles avaient raclé les miettes sur les tables,

grapillé le charbon au flanc des terrils,

ramassé branches et planches  pour allumer

                                        un feu de pauvre.

Mordues par la vie, elles restaient pourtant des mains d'enfant

qui habillaient des poupées imaginaires

et dessinaient des soleils sur des bouts de carton.

Entre la lessive et le devoir d'écolière, 

elles avaient gratté d'irréelles guitares

où leur âme se fendait en notes secrètes

                                          Entrte leurs gerçures,

elles avaient étouffé des colères de rebelle

et, mouillées de larmes, s'en étaint allées

cueillir la fleur rare, éclatée d'une graine aventureuse

                                          entre deux pavés.

Captives dans un atelier et tirant l'aiguille,

elles semblaient sur les taffetas, satins, broderies,

deux papillons voletant de corolle à corolle.

Du lot des meurtrissures, elles émergeaient aériennes

comme si leur vocation était d'apprivoiser les tourterelles. 

Un jour d'amour, elles déposèrent leurs fines nervures

                                           dans les poignes d'un ouvrier.

Les unes et les autres avaient de longues racines

gorgées de la houille du Sud et des sables du Nord.
Elles se nouèrent au temps des primevères, dans le souvenir commun

                                           du pain noir. 

Quand elles caressèrent mon premier battement de paupières

je reçus leur grâce au plus profond de ma chair.
Quand elles m'apprirent à cueillir un myosotis

ce fut pour le piquer dans mon coeur, que vivant

il y demeure à travers doutes et trébuchements.

Du langage des mains, elles me montrèrent tous les signes,

                                            puissants et délicats.

La tendre pression d'amour et la forte pression d'espoir,

le signe de l'adieu et celui du baiser,

les mains qui prient, s'offrent, maudissent,

                                           et le signe dur

du poing fermé pour la lutte finale,

les mains sur les yeux écrasant les larmes,

celles se frappant l'une l'autre dans l'enthousiasme,

et celles qui se creusent en coupe pour recevoir l'ondée,

ou s'écartent en croix ou dressent le flambeau,

tous ces signres, enfin, qui fusent du coeur...

                                           Les mains, les siennes,

sculptées dans la glaise des corons,

ne se refusant jamais à l'appel d'une détresse,

multiples et uniques, comblées de prodiges

                                           et de poignantes tendresses.

Elles sont vieilles aujourd'hui, traversées de veines bleues,

belles, comme le combat du blessé contre la mort,

comme une justice qui se montrerait nue,

comme l'obstination de l'aveugle à voir le jour

                                            dans sa nuit.

                                             Barbara Y. Flamand 

 

Vues : 52

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Barbara Y. Flamand mardi

Bonjour Gil,

Je suis embarrassée pour répondre à votre lettre.  Au départ, une situation individuelle -pénible - , ensuite l'attitude de la société  qui ne s'attaque pas aux causes de cette situation individuelle. Il ne faut rien espérer d'une société dont le système économique , soutenu par un Etat politique qui le conforte,  n'a pas pour but le bien-être (dans tous les sens du terme) du citoyen mais l'intérêt de la classe au pouvoir..

Toute la superstructure à partir de cette base économique ne peut que refléter cette absence d'humanité dans les relations et dans la culture..

Heureux ceux et celles qui ne subissent pas cette néfaste influence et  vivent selon les valeurs de l'humanisme.

Ce choix 'est pas confortable, il est même, parfois, douloureux à vivre. Mais c'est uniquement dans ce choix que nous assumons notre liberté.

Amicalement.

Barbara

Commentaire de Gil Def mardi

Bonjour Barbara

Lorsqu’une personne se retrouve dans une situation qui la malmène, qui l’afflige, qui la submerge, qui l’emprisonne, il ne sert strictement à rien de lui proposer quelque chose qui puisse changer son état d’âme, ses sentiments de tristesse, de peine, de détresse qui en sont la conséquence. C’est de la situation qui est la cause du mal être de cette personne dont il faut se préoccuper, qu’il faut prendre en compte avec justesse et lucidité, c’est d’envisager pour cette personne les moyens possibles de sortir de cette situation pour en trouver une autre qui soit plus supportable. Mais la plupart du temps, la société ne s’intéresse qu’aux manifestations des émotions que suscitent des misères, des catastrophes, des drames de toutes sortes, et présentement elle multiplie ces manifestations, les scénarise, les médiatise, les sacralise. Le moins que l’on puisse dire, c’est que tout cela ne débouche guère sur des décisions, des actions qui s’attaquent résolument aux causes de ces misères, de ces drames et ainsi nous demeurons à la merci d’une dictature du désordre, d’un tas de situations violentes, infâmes, sacrificielles, à la merci aussi d’une faillite culturelle qui pourrit, détruit tout entendement quand bien même notre volonté de vivre honnêtement, dignement, notre souci de respecter les autres, notre amour pour la compagnie des gens qui ont des gros cœurs, et pour les choses qui sont belles, agréables, et admirables.

En tout cas, cherche-monde, je suis et resterai. Il ne faut pas compter sur moi pour m’arranger d’une quelconque façon avec les histoires d’un monde prétentieux, absurde, obscène, archaïque, hystérique, cruel, destructeur, avec les histoires qui nous mentent, nous agressent, nous empoisonnent jusqu’à nous punir, nous faire disparaître parce qu’on n’est pas ceci ou cela, parce qu’on n’a pas le sou, parce qu’on n’a pas réponse à tout, parce qu’on n’a pas envie de marcher à grands coups de promesses et de menaces, ni de supporter sans broncher la loi des carriéristes de toutes sortes, la loi des prédateurs, des escrocs, des charlatans et des détraqués de la tête. Je ne suis en rien disposé à entrer dans une histoire sans correspondance avec mes besoins, mes désirs, et ce qui me permet d’aller bien.

 

Au plaisir de vous reparler. Amitiés. Gil

Commentaire de Barbara Y. Flamand le 15 mai 2018 à 23:03

Cher Gil,

je comprends cet état d'âme survenant après bien des années de contact avec une réalité que l'on a cru pouvoir combattre pour la hisser à un niveau supérieur. Et finalement elle est pire. Toute action solitaire est vouée à l'échec, elle doit s'intégrer dans un combat collectif mais celui-ci appartient au passé , les dernières décennies n'ont  fait que rétrograder, une régression politique, sociale qui atteint l'individu lui-même, évidemment. Cette situation demande une analyse qui déborderait largement d'un courrier. Mais, c'est justement cette analyse  à laquelle nous devons procéder dans notre vie privée, intime. qui peut nous écarter d'un sentiment de défaite.

Si nous avons pu rester fidèles à nos-mêmes, à l'idée que nous avions d'un mode de vie digne, eh bien nous avons  placé notre existence sur une bonne voie.  Le décor ambiant est attristant , certes, mais il faut surmonter le sentiment d'amertume qu'il provoque, et le meilleur moyen est toujours de garder des centres d'intérêt, de s'intéresser aux autres, et d'aimer.

J'ai l'air de donner une leçon. Je regrette. Mais mon âge m'a donné de l'expérience

Amicalement.
Barbara

  

Commentaire de Gil Def le 15 mai 2018 à 11:03

Bonjour Barbara

C’est dans le texte de Louis Aragon qui s’intitule « j’arrive où je suis étranger » que j’ai trouvé ce qui correspond le mieux à ce que je suis, à ce que je pense de ma situation présentement. Demain qu’importe, qu’importe hier, le cœur change avec le chardon, tout est sans rime, ni pardon… Je suis tel un voyageur harassé, fourbu, qui n’a pas trouvé l’endroit où il fait bon vivre, l’endroit où tout est simple. Je suis tel un voyageur qui ne l’est plus, qui est manifestement dépouillé de ce qui le faisait marcher et lui donnait l’identité d’un homme debout avec un bagage léger et surtout un rêve fou de paix, de liberté, de suspension du temps, de longues fiançailles de saison en saison. Je suis tel un voyageur au long cours revenu à son pays d’origine, devenu étranger à ce qu’est ce pays et pour les gens qui s’y trouvent, pressés qu’ils sont par je ne sais quelle urgence ou quel danger, qui ne parlent guère sinon pour dire qu’ils n’ont pas le temps.

Si j’ai voulu que ma parole soit juste, soit forte, bienveillante, utile, appuyée de mes actes, augmentée, multipliée par des actes d’intelligence et de bonté de tous les gens amoureux de la vie qui ont réussi, qui réussissent bien des choses remarquables, si j’étais fier d’être parmi les gens qui se reconnaissent, qui savent discerner ce qu’ils ont de meilleur en eux, et en faire une force contre toute adversité, si j’ai cru que la société changerait beaucoup et qu’elle dirait un jour : un pour tous, et tous pour un, je dirais volontiers qu’il me faudrait mentir pour que tout ça ne disparaisse pas, résiste, puisse encore avoir un sens, un peu de crédibilité … Je dirais volontiers que je suis un accidenté, en état de choc sévère, dans l’incapacité de savoir ce qui m’est arrivé, ce que j’ai manqué, ce qu’il faut que je dise et fasse désormais, ce qui peut me porter secours, et me redonner du courage. Mais c’est un accident de l’intérieur, et tout se complique, de tant de contraires qui se disputent, de tant d’adversaires au droit d’exister … Rien n’est précaire comme vivre mais peut être bien qu’un homme n’est complet qu’à son automne, et quand il est en capacité de rappeler à lui ce qu’il a tant aimé, de rappeler à lui des choses vivaces, précieuses et inaltérables …

 

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Barbara Y. Flamand le 12 mai 2018 à 22:41

Bonjour Gil,

Il y a bien longtemps que je n'ai lu quelque chose de vous. Je retrouve dans votre message ce qui, toujours, apparaissait quand vous vous  manifestiez : le souci humain situé dans le contexte économique, social, culturel. Nous avons souvent, toujours même, parlé de  concert.

Et puis, vous vous êtes tu. Ce que je comprends. Car dans la déshumanisation continuelle qui s'affirme depuis bien des années (dont vous décrivez quelques aspects) élever la voix paraît crier dans le désert.

L'apparition du robot intelligent dont les facultés supplantent les nôtres, n'a fait que réduire notre potentiel d'humanité. Il ne sait pas créer, non ! Il ne peut inventer, il n'a pas de sens artistique...mais l'absence de ces spécificités humaines n'est pas un manque, une lacune aujourd'hui. La société s'en passe facilement. Même dans le domaine sexuel, le robot rend les services attendus. Il y a deux ou trois jours, j'ai vu à la télé un document édifiant sur le sujet. Un sujet (je passe les détails) où la perte d'humanité est si flagrante qu'elle en devient angoissante.

Mais...ne désespérons pas ! Il reste toujours quelque part l'un ou l'autre pour dresser le flambeau.

Amicalement.
Barbara.

Commentaire de Gil Def le 12 mai 2018 à 11:20

Bonjour Barbara

Heureux de vous retrouver … J’avais déjà dit combien j’aimais tel texte. J’y ajouterais mon souhait de voir jaillir beaucoup plus de textes comme le vôtre au milieu de cette paupérisation culturelle, de cette frénésie identitaire actuelle qui consiste à se montrer, à se faire un nom, à s’inventer des histoires, à faire du spectacle, à usurper un rôle qu’on n’a pas ou ne peut tenir. J’aimerais infiniment beaucoup plus de textes qui soient pareillement chargés de sensibilité aux choses humaines, aux choses qui nous font exister, qui nous traversent tout du long, qui font que nous pouvons nous reconnaître, nous reconcilier, nous aimer dès lors que nos actes n’ont pas besoin de s’expliquer, de se justifier, de prouver quoique ce soit.

Votre texte est pour moi un document d’une grande importance, d’une grande densité d’informations informations grandement pertinentes sur la vie d’une personne qui me rappellent combien j’ai appris des personnes laborieuses comme elle, des personnes qui n’ont pas joué un rôle mais qui ont tenu un rôle bien plus important qu’on ne croit en raison de leur générosité, de leur fertilité sentimentale, et d’un sens aigu de ce qu’est la solidarité avec les autres, de ce qui est beau, et de tout ce qui peut nous sortir de toute situation de précarité ou d’enfermement.

 

Bonne journée. Amitiés. Gil

Commentaire de Barbara Y. Flamand le 12 mai 2018 à 0:56

Merci pour votre attention, Michel. Le temps ?  Au fond, il n'a de pouvoir qu'en relation avec notre vie intérieure.

Commentaire de Lansardière Michel le 11 mai 2018 à 14:24

Les signes dtu temps qui passe n'effacent pas les lignes qui nous unissent.

Commentaire de Barbara Y. Flamand le 10 mai 2018 à 22:07

Merci, cher ami.

J'espère aller d'ici peu voir le nouveau lieu de "Arts et Lettres"

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2018   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation