Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

  • Auprès de mon arbre je vivais heureuse , ce n'était pas un Sycomore ..non , mais un sapin qui avait 50 ans et qui au fil des ans dépérissait , ce fût la mort dans l'âme que je le fis abattre .
  • Je ressentais sa souffrance , ses branches tout d'abord tombant une à une , puis le bruit de scie sur son tronc ..Tout comme moi il pleurait !!!!
  • En ouvrant chaque matin la fenêtre de ma chambre il était là et savait que je l'admirais ,et pour me remercier il se couvrait de petites boules , signe de sa prospérité ..
  • Voilà une histoire bien courte me direz vous ..mais l'essentiel n'est il pas dans l'amour que nous avions mutuellement ., et dans l'amitié que e vous porte..
  • C'est pourquoi je partage avec vous ce souvenir .
  • Les arbres sont pour moi indispensables à ma Vie , j'en ai besoin pour respirer et si toi mon sapin tu n'es plus là , je cours chaque fois que possible voir tes frères dans cette forêt si proche ..

Solen le 18 Juillet 2012
 

Vues : 450

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Commentaire de Solen LEMONNIER le 3 février 2013 à 18:35
Commentaire de Solen LEMONNIER le 3 février 2013 à 18:33

Quel beau poème Liliane , c'est moi qui vous remercie de votre visite " auprès de mon arbre"

Commentaire de Liliane Boulvin le 1 février 2013 à 8:48

Merci Solen ...

Homme, je suis la flamme de ton foyer dans la nuit hivernale,

Et au plus fort de l'été, l'ombre fraîche sur ton toit,

Je suis le lit de tes sommeils, la charpente de ta maison,

La table où poser ton pain, le mât de ton navire

Je suis le manche de ta houe, la porte de ta cabane

Je suis le bois de ton berceau et celui de ton cercueil

Le matériau de tes oeuvres et la parure de ton univers

Ecoute ma prière: ne me détruis pas ...

Commentaire de Solen LEMONNIER le 31 janvier 2013 à 17:36

Merci Nicole, c'est une joie de vous accueillir auprès de mon arbre .Douce soirée à vous aussi Nicole .
Je vous offre ce poème de Patrick Chemin qui correspond très bien à l'amour des arbres que nous avons en commun .

La poésie de Patrick Chemin

Il faut étreindre les arbres. Donner un baiser à l’écorce. Espérer la sève et le printemps des fables. Il faut placer son corps au centre de l’univers. C’est à dire bien posé sur ses jambes. Reliées au plus profond de la terre. Il faut donner de l’amour à la terre. Il faut embrasser les arbres. Être humain ne suffit pas. Il faut être conscient de ce qui nous entoure. Il faut être conscient du silence qui passe par-dessus le bavardage des hommes et de l’humanité anxieuse. Il faut étreindre les arbres. Aimer la terre. Et cette étreinte c’est la vie qu’il nous est donnée d’aimer

© Patrick Chemin

Commentaire de Nicole Duvivier le 31 janvier 2013 à 17:09

Je vous rejoins pleinement dans vos lignes, Solen !

Nous avons souvent  "un arbre préféré " , auprès duquel d'emblée, nous nous ressourçons quand notre énergie est en berne...

De par sa longévité, il accompagne plusieurs générations et est l'oreille discrète de bien  des confidences  ...

Témoin de tant d'événements ... et toujours placide , ancré bien profond sur ses racines ... lien entre terre et  ciel , indispensable à notre équilibre intérieur...

Merci du partage  de ces lignes ! Douce soirée à vous ! Cordialement, Nicole

Commentaire de Solen LEMONNIER le 31 janvier 2013 à 16:36

Merci Monsieur Robert Paul

Commentaire de Solen LEMONNIER le 6 novembre 2012 à 15:55

administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 5 novembre 2012 à 20:16

Oui, notre coeur saigne à la mort d'un grand arbre...nous avons souvent un souvenir, car l'arbre accompagne souvent nos jeux d'enfants, nos premiers émois amoreux, la naissance d'un enfant...merci pour ce beau texte, Solen !

 

Commentaire de Solen LEMONNIER le 5 août 2012 à 1:16

Merci Valériane .

Commentaire de Valériane d'Alizée le 4 août 2012 à 20:09

Oui, la disparition d'un géant aux racines profondes et toujours chose affligeante, comme vous, je voue à cette noble essence qui survit à l'homme, une sainte vénération...

Flânant dernièrement au coeur d'un jardin botanique fondé en XIXème siècle, quelle ne fut pas ma surprise de constater que le Séquoia, essence la plus ancienne du parc avait été la proie, en quelques mois, d'une attaque de parasites et avait eu ainsi raison, hélas, de sa soit-disant puissance.

Bonjour tristesse, il laisse un trou béant dans ce vert paysage, devenu à cet emplacement un endroit de désolation !!!

  • L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

    Robert Paul recommande

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

  

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation