Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Est-il encore oiseau celui qui perd ses ailes ?


 

Ô larmes desséchées ! Comment vous retrouver

Alors que cette fois j’ai besoin de pleurer 

Et vous voir arroser ce cœur aride de plaintes,

Cette bouche dont la parole a oublié l’adresse ?

Comment ne pas pleurer cet oiseau qui était

Hier encore symbole de l’envol et des joies ?

Comme si d’être orpheline très tôt n’avait suffi,

Ou de perdre de suite trois embryons sans noms

Etait un moindre mal pour l’âme prisonnière

Du silence des morts des vieilles traditions !

« Se plaindre, lui dit-on, n’est pas bon pour une femme 

Dont l’éducation doit l’élever sans vacarme

Pour qu’on célèbre  dans le silence sa patience ! »

Et pleuvent les parallèles aux prophètes et aux saints !

Jusqu’à ce que le Moi s’emmure dans le silence

Et dans l’abnégation disparaisse tout Non !

Cet oiseau qui hier faisait la joie de tous ;

Beau, joyeux, élégant, bon vivant et parfait,

Ne vole que d’une seule aile, les pieds quasi liés,

Et regarde peiné sa nichée quémander

Jeux, soins et attentions, est-ce trop demander ?

Trop, bon Dieu, pour l’oiseau de daigner lui laisser

Aux moins ses deux petites ailes pour pouvoir caresser

Ce duvet qui rappelle sa vieille mobilité ?

© Khadija ELHAMRANI,  vendredi  03/5/2013.

Vues : 165

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Charlier Loïc le 13 octobre 2014 à 16:00

toujours aussi beau Khadija...Amicalement...Loïc

Commentaire de Notte Marcelle le 15 juillet 2013 à 22:00

très bien écrit mais la question est : qu'est ce qu'il y a derrière ces mots - une douleur extrême - un appel !!!

 

Commentaire de Rébecca Terniak le 15 juillet 2013 à 21:27

Khadija ELHAMRANI -

Je ne sais pas si ton ancienne page sera encore visible ou pas. Celle ci.
Aië !

Il faudrait sauver toutes tes merveilles.

Est-ce que Robert Paul pourrais t'aider à dupliquer les anciens billet sur la nouvelle ?

Peut être ce serait abuser de sa bonté... ?!

Va chez chacune de nous que nous te faisions la fête !

Commentaire de Valériane d'Alizée le 6 mai 2013 à 16:33

Je sais par expérience personnelle, combien la différence est grande entre se nourrir de philosophie (ici l'Ataraxie prônée par un grand penseur persan...) et réussir à la mettre en application au quotidien...

Loin de moi, donc, de me positionner en donneuse de leçon, j'éprouve simplement le besoin de communiquer quelques vers consolateurs, ou du moins censés témoigner de ma compassion à notre "Lumière d'orient" :

Pour le sage, tristesse et bonheur se confondent,

Comme le bien, le mal, qui partagent le monde.

Il prend d'un cœur égal le bonheur qui survient,

Et la peine qui frappe et qu'il n'attendait point.

Omar Khayyam


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 5 mai 2013 à 14:27

Vous exprimez ici une complainte douloureuse que nous savons fraternelle, pour lors en gris. Mais ce cri est tellement empli d'empathie qu'il reste néanmoins bon espoir car l'affection y est tellement présente. Et cela est l'essentiel.

Commentaire de Lansardière Michel le 5 mai 2013 à 12:36

Fleurs de mots à fleur de peau.

Qu'il faut parfois un long cheminement pour s'extirper doucement de son enveloppe larvaire, s'étendre progressivement, s'imbiber du suc de vie, avant de voir les ailes d'une demoiselle se déployer.

Avec tout mon amitié.


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 5 mai 2013 à 0:33

Chère Khadija,

Toi qui prodigues si souvent des paroles apaisantes, reçois à présent toute notre affection.

Le malheur frappe à notre porte, aveuglément.

L'oiseau blessé va se réfugier dans le chaleur du nid, lissera ses plumes endolories, et, entouré de l'amour des siens, retrouvera du courage et de la volonté.

Courage Khadija.

 

Commentaire de Rébecca Terniak le 5 mai 2013 à 0:20

Chère Khadija,

Enfin tes si jolis mots prennent sens ...

Je comprends  aujourd'hui ce poème où tu te désoles

pour ta petite soeur !

Que cette épreuve trouve une amélioration, si possible.

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

De belles oeuvres de Liliane Magotte:

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en janvier 2021. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation