Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Il y a des insectes au dard douloureux,
Et aussi ceux qui véhiculent une maladie mortelle,
Que sans le moindre regret ou respect pieux
Nous amenons à la demeure éternelle !

C’est évidemment le chant qui nous alerte,
Une chanson qui déjà par le passé nous a piqué,
Mais aussi la vue hideuse ou la couleur verte
Des marais ou poubelles où ces bêtes ont logé.

Pour jeter ces indésirables bestioles en Enfer,
Une bouteille est placée parmi les fleurs.
Elles peuvent entrer et goûter la fatale liqueur
Où leurs pattes s’épuiseront en duels amers.

Le papillon aux couleurs chatoyantes butine à côté,
Ses ailes immenses ne peuvent entrer par le goulot.
Bienheureux de cette robe dont il n’est pas ôté,
Il pourra, quant à lui, une seule journée vivre beau !

Vues : 82

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 19 septembre 2015 à 23:31

Merci Josette.Ce sont les frelons asiatiques qui colonisent de plus en plus les arbres et même les maisons. Leur piqure est mortelle. Méfiance donc face à ces lourdauds gigantesques et très résistants  Bonne nuit, amitiés, gilbert.

Commentaire de Josette Gobert le 15 septembre 2015 à 9:42

Bonjour Gilbert,

je me suis faite piquer cette année et je n'avais pas de souvenir d'une telle douleur. Heureusement que les papillons nous donnent du bonheur par leurs envols. Merci et amitiés

Josette

Commentaire de Gilbert Czuly-Msczanowski le 11 septembre 2015 à 13:27

Bonjour Nicole,
Vous ne pouviez être indifférente, vous qui peignez avec autant de précision et de beauté le monde animal.Merci pour votre appréciation. Le temps d'une respiration , je vous inviterai ainsi que tous les amoureux des pigeons à partager mon poème "Pigeon vole ". Enfant du Nord de la France, j'ai grandi non pas dans un pigeonnier ( ! ) mais parmi beaucoup de passionnés de coulons. Je me demande si couloneux  comme ils s'appelaient entre eux est un mot francophone ? En tout cas j'en connais un et c'est pour lui que ce poème était adressé qui a passé toute sa vie au pied de son pigeonnier : pas de vacances, pas de week-end et même les repas au milieu de ses pigeons tant aimés !. Amitiés, gilbert et belle journée de même.

Commentaire de Nicole Duvivier le 11 septembre 2015 à 11:06

Bien observé, Gilbert ! Et très finement exprimé !  Vos lignes me mènent au-delà des mots,  à la manière d'une Fable de La Fontaine ... 

Merci de votre partage  et douce journée à vous  !  Cordialement, Nicole

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation