Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

La prisonnière du Roi – Gilbert Bordes – Presse de la cité ISBN 978-2-258-19382-6

L’histoire des rois de France m’a toujours interpellé.  Faut-il que le destin funeste d’un souverain, Louis Capet, ne soit que le fruit de sa propre maladresse ?  Ne faut-il pas voir en cette tragédie l’accumulation d’orgueil, le poids accumulé par ses ancêtres, celui de croire que la divinité guide le destin de certains monarques jusqu’à les autoriser à toutes les exactions ?  Versailles a rendu la France exsangue, n’en déplaise à tous ces aveuglements en raison de son prestige et pas que !  Le sang versé depuis tant de générations, ces guerres allant jusqu’au génocide des peuples du sud, ces cathares qui n’avaient commis pour outrage que celui de puiser les préceptes de gloire au sein même d’une religion se développant par l’exemple des parfaits, ces gens-là que Rome haïssait pour de vénales convoitises.

« La prisonnière du roi » aspira ma lecture jusqu’en cette année 1193, le 15 août exactement, jour où la princesse danoise, Ingeburge, se voit sacrée reine de France par son époux « Philippe Auguste ».  Sacrée reine de l’un des royaumes les plus puissants d’Europe n’y a-t-il pas prémisse à une vie auréolée de gloire ?  Sauf que, après une nuit de noces qui laisse sans réponse de nombreux questionnements, le roi répudie son épouse.  Il aurait pu en rester là, forcer sa dame à rejoindre le royaume dans lequel son enfance s’est épuisée en de joyeuses compagnies, ces instants que l’on peut associer à jeunesse bienheureuse…  Mais la reine ne l’entend pas de cette façon…  Consacrée par les huiles saintes elle sait que son titre de reine ne peut être contesté sauf si ; le mariage venait à être fracassé par la main virginale (en théorie) d’un pontife qui ne s’en laisse pas compter.  Surtout, surtout que le roi fréquente une autre damoiselle, qu’il la présente jusque dans la salle du trône laissant entendre par son comportement que Sa Majesté est officieusement bigame.  Le roi quémande que justice soit rendue, enfin, justice telle qu’il l’entend. 

On réunit un conclave qui se retrouve devant un dilemme insoluble   Parole de roi contre parole de reine, voici de quoi tourmenter les plus audacieux des inquisiteurs sachant qu’à cette époque ma foi, on ne rigolait pas avec les geôles du palais.

Voici le mortier qui servira de fondement à un roman passionnant.  Gilbert Bordes approche une période tumultueuse dans laquelle se joue l’avenir des nations en devenir.  Ici, la mort est omniprésente, offerte sans égratigner la conscience, surtout celle du pouvoir, la gestion tyrannique du détenteur de la couronne…  On dit que les rois sont placés sur le trône par Dieu lui-même…  Faut-il le croire ou, se trouve par cette déclaration une façon de faire ployer les peuples ? 

Gilbert Bordes est né en Corrèze, ah ! la Corrèze…  Pays admirable tant par la beauté des paysages que par la préservation des maisons ancestrales qui gardent ce parfum médiéval que l’on ne peut ignorer.  J’ai la tentation d’écrire qu’il faudrait lire « La prisonnière du roi » à l’ombre des noyers du cru, contemplant Collonges-la-Rouge en tournant de temps en temps le regard vers cet autre département, son voisin, le lot, au centre duquel brille la ville de Rocamadour.

Mais il serait faux de croire qu’à la lecture de ce roman seuls les historiens y trouveront leur plaisir, au contraire.  Il y a tant d’ingrédients qui fascinent le lecteur que je ne sais lequel mettre en exergue afin de vous conduire vers un appétit certain.  Belle écriture qui berce nos regards, fascine notre imagination et porte notre soif, presque une addiction, à précipiter sa lecture pour en connaître le dénouement.

Les presses de la Cité deviennent à mes yeux référence quant à la qualité de ses auteurs.  Combien de livres dévorés en raison de textes hypnotisant ?  Mais il serait faux d’écrire que Gilbert Bordes est débutant en la matière.  Prolixe en écriture il est connu, reconnu pour la qualité de ses œuvres trop nombreuses pour être énumérées ici.  Prolixe ne signifie pas qualité je vous le concède et cependant, dans le cas qui nous intéresse, l’auteur mérite qu’on le salue avec toute la déférence qu’il nous est possible d’exprimer.

Philippe De Riemaecker

(Retrouvez les chroniques de Philippe De Riemaecker sur le Babel-Art, Chouette Magazine,  P.TV, )

Vues : 10

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation