Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Entretien avec Nourreddine Louhal, Ecrivain: « Tombée de rideau et tombée de plafond sur nos cinémas »

Devant la dégradation du parc cinématographique algérien, l’écrivain Nourredine Louhal qui vient de publier aux éditions Aframed « Sauvons nos salles de cinéma »  lance un SOS et plaide  pour un sursaut rapide  pour redynamiser  l’industrie cinématographique algérienne. Dans cet entretien qu’il nous a accordé, il met le doigt sur la plaie et propose des pistes pour impulser un nouveau souffle à ce secteur en décrépitude

L’Express dz : Votre dernier ouvrage  « Sauvons nos salles de cinéma acte II »  (Si nos salles de cinéma m’étaient comptées) est une sorte de plaidoirie pour la renaissance du cinéma en Algérie.  A travers votre livre-enquête publié aux éditions Aframed 2019, que pouvez-vous dire  de l’état actuel de l’industrie du cinéma en Algérie  

Louhal Nourreddine : L’unique baromètre qui soit fiable pour l’évaluation de l’état réel de l’industrie du cinéma reste évidemment le grand écran que l’on n’a plus hélas ! A cela s’ajoute le déficit qu’il y’a autour de l’annonce de nouveautés et de statistiques inhérentes à la propension réelle de la vente de billetterie qui atteste du taux de fréquentation des salles de cinéma d’Alger-centre mais aussi de Riadh-El-Feth (El Madania) l’instar d’« Ibn-Zeydoun », filmothèque « Mohamed-Zinet » et « Sid-Ali Kouiret » (ex-Le Cosmos) . Autre disparité pour cause de travaux décidée dans le sillage de l’hôtel « Safir » (ex-Aletti), la salle Le « Mouggar » (ex-Colisée) qui était dans un passé récent, l’idéal support d’inédites projections telles que « L’Andalou » (2014) de Mohamed Chouikh, « Mascarades » (2008) de Lyes Salem et « Harraga blues » (2015) de feu Moussa Haddad. A ces indigences, se greffe également l’aridité en termes de subventions dont souffre le cinéma. D’où qu’il est malaisé d’estimer ou de jauger l’industrie du cinéma du terroir qui était des plus florissante dans les années 1960-1970. En effet, il ne faut pas perdre de vue que l’Algérie s’était investie dans la coproduction d’indémodables classiques d’envergure universelle à l’exemple de la : « La Bataille d’Alger » (1966) de l’italien Gillo Pontecorvo, (1919-2006), « L’Étranger » (1967) d’après le roman d’Albert Camus, (1913-1960) et adapté à l’écran par Luchino Visconti (1906-1976), « Z » (1969) de Costa-Gavras et « Remparts d’argile » (1970) de Jean-Louis Bertuccelli (1942-2014) qui été auréolé du prix « Jean-Vigo ». 

-Produire des films, c’est bien ! Les projeter dans les salles de cinéma d’Alger et de l’arrière pays serait mieux.  Mais ce n’est pas le cas actuellement, n’est-ce pas ?

La dissolution entre autre de l’Oncic et du Caic qui géraient le cinéma a arrêtée net l’ascension de notre 7e art qui a enfanté au bout d’un itinéraire jamais égalé « Alger l’insolite ou Tahia Ya Didou » (1971) de Mohamed Zinet (1932-1995) et s’est adjugé même la Palme d’or à Cannes pour « Chronique des années de braise » (1975) de Mohamed Lakhdar-Hamina. Laissé donc orphelins de ses opérateurs, le cinéma algérien évolue actuellement en dents de scie, eu égard à l’austère bourse de l’Etat qui se refuse de desserrer ses cordons. Du reste, et si production filmique il y’a, celle-ci se limite aux avant-premières mondiales et puis rien… A ce sujet, j’ose paraphraser Merzak Allouache qui à braver le débat : « Pourquoi s’obstiner à faire des films s’il n’y a pas de salles où les projeter, » lors de l’avant première de son film « Harraga » (2013) à la salle « Sierra-Maestra ». Et depuis, le hall de l’ancien « Hollywood » abrite les étals de l’artisanat au lieu de la biennale du cinéma. Il est vrai que l’artisanat est aussi essentiel mais ce n’est pas sa place. C’est triste !

-Est-ce vrai que dans les premières années de  son indépendance l’Algérie possédait le parc cinématographique le plus important à l’échelle du continent africain et du monde arabe ?

Effectivement, l’Algérie s’enorgueillit d’un parc d’environ 450 salles de cinémas que nous enviaient nos voisins du Maghreb et d’autres pays du bassin méditerranées. D’ailleurs, j’ai énuméré l’inventaire de nos salles de cinéma que j’ai fréquenté à El- Biar, La Casbah, Alger-centre, Bab-El-Oued, Belouizdad (ex-Belcourt) et au-delà même de la limite de la Capitale. Exhaustif, l’inventaire s’étend à la banlieue d’Alger et englobe les salles d’Oran, de Constantine, de Sétif, de la Kabylie, du Khroub et de Tébessa. En plus qu’il soit chiffré, le répertoire comporte l’exactitude de l’appellation ancienne et nouvelle de chaque salle ainsi que l’exacte localisation de ce lot de salles obscures. Mieux, les salles étaient pour la plupart « réfrigérées » pour dire « climatisée » à l’exemple du toit ouvrant de l’ancien « Majestic » de Bab-El-Oued où il était loisible au spectateur de s’aérer en plein air. Authentique ! Véritable musée, l’actuel « Atlas »  était la scène de prédilection d’inaccessibles stars à l’exemple de Johnny Halliday, Frédérique François, Gérard Lenorman, Georges Moustaki, Le groupe Pop kabyle des Abranis, le duo « Turkish Blend » (Yacine & Malik) de Saint-Eugène… l’actuel Bologhine. Si tant que le concept de la « Première vision » d’un film s’appliquait pour Alger, Oran, Constantine et Annaba.

-Par votre ouvrage  vous nous avez compté et conté  les nombreuses salles de salles de cinéma aux noms prestigieux qui ont fermé rideau.  Votre inventaire est-il exhaustif et qui faut-il incriminer  dans cette débâcle quasi généralisée  qui caractérise nos salles de cinéma ?

Mon ouvrage est d’abord « une Première » dans le paysage du septième art et se veut aussi une modeste pierre que j’ai offert à l’édification de l’historialité du patrimoine cinématographique algérien. A ce titre, l’inventaire que j’ai établi revêt le sceau de l’authenticité d’une carte cadastrale d’un patrimoine qui s’effrite chaque jour un peu plus et que l’on ne peut reconstruire à l’identique, faute d’un savoir-faire que l’on n’a pas. S’il en est une preuve d’une innovation littéraire, celle-ci s’est illustrée lors de la dernière édition du salon international du livre (Sila 2019-2020) où il n’y avait que mon livre au stand des éditions Aframed (2019) qui a osé l’inventaire et la description de l’état des lieux peu reluisant de nos salles de cinéma qui se détériorent. Il n’est pas dans mon intention de jeter la pierre à qui que ce soit, mais s’il y’a faute, celle-ci est dû à la précipitation qui a concourue à céder ce patrimoine à la gestion d’opérateurs privés qui n’était pas préparé à gérer une salle de cinéma qui requiert un savoir-faire. Et quand bien même qu’il soit comptable des dégâts, le bailleur privé n’est pas l’unique architecte de ce désastre où le gain facile a surclassé l’acte culturel.

-L’état des lieux que vous avez dressé dans cet ouvrage est calamiteux. Outre le désengagement de l’état, quels sont les autres facteurs à l’origine  de cette situation moribonde de nos salles de cinéma ?

Du lot des causes qui ont malmenées nos salles de cinéma, il y’a l’irréfléchie démarche d’avoir approuvé le projet des APC (mairies) de se dessaisir des salles de cinéma au profit de la gestion du privé. Et au lieu d’un léger mieux dans la gérance, il y’a eu d’abord les licenciements massifs du personnel rompu  pourtant à l’abécédaire de gestion y afférent à l’accueil du cinéphile. Notamment la caissière, l’ouvreur, la placeuse à laquelle Merzak Allouache a rendu hommage dans son filme « Omar Gatlato » (1977) dans une scène tournée à l’Olympia d’Alger. Derechef, le confort du 35mm a laissé place à la piètre image de la vidéo qui a provoqué la défection du cinéphile qui boude nos salles de cinéma. Autre talent de perdu, le savoir-faire du projectionniste qui en plus de veiller au souci du confort du cinéphile à l’aide de l’image et du son, opérait également des tâches de montage sur les déchirures de bobines de film. S’ensuivit aussi le grave déficit en matière d’hygiène et de la maintenance des lieux qui ont entraîné la dégradation des lieux. Pire, les carrés de pizzas et du douteux sirop à l’eau ont remplacé la dégustation d’un bâton d’esquimaux à l’entracte. Du reste, la gestion à l’emporte-pièce a contribuée à désertifier ces lieux de culture.

-Pourtant, il ne se passe pas une année sans qu’on assiste ici et là à travers le pays à l’organisation de festivals de cinéma, de nuits cinématographique…etc. d’un coté, il apparait un certain intérêt pour le cinéma, d’autre part, on ferme à tour de bras depuis les années 90 les salles de cinéma. Comment expliquez-vous cette contradiction ?

L’action de grâce du ciné-club « Allons voir un film » de l’association « Project ‘heurt » de Bejaïa, ainsi que le ciné-club de Mascara auxquels se greffent « les découvertes DZ » et  l’événement « Afak Fine-Week » à la salle « Atlas » (ex-Majestic) de Bab-El-Oued du  Cinuvers et les journées du cinéma engagé du Fica représentent cette étincelle qui ressuscitent en nous l’envie d’une sortie au cinéma. Donc, ça ne peut qu’attiser la curiosité du cinéphile ou l’allécher pour qu’il se fait plaisir d’une projection de film à la filmothèque Mohamed-Zinet de l’Oref, surtout lorsqu’il se sait entre les mains de professionnels du 7e art. Seulement,  l’intérêt du cinéphile s’éteint à l’instant même où s’éteignent simultanément les lumières de ces festivals qui ont le mérite d’apporter une éclaircie dans la grisaille du quotidien. D’où qu’il est requis d’asseoir un agenda où les matinées traditionnelles de cinéma vont de paire avec l’organisation de festivals. En attendant, on n’a plus qu’à se contenter du nouveau concept de la cinémathèque algérienne qui propose à l’affiche, des classiques 13h, 15h et 18h. Bien entendu, que ce n’est pas encore la grande foule mais ça viendra, particulièrement après le confinement dû  au virus du Coronavirus.

-Peut-on espérer une résurrection de ce secteur ?Il est vital de militer par le biais de l’écrit et de l’image à l’éveil des enseignes de nos salles de cinéma qui éclairaient les rues d’Algérie. En témoigne la pétition qui circule actuellement sur le net, revendiquant la réouverture des salles de cinéma de Sétif, entre-autre l’«Afrique » qui tarde à être inaugurée en dépit de l’investissement consenti.  Au demeurant, « Un pays sans cinéma, c’est comme une maison sans miroir » dixit Hervé Dumont le directeur de la Cinémathèque Suisse. Et l’on ne peut qu’espérer ce renouveau qui viendra à la suite de la rénovation de l’ancien Casino, Le « Debussy », l’actuel El Khayam, l’« ABC » ou Et’haqafa d’aujourd’hui ainsi que l’« Afrique » (ex-Empire) et le « Sierra-Maestra » (ex-Hollywood). Certes, c’est petit mais c’est toujours bon à prendre pour le cinéphile qui reste horriblement sevré d’une sortie au cinéma.  Autre espoir, la création d’un secrétariat d’Etat chargé de l’Industrie cinématographique avec à sa tête le comédien Bachir Youcef Sehaïri.

-Après les salles de cinémas et les fontaines d’Alger, quel autre inventaire illustré  et revendicatif allez-vous nous offrir ?J’attends d’abord de quoi demain sera-t-il fait pour opter pour d’autres sujets qui me tiennent à cœur, eu égard à l’état peu brillant dans lequel est confiné tout comme nous en ce moment, le patrimoine matériel du terroir. Mais ça, c’est un autre projet. S’agissant de celles et ceux qui allèguent que la vidéo, la parabole et le DVD ont tué le cinéma, je dirai à ces adeptes de la bazarisation, pourquoi qu’aux pays d’où est issue cette technologie, les gens, continue d’aller au cinéma ? Notamment nos voisins à Tunis, Rabat et en Europe où la fréquentation des salles de cinéma est à son paroxysme ! En ce sens, le cinéma n’a pas tué le théâtre et la télévision n’a pas tué non plus le cinéma qui continu d’attirer le cinéphile. A bon entendeur !

-Un dernier mot ?D’abord, Je ne souhaite pas qu’il soit mon dernier souhait, mais je formule le vœu que la gestion de nos salles de cinéma soit confiée à l’Etat, en l’occurrence l’Office National de la Culture et de l’Information (ONCI) qui a les moyens qu’il faut et aux professionnels du 7e art qui ont ce talent pour y impulser la dynamique inhérente à la fréquentation de nos salles de cinéma. Outre ce vœu, je nourris l’espoir que l’Algérie retrouvera cette époque où il y’avait des files interminables aux guichets de nos salles de cinéma. Je ne désespère pas non plus d’un retour des beaux jours, où le ticket de cinéma se vendait au marché noir, eu égard à l’engouement pour tel ou tel film.

Par Bouahmed Boualem

In L'Express DZ, (un journal électronique) du 28 mars 2020

.Entretien avec Nourreddine Louhal, Ecrivain: « Tombée de rideau et ...

Vues : 11

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles reprendront en octobre 2020. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation