Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

1980, je termine mon régendat en arts plastiques. Toute la vie est devant moi.

Durant ces 3 années d’études, un professeur, Pauline Claude, une dame d’une cinquantaine d’année, célibataire, un peu « vieille France » , éthique,  très à cheval sur les convenances, mais dynamique nous transmettait avec passion , à nous, la bande de jeunes rebelles de 20 ans, tout ce qu’une artiste complète et passionnée peut donner.

Tout y passait : aquarelle, huile, peinture sur soie, terre cuite, patines , moulages, toutes les techniques de pochoir, batik, shibori, la gravure, tout ce qu’elle pratiquait avec art et excellence.

De 1980 à 1985, je pratique alors l’huile et la peinture sur soie.

J’enseigne aussi, bien sûr, et dans mes temps libres, j’expose dans les nombreuses foires artisanales typiques de ces années 80, en ces temps oubliés quand le pouvoir d’achat était encore fort et l’art vénéré, mes foulards et écharpes en soie avec succès, toutes mes productions comme des écrins au cou des femmes élégantes qui craquent devant la matière noble et les couleurs chatoyantes de ma palette.

Puis vient le déclin de l’artisanat, et ma vie de femme et d’épouse, de femme et de mère, de femme et de chimères.

Tout au long de ma vie, je garde la nostalgie de la magie de la peinture fusant sur la soie délicate, freinée dans son élan gourmand par le trait de serti, implacable barrière de gutta transformant la flaque colorée insoumise en une forme strictement élégante, de la brillance de la soie sortant de l’autoclave, une fois fixée, et des mille reflets naissant de la lumière sur le tissus fluide…

2015. Une envie de réaliser un rêve.

Revivre à nouveau ces sensations, je les connais, je n’ai rien oublié.

Je me renseigne , achète la base, quelques teintes qui ont changé de nom, un matériel hors de prix,  désenchantement.

Tombée dans l’oubli, la technique se fait rare, les fixations de la soie incertaines, envoyer les productions loin, dans un délai incertain, la crainte s’installe. Mes recherches sont vaines, je ne trouverai pas le matériel nécessaire, je devrai me contenter de maigres créations.

Un mois se passe…

Un matin, un mail envoyé par une inconnue.

"Ma maman est décédée il y a quatre ans, mon père vient de faire son deuil. Il me charge de vendre tout le matériel de maman. Nous ne savons qu’en faire. Des caisses et des caisses de matériel. …J’ai trouvé votre mail en cherchant sur internet une personne qui pourrait être intéressée… C’est vous, c’est pour vous. Maman était une artiste comme vous, et du ciel là-haut, je sais qu’elle vous a choisie… Venez et emportez tout…Faites revivre tout ce qu’elle faisait."

Emue, je suis partie quelques jours après, loin, à 150km de ma maison, un matin.

Avec une somme qui me semblait convenir, afin d’honorer avec respect un matériel précieux aux yeux du souvenir.

Une émotion, la découverte de caisses ouvertes au fur et à mesure, une profusion de tout ce que je cherche, et une tonne de secrets artistiques, une myriade  de petits bonheurs accumulés au fil du temps, la vie et l’âme d’une artiste passionnée qui n’est plus.

Et le départ, avec ces trésors partant vers une nouvelle vie.

Un ange veillait...

Je me demande si…oui, je sais où elle habitait.

"Allo ???  Mademoiselle Claude ? C’est Liliane Magotte !"

35 ans à rattraper, des heures de téléphone, une personne de 86 ans en pleine forme.

Mademoiselle Claude, vous avez fait de moi l’artiste que je suis. Vous m’avez transmise tout ce que je sais, je suis devenue vous.

Demain, je l’attendrai sur le quai de la gare.

Elle viendra me voir, voir mes créations, et nous parlerons du temps passé, du bon temps, et nous serons l’espace d’un instant heureuses.

Mademoiselle Claude fut inquiète de la lettre que je lui remis.

C'est pour vous, lui dis-je, que je l'ai écrite.

Elle craignait surtout l'émotion.

Elle fut émue.

C'est mon plus beau cadeau depuis longtemps.

Elle a repris le train, emportant les souvenirs de cette après-midi,

et d'un signe de main qui voulait dire: on se reverra ,

nous nous sommes éloignées en souriant.

Le temps passa...

Juin 2015.


Ce lundi 15 juin à 13.30h,  Mademoiselle Claude m'ouvrit sa porte.

Elle me révéla ses secrets, des milliers de dessins, peintures aquarelles et pastels, des livres japonnais peints avec un pinceau magique et une encre plus noire que le charbon, dédiés aux paysages bretons où elle séjourne régulièrement. La maison regorgeait d'armoires craquantes sous les merveilles croquées au fil du temps. Savamment classées par thème, elles sortaient de leurs tiroirs, respiraient la lumière sous les doigts fébriles de mon ancien professeur. S'ensuivaient alors de longues discussions techniques, et  jamais encore, je n'avais eu ce rare privilège de découvrir les secrets d'atelier d'un peintre de talent. Elle me fit entre autres, découvrir des papiers inconnus, qui ne se trouvent qu'à Paris.

Nous dégustâmes sur un coin de table joliment décorée d'un napperon blanc, au  milieu de centaines d'oeuvres réparties ça et là dans la pièce, tartelettes au citron meringuées et un miroir au chocolat qui me fit rendre l'âme de plaisir gustatif.

Les yeux éblouis de subtiles couleurs et l'âme en ébullition de tant de créativité là exposée, je repartis longtemps après l'heure que nous avions convenue, avec une seule idée en tête: revenir, car mademoiselle Claude a décidé de m'apprendre ... une technique que je ne connais pas !

Juillet 2015.

J'ai acheté ce fameux pinceau japonnais

et je m'inspire d'estampes japonaises,

je croque, je croque ...

A très bientôt pour ma prochaine rencontre avec mon ancien professeur !

Vues : 599

Commenter

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 10 avril 2016 à 16:37

Oh mais que c'est beau.

Cette illustration en effet est riche de nuances bleues, un camaïeu de couleurs qui représente bien la richesse de sentiments que j'ai voulu faire passer dans mon, mes textes.

Je suis heureuse que vous l'ayez ressentie.

Merci pour votre photo.

Commentaire de Rached MILADI le 10 avril 2016 à 16:31

Bonjour chère Liliane,
J'ai lu et relu cette voire ces jolies histoires émouvantes! Si on me demande d'illustrer votre cadeau du ciel par une de mes photos je ne trouverai pas mieux que celle-ci
Une chute, une avalanche de de cadeaux venues du ciel... la défunte est représentée en haut par ce soleil dans un ciel qui vous inonde de richesse comme pour vous dire "Allez y baignez-vous dans l'art que vous aimez".
Voilà donc ce que j'ai ressenti en lisant votre témoignage.


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 30 octobre 2015 à 18:02

Hihi, merci Deashelle, mais tu me fais rougir...

Commentaire de Deashelle le 30 octobre 2015 à 17:37

Ah! J'oubliais...  Full Art, les Foulards!

Commentaire de Deashelle le 30 octobre 2015 à 17:32

Talent, virtuosité du pinceau, enthousiasme, dynamisme et passion, habitent notre amie Liliane. Elle convoque à chaque fois le sentiment du Beau. Et quelle belle personne! Elle a même réussi à me faire  moins détester l'automne!

Commentaire de Nicole Duvivier le 19 octobre 2015 à 14:26

Un moment de pure émotion à la lecture de ton cheminement, Liliane ! Merci de ton partage  ! Bisous, Nicole


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 19 octobre 2015 à 14:20

Merci à tous pour votre lecture.

Ce billet à étapes est l'histoire d'une rencontre qui s'étale sur près de 35 ans.

Et a pu être contée grâce au site de Robert Paul et à ses membres.

Merci à lui.


administrateur partenariats
Commentaire de Liliane Magotte le 17 octobre 2015 à 11:15

Wouaw ! Grand merci Robert Paul !


Fondateur réseau
Commentaire de Robert Paul le 17 octobre 2015 à 11:12

Et voici le résultat

 

Commentaire de Pâques Marcellle le 30 septembre 2015 à 20:20

Un beau chemin de vie, des rencontres et des partages !!!

J'aime beaucoup les réalisations avec le pinceau japonais.

Amicalement

Marcelle

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

        Une des deux magnifiques vitrines de

     PEINTURE FRAICHE

La plus belle librairie d'art             de Bruxelles

  www.peinture-fraiche.be

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé. La première rencontre aura lieu le mardi 30 mai à 19 heures à l'espace art gallery. Une annonce en bonne et due forme vous sera communiquée en temps voulu

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation