Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

En 1992, pour le journal ou j'occupais le poste de correspondant de presse,, j'avais « osé » le titrer du nom du ministre en poste à l'époque des faits, suivi de.... Père et fils, import / export.. Le père (ministre dans les années 60) ayant « importé » des enfants noirs de l'île de la Réunion et le fils 30 après proposant l'inverse pour je ne sais plus quelle fumeuse raison. Bref mon titre n'a pas plu, et mon papier est passé aux oubliettes. Le voici, 26 ans après sa rédaction par votre serviteur.

Ces témoignages recueillis sur les lieux d'un tournage en Creuse, et cette page de notre histoire ont fait l'objet de plusieurs films à la télévision.

...

L’île Creuse.

Jeu de mots sur le titre – Travelling arrière sur l’île de la Réunion, et travelling avant sur la Creuse, département français, qui est devenu un jour d’août 1965, leur nouveau pays.

Au départ de « l’aventure » je dirais plutôt « enlèvement », un problème démographique existait en l’île de la Réunion jugée surpeuplée, et le département de la Creuse, où, peut-être s’amorçait déjà une fuite de la population cherchant vers d’autres cieux l’illusion d’un avenir meilleur. La solution était d’une simplicité élémentaire (sur les papiers, pas dans les cœurs.) il suffisait d’accréditer la thèse des vases communicants.

Seulement voilà, en 1965, l'homme, les politiques, n’ont pas joué avec des chiffres ou des haricots, mais avec des enfants qui avaient les yeux grands ouverts pour voir s’éloigner la terre de leur enfance. Des mômes avec un cœur qui battait la chamade dont une moitié déchirée voulait rester avec les frères, les sœurs et les parents, sur l’île…. leur île ; et l’autre moitié qui voulait espérer que cette France, cette Creuse, dont on leur avait tant et tant parlé en leur faisant miroiter la magnificence, leur apporte les cent pour cent de bonheur auquel ils avaient droit, c'était promis, juré.

Ces enfants, petits et ados, étaient classés, pour certains « enfants à problèmes » car venant souvent de la DDASS. Comment, par cette appellation arbitraire, a t-on pu sans aucune déontologie mais en alignant une colonne de chiffre, décider pour autrui ce qui serait le bien et le mal ?

En un peu moins de cinq ans, deux cent jeunes Réunionnais et Réunionnaises (1600 en 1981) vont être transférés, déracinés de leurs attaches familiales pour satisfaire une idéologie au-dessus de tout soupçon, puisque soi-disant bénéfique à ces jeunes, « malades » de la déstabilisation du monde des adultes vivant dans l’île de la Réunion.

Stop ! Le bateau aborde le quai bétonné d’un port français - Plus loin, la gare, on embarque rapidement car en France on essaie de respecter les horaires. Le train roule maintenant entraînant Alain dans le staccato…staccato lancinant des rails sur les traverses. Alain qui nous parle maintenant et qui vingt cinq après (en 1992) ne comprend toujours pas… !

Alain : « C’était dur au début, très dur. Monsieur H…, chez qui j’avais été placé, était gentil. C’est vrai que j’avais une famille mais ce n’était pas la mienne ; c’est vrai que le ciel était toujours au-dessus de ma tête mais le bleu était différent ; et puis, en Creuse, en comparaison de mon Île, bonjour le froid ! J’avais l’impression d’avoir été abandonné par la terre entière. Au pays, le père et la mère entourés de la grand-mère, des frères et sœurs, continuaient de vivre, et moi j’étais seul. Bien certes, mais seul…avec ma peau noire. Ce que je ne savais pas, c’est que mes frères et sœurs seraient déracinés à leur tour. »

Vingt cinq après (en 1992) Alain est creusois et fier de l’être, mais une partie de son cœur est malgré tout restée dans son île, celle qui l’a vu naître. Il ne comprend toujours pas qui a pu signer en bas d’une page officielle la décision de placement dans une famille française, à des milliers de kilomètres de là ! Ce n’est ni son père, ni sa mère et encore moins sa grand-mère, alors qui ? Aujourd’hui il n’en veut à personne mais il aimerait bien comprendre et pouvoir expliquer à ses enfants qui sont nés sur la terre de France, en Creuse, qu’un jour pour « son bien » l’homme cultivé ou se réclamant comme tel, l’a arraché à ses racines, sans autre forme de procès.

A notre table, il y avait aussi Jean-Pierre, qui lui, constate les méfaits de cette décision moyenâgeuse.

Jean-Pierre : « Que reste t-il aujourd’hui des quelque deux cents Réunionnais arrivés en France entre 1965 et 1969 ? Beaucoup sont repartis au pays après quelques années, d’autres se sont suicidés parce qu’ils n’ont pas eu la possibilité de s’adapter à leur nouvelle vie. Je connais même des filles qui ont terminé sur les trottoirs de Pigalle, et, si dix pour cent d’entre-nous ont réussi à se faire une situation honorable et à s’intégrer complètement à notre nouvelle île, la Creuse, c’est bien le maximum ! Mais ici aujourd’hui on y est bien, on fait partie des meubles. Nous sommes Creusois car nous sommes restés dans ce pays qui nous a accueilli. Il n’en reste pas moins que quatre vingt dix pour cent d’échec c’est énorme, mais c’était prévisible, trop de différences nous séparaient…

Alain, Jean-Pierre et d’autres nous ont parlé, ou simplement souri, parfois prononçant des phrases simples, courtes, mais empreintes de nostalgie et de…prudence. Et pour cause, moi le petit «écrivain», je suis blanc, Français, né en France, et peut-être que je ne fais qu’écouter sans chercher à comprendre. Peut-être que je suis raciste et que je ne vais pas les défendre dans mon « papier » en écrivant l’erreur impardonnable commise à leur encontre. Peut-être que je ne vois pas au fond de leurs yeux ce que le cœur me crie ? Peut-être que les mômes qui chahutent autour de nous, nous sont indifférents parce que nous n'avons pas la même couleur de peau ? Et peut-être aussi, qu’après tout, nous sommes là pour faire un film, écrire sur journal, et qu'on s'en fout !

Et bien non ! Depuis quelques années ce scandale à été filmé plusieurs fois, et aujourd’hui Alain, Jean-Pierre et les autres vont pouvoir le lire. Il reste de cette pitoyable histoire, qu'en cette fin de vingtième siècle, quelques hommes ont décidé du destin de leurs semblables sans chercher à introduire les mots: amour, fierté, honneur et racines dans leur démarche. Ceci a inévitablement conduit ce projet à un échec total, sauf pour les quelques exceptions qui sont restées et qui aujourd’hui sont profondément attachées à la Creuse.

Lise Deramont a réalisé un film en 1992 sur ce sujet, son titre à lui seul suffit à la fin de cet article…IMAGINE, ON A SURVECU.

Vues : 33

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation