Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Les chants du crépuscule, livre du doute voué à la célébration des contraires

Il s'agit d'un recueil poétique de Victor Hugo (1802-1885), publié à Paris chez Renduel en 1835.

 

Composées entre août 1830 et octobre 1835, les trente-neuf pièces (précédées d'un "Prélude"), sans atteindre aux prouesses des Orientales, présentent une grande variété formelle. Si l'alexandrin domine, trois poèmes, dont "Puisque nos heures", choisissent l'octosyllabe, "L'aurore s'allume" opte pour le pentasyllabe et "Envoi des feuilles d'automne" pour le décasyllabe. L'hétérométrie est fréquente, ainsi que l'alternance strophique et métrique, en particulier dans les pièces épico-historiques. Odes et élégies composent pour l'essentiel ce recueil lyrique, sans exclure chansons ("Nouvelle Chanson" chante l'amour en vers impairs, 7 et 5, "Autre Chanson" en vers pairs, 8 et 4) ni "Hymne" («Ceux qui pieusement sont morts pour la patrie»). Pourtant, la manière de Hugo privilégie la rhétorique, avec ces «quand» et «puisque» souvent placés en anaphore. S'expriment ainsi les tendances profondes du recueil.

 

Livre du doute, placé sous le signe de l'ambiguïté («De quel nom te nommer, heure trouble où nous sommes?», "Prélude"), jouant dans la "Préface" sur le double sens de «crépuscule» (soir ou matin), ces Chants traduisent une attente incertaine ("Conseil"). Hantée par la perte de la foi que tente de conjurer l'"Espoir en Dieu", par les bouleversements politiques ("Dicté après juillet 1830"), et par le souvenir de la légende napoléonienne ("A la Colonne", "Napoléon II", "Le grand homme vaincu peut perdre en un instant"), l'époque n'offre au poète d'autre certitude que sa passion pour Juliette Drouet. Durant les séjours chez les Bertin, Hugo se partage entre l'épouse mère de ses enfants, glorifiée dans "Les autres en tous sens laissent aller leur vie", "Toi! sois bénie à jamais!", "Date lilia", et la maîtresse chantée dans bien des poèmes, avec "Hier, la nuit d'été qui nous prêtait ses voiles", ou encore "Oh! pour remplir de moi ta rêveuse pensée", "A Mademoiselle J.", "La pauvre fleur disait" et surtout "Dans l'église de ***"). La célébration de l'amour ("Au bord de la mer") éclaire ainsi tout le recueil sans en effacer les couleurs sombres.

 

La veine humanitaire mêle dénonciation des abus (les allégories de "Noces et Festins"), philhellénisme retrouvé (les deux "A Canaris"), pitié pour la Pologne ("Seule au pied de la tour") ou pour les détresses diverses ("Sur le bal de l'Hôtel de Ville", "Oh! n'insultez jamais une femme qui tombe"), s'indignant surtout devant la bassesse humaine ("A l'homme qui a livré une femme"). Mais le poète prône aussi la plate réconciliation ("O Dieu, si vous avez la France sous vos ailes"), et réclame la sollicitude des puissants envers les petits ("A M. le D. d'O"), au nom d'un pragmatisme moral très en deçà des élans généreux et prophétiques déjà exprimés ou à venir. La vertu l'emporte ("Il n'avait pas vingt ans") et accentue l'antivoltairianisme de Hugo ("A Alphonse Rabbe"). Pourtant, dans "A Louis B.", le poète retrouve des accents moins bourgeois en exaltant l'«hymne de la nature et de l'humanité», comme pour mieux illustrer l'ambivalence de ce recueil voué à la célébration des contraires.

Vues : 2218

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Lansardière Michel le 11 mars 2013 à 13:55

"C'est cet étrange état crépusculaire de l'âme et de la société dans le siècle où nous vivons"

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation