Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Il s’agit d’un essai autobiographique de Roger Caillois (1913-1978), publié en 1978.

 

La vie, l'oeuvre de Caillois furent une ample "parenthèse". Il naquit à Reims en 1913. L'univers offrait à ses yeux toutes les analogies possibles. Ces impressions influencèrent sa démarche critique et confirmèrent par anticipation ses travaux sur le sacré. Dans les décombres de sa ville dévastée, il découvrit la précarité des choses. A la recherche de l'unité absente, il analysa les pouvoirs de l'imagination par le biais du surréalisme, de la sociologie, de l'histoire des religions. Mais il rompit avec l'imprimé et considéra les livres comme de simples supports d'analogies multiples. Il découvrit le mystère du monde dont seule la poésie peut donner un équivalent. Il entrevit alors l'unité cosmique et connut la vanité de l'écriture. Il ne s'agit pas de condamner la civilisation. Seule importe la conscience de participer à la nature sauvage du monde, car s'impose à nous la fragilité de l'espèce humaine dont la complexité dénonce la faiblesse. Conscient de son inutilité, l'auteur rejoint enfin le mystère du monde dont il s'efforce de mimer par le langage l'impassibilité minérale.

 

Testament intellectuel, le Fleuve Alphée se donne comme la réflexion de Caillois sur son propre cheminement intellectuel. En reprenant une fable mythologique pour désigner cette évolution qui va du réel au livre puis revient au monde, l'auteur se conforme à sa volonté d'incarner la parole, de la transformer en illustration de l'idée plus qu'en substitut logique du concept. Avec une humilité de moraliste, Caillois considère son oeuvre comme une parenthèse mais il en dégage la progression cohérente. Tel Alphée, il retrouve son cours. Parvenu, au terme de son initiation, à percevoir l'unité du monde, il renverse les perspectives: il ne s'agit plus de dominer la matière pour déceler des processus analogiques universels mais de s'intégrer, lui, roseau pensant, dans le mécanisme général qui englobe toute l'espèce dans un mouvement perpétuel à la fois d'osmose avec la matière et de retour au néant. Il redevient un individu, dans la conscience de sa précarité et de son appartenance au cosmos. Ce mouvement réflexif, il en retrace la genèse en évoquant son enfance, l'époque où son imaginaire subit des influences indélébiles: il se passionna, comme les surréalistes, pour la magie des choses, dont le mystère développa sa tendance à l'analogie; puis, il perdit la prescience de cette affinité fondamentale avec le monde pour se perdre dans l'univers des livres et brider son propre lyrisme. Ensuite, il abjura la religion de l'imprimé et maîtrisa l'imaginaire. Tout devint le support d'analogies multiples mais conscientes, jusqu'au livre lui-même, objet ouvrant vers une réalité métaphysique, vers la totalité de l'univers. Ainsi l'homme n'édifie rien; simplement il met au jour une architecture secrète, à condition de savoir calquer son expression sur le langage mystérieux des objets, pour suggérer - sans l'expliciter - cette vérité qu'il approche sans jamais parvenir à la toucher.

Vues : 1059

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation