Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Le poète se lève, heureux et  joyeux, la tête encore pleine d’images d’un rêve merveilleux. Il s’étire et sourit.   Sa fenêtre ouverte donne sur le monde et ce matin, le monde est beau. Penché vers cet horizon de paix, le poète s’émerveille de cette quiétude qui s’étend devant lui. Des jours de cette importance ne sont pas rares pour lui. Il a su les inventer, les retenir et les vivre sereinement.

Son regard s’arrête sur la petite rivière qui coule, tranquille, emportant avec elle les ennuis d’une existence trop parfaite et serpente pétillante vers d’autres horizons. Les roseaux renferment les secrets de son lit  et se balancent légèrement sans faire de bruit.

Le vallon, déjà bien réveillé, se baigne dans la chaleur du soleil levant. Les nuages jouent le jeu de l’ombre et de la lumière entre le ciel et la terre.  La nature s’éveille. Les fleurs s’ouvrent délicatement et embellissent ce paysage, ce coin de terre laissé en paix. Les oiseaux, de chants mélodieux, harmonieux, emplissent l’endroit de vie.

Pour le poète, tout est matière à rêverie et son temps est précieux. Dans sa tête, tout doit être parfait et il s’adonne ainsi à observer les lieux de son bonheur plusieurs fois par jour.

La campagne environnante s’anime et le vent balance subtilement les blés d’or dans un frémissement musical unique. Les reines de l’endroit se font belles. Elles lissent avec délice leurs pétales rouges sang,  un nom de coquelicot raisonne. D’autres, toutes aussi jolies s’ouvrent au vent et se balancent sur leur tige.  Un bal quotidien que la nature offre à ce poète.

Du haut de son balcon, un vieux banc l’attend, face à cette peinture estivale. C’est ici qu’il prend sa plume pour coucher sur le papier les mots les plus doux, les plus beaux. Le temps perd sa réalité. Il le plonge dans un monde extraordinaire où il a délaissé la souffrance, l’ennui, la laideur.

Le poète se consacre à la beauté. Il est libre, libre dans son art.  Son univers est au bout de ses doigts et prend forme à chaque minute. Ses écrits sont magnifiques et l’âme du poète en sort confortée, honorée de tant de charme. Il vit de ses mots comme d’une pitance céleste que lui seul peut gouter. Quelques poètes comme lui connaissent le goût de cette nourriture divine.  Dans son esprit, sa mission est de transmettre ses mots d’amour aux hommes et en faire leur bonheur. Sa tâche est lourde, importante.

La chaleur, bien installée sur le vallon, s’estompe doucement avec l’arrivée de l'obscurité. Pénombre qui s’installe comme une silhouette aux bras tentaculaires et qui éteint pour la nuit la beauté du lieu. Reste les odeurs capiteuses, les parfums enivrants du soir sous une pluie d’étoiles. Le poète s’endort.

A l’aurore naissante, la lumière de la terre réapparait. Une délicate rosée se lève et rend la vie au monde. Elle nourrit, anime la nature pour que tout recommence.

Le poète s’éveille.

Vues : 190

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Josette Gobert le 30 mars 2015 à 15:48

Exact Sandra. L'âme du poète est précieuse. Elle est une beauté dans ce monde. Merci de votre passage

Commentaire de Josette Gobert le 11 mars 2015 à 8:38

Bonjour Béatrice,


Sous l’excellence de sa plume, le poète dénonce également. S’il est vrai que la nature offre à ce peintre des mots une palette unique de couleurs, le poète trouve également en lui un autre plateau tout aussi important de sentiments qu’il exprime pour embellir sa propre nature et la faire partager aux autres.


Amicalement Josette

Commentaire de Josette Gobert le 11 mars 2015 à 8:31

Bonjour Rolande,

Difficile de rêver à des choses laides, moches et le poète l’a compris. Mais à travers cette beauté, cette bonté qu’il exprime, il réveille les consciences sous une autre forme. Je connais comme beaucoup le côté sombre de la vie que je peux exprimer aussi. Le monde a besoin de rêver, de beaucoup rêver pour ne plus pleurer et un peu de lumière, de chaleur ne peut faire de tort.


Excellente journée  chère Rolande.


Amitiés Josette

Commentaire de Josette Gobert le 11 mars 2015 à 8:21

Merci Nicole pour votre commentaire. Tout est poésie à qui sait entendre, voir et les plus petites choses sont parfois les plus importantes. Un beau paysage, un rayon de soleil, une goutte d’eau et le monde se remplit de lumière.


Amitiés et bonne journée


Josette

Commentaire de Josette Gobert le 11 mars 2015 à 8:17

Le poète éveille les consciences  et donne souvent à réfléchir. Merci de votre commentaire Michel.


Josette

Commentaire de Quivron Rolande le 10 mars 2015 à 17:01

Impossible de ne pas rêver à cet univers inaccessible pour la plupart des humains englués par la déshumanisation de notre monde.

Pour nous déconnecter et retrouver la saveur de la Beauté, de la Bonté, bref, de tout ce que fait l'Amour autour de nous, au travers de nos manques de ne pouvoir atteindre l'étoile se perdre dans l'Infini de ce qui nous dépasse,  rejoignons donc ce gentil poète et entrons sur la pointe de nos failles dans son univers.

Mais comment ne pas voir aussi les errances, les haines qui nous divisent, les humains qui vivent la géhenne, bref, l'autre versant d'un décor idyllique? Le poète n'est-il pas aussi celui qui dénonce, pleure et crie son immense désarroi face aux douleurs du monde ?

Que fera-t-il lorsqu'il se réveillera de ce trop beau rêve si bien décrit avec ton talent unique, Chère Josette ?

La nature est magnifique mais elle a aussi un autre versant.

Seule la méditation devant un paysage merveilleux, une nature qui s'éveille au printemps, bref, "tout ce qui met dans l'âme une attente immortelle" comme le dit Verhaeren à propos du vent ....peut nous faire atteindre la transcendance.

Excuse-moi de mettre un petit bémol à cette vision idyllique, mais la vie, hélas, n'est pas toujours un long fleuve tranquille. Et tous n'ont pas la chance de pouvoir savourer la Beauté et croire en la Bonté. Mille amitiés. Bisous.Rolande

Commentaire de Nicole Duvivier le 10 mars 2015 à 12:04

Merci , Josette ! J'ai savouré la lecture , légère et positive,  de ton texte !

De quoi emmener l'âme au plus beau des paysages terrestres et au meilleur de l'être humain...

Je suis convaincue que les poètes sont infiniment plus nombreux que ce que l'on pense... la poésie peut se cueillir partout ... et bien des personnes, de tout âge, de tous horizons , ont la poésie en eux ... certains l'expriment, d'autres non ...  tâche ardue, sensible  s'il en est,  que le partage de qui l'on est et du regard que l'on pose sur ce qui nous entoure !

" Arts et Lettres "  est riche de quelques "superbes pépites poétiques " dont la profonde humanité nous enrichit le cœur !

Douce journée à toi ! Amitiés,Nicole  

Commentaire de Lansardière Michel le 10 mars 2015 à 11:57

Le poète a un jour d'avance. Le poète nous éveille.

Commentaire de Josette Gobert le 10 mars 2015 à 10:27

C’est ce qui disparait le plus…les poètes


Merci Adyne pour  ton appréciation.

Amitiés

Josette

Commentaire de Josette Gobert le 10 mars 2015 à 10:26

Rêver... d'un impossible rêve... rêver à la beauté des mots...


C’est très plaisant de rêver et rêver un impossible rêve…comme le Grand Brel. Quoi de plus agréable.


Merci  Jacqueline pour le commentaire.


Amicalement


Josette

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en octobre 2020. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation