Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Hommage pour le centenaire de la naissance de Jean Genet (2) – Journal du voleur

Dernier ouvrage d'une période de grande fertilité narrative avant un long silence dont Genet ne sortira qu'en 1955, contemporain de la pétition lancée par Sartre et Cocteau pour une grâce définitive de l'écrivain-voleur, le roman « Journal du voleur », publié en 1949, constitue un adieu en forme de bilan, ramassant, dans une codification plus réfléchie que jamais, la revendication du Mal dont les romans précédents tiraient parti.

Arpentant «une contrée de [m]oi-même [...] nommée l'Espagne» dans un va-et-vient de souvenirs romancés et de réflexions, le texte met en scène de façon décousue l'errance du jeune Genet en Europe durant l'année 1936-1937, après sa désertion de l'armée où il était engagé volontaire. Barcelone, Anvers, Trieste servent de cadre à une descente aux enfers (vol, mendicité, prostitution) qui proclame la gloire de l'infamie. Le minable Salvador, le manchot Stilitano, tous deux amants du narrateur, Armand et Robert, les mendiants, souteneurs et «tantes» figurent les personnages sacrés de cette liturgie biographique, magnifiant l'abjection pour une «victoire verbale» qui pervertit le genre du journal, et transforme la masse décousue des souvenirs en une messe poétique.

«Mais comprend-on? Il ne s'agit pas d'appliquer une philosophie du malheur, au contraire. Le bagne [...] m'offre plus de joies que vos honneurs et vos fêtes. Cependant ce sont ceux-ci que je rechercherai. J'aspire à votre reconnaissance, à votre sacre»: derrière la sainteté renversée qu'analyse la minutieuse description de la dégradation de l'âme comme du corps («J'énumère les plaies secrètes»), le Journal du voleur effectue un véritable travail de sape des habituelles catégories; la brutalité des amants est une délicatesse plus subtile, la dégradation est un sacre, et la splendeur d'une langue qui monte en bijou l'exploration du sordide vise d'abord la ruine de toute lecture réaliste ou naturaliste d'une expérience pourtant vécue. L'abandon du masque romanesque ne produit donc en rien une parole personnelle: l'écriture est un contrat avant d'être un aveu, et les faits y sont, à chaque fois, pervertis en des rites: «S'il parle des mendiants du barrio Chino, c'est pour agiter somptueusement des questions de préséance et d'étiquette: il est le Saint-Simon de cette cour des Miracles», écrira Sartre, à qui le livre est dédié. L'aventure du jeune Genet forme alors une odyssée existentialiste (voir Notre-Dame-des-Fleurs) préoccupée de la revendication de soi-même, et, surtout, d'un bouleversement des hiérarchies de l'être et du paraître. L'exclu s'y affirme contre l'ordre du monde en sanctifiant dans la langue ce qui d'ordinaire échapperait à la beauté. Conscience et liberté dépendent d'un acte, et c'est en quoi le caractère arbitraire de toute valeur permet de parler d'une vertu: il ne s'agit que de choisir, et de se choisir, loin de toute fondation des valeurs humaines. Mise en scène, assurément moins consciente dans l'écriture qu'elle ne le paraîtra après l'étude de Sartre, cette dimension philosophique affleure dans le texte par une théâtralité généralisée qui annonce la future transformation du romancier en dramaturge.

Vues : 60

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation