Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Daniel Moline
  • Spa, Liège
  • Belgique
Partager sur Facebook
Partager

Amis de Daniel Moline

  • Palmina DI MEO
  • Krystin Vesterälen
  • Khadija ELHAMRANI
  • Pasqui Romild
  • Serge Lesens
  • Qualito Estimé
  • willy kempeneers
  • Lansardière Michel
  • Rébecca Terniak
  • Tanguy de Ghellinck
  • Marie-Josèphe BOURGAU
  • Gohy Adyne
  • charles bottin
  • Anny Gérard
  • Dan Cosmin Coltea

Discussions de Daniel Moline

À vin nouveau outres neuves ! Questions et propos sur la peinture, la littérature et la modernité

Cette discussion a été démarrée. Dernière réponse de Daniel Moline hier. 457 Réponses

Suite à un échange de mails avec Robert PAUL, je me suis décidé aujourd’hui à ouvrir ce forum sur la modernité en art, particulièrement en peinture et en littérature. J’aimerais y penser avec vous…Continuer

Balises : modernité, littérature, peinture

 

Page de Daniel Moline

Activité la plus récente

Daniel Moline a répondu à la discussion 'À vin nouveau outres neuves ! Questions et propos sur la peinture, la littérature et la modernité' de Daniel Moline.
"* * https://www.televesdre.eu/www/video/emissions/-quot-l-album-quot-daniel-moline-peintre_93180.html * Parfois, les mots sont inutiles. Suivant les règle du jeu de la reconnaissance, je me contenterai donc aujourd’hui de cette…"
hier
Daniel Moline a répondu à la discussion 'À vin nouveau outres neuves ! Questions et propos sur la peinture, la littérature et la modernité' de Daniel Moline.
"* * brochure de présentation du Conte du pays de Nan disponible à la librairie La Traversée, 33 rue Xhavée, 4800 Verviers * Mes livres (dont le catalogue de l’exposition) seront disponibles à la librairie…"
12 oct.

Fondateur réseau
Robert Paul a commenté l\’événement 'Rétrospective 1973-2017' de Daniel Moline.
"Je vous souhaite un franc succès pour cette très intéressante rétrospective"
6 oct.

Fondateur réseau
Robert Paul a aimé l'événement de Daniel Moline Rétrospective 1973-2017
6 oct.
Un événement de Daniel Moline a été signalé.
Miniature

Rétrospective 1973-2017 à Rue Thier Mère Dieu, 10 - 4800 Verviers

13 octobre 2017 de 18:30 à 22
vernissage de mon exposition à la galerie NAO expo le vendredi 13 octobre 2017Lisez plus
6 oct.
Événement publié par Daniel Moline
Miniature

Rétrospective 1973-2017 à Rue Thier Mère Dieu, 10 - 4800 Verviers

13 octobre 2017 de 18:30 à 22
vernissage de mon exposition à la galerie NAO expo le vendredi 13 octobre 2017Lisez plus
6 oct.
Daniel Moline a commenté le groupe 'Dis-moi ce que tu lis' de Deashelle.
"Un livre essentiel ! Au regard des événements de Catalogne et des questions sur l’islamisme radical qui nous taraudent, les pages que Spinoza consacre à la liberté de parler et aux rapports religion-Etat sont…"
4 oct.
Daniel Moline a répondu à la discussion 'À vin nouveau outres neuves ! Questions et propos sur la peinture, la littérature et la modernité' de Daniel Moline.
"* * Suite et fin de l'extrait du catalogue de mon exposition en coursà la galerie La Louve à Arlon (jusqu'au 24 septembre) PORTRAITS DE JAPONAISES * Selon le psychanalyste français Pierre Bayard, il y aurait…"
16 sept.

Informations concernant le profil

En m'inscrivant, je reconnais avoir lu et compris les Conditions d'utilisation du Réseau et j'accepte de m'y conformer Conditions: http://ning.it/jXzMfX
oui
Vos centres d'intérêts / votre domaine d'activités
peinture, littérature, philosophie
Définissez-vous de manière succincte
peintre et philosophe

Daniel Moline: vers le démantèlement des figures... (Rouve Hauser)

"Daniel Moline, né à Carlsbourg en 1948, est un peintre de figures, de portraits et de grandes compositions dans un style fortement graphique. Formation à Namur en Belgique avec Luc Perot, puis au Japon où il étudie la décoration et devient l'élève du Maître Ryû Oda. Il pratique ensuite la calligraphie avec le moine zen Tainin Yukimura dans un temple à Shobara. Lauréat en 1984 du concours du Kansaï à Kyoto, il participe à plusieurs expositions à Tokyo, Kyoto et Kobe, où il séjournera seize ans (1973-1990). Conjuguant les approches orientales et occidentales, sa démarche picturale s’inscrit en de larges compositions volcaniques où trônent d’épais personnages au graphisme vigoureux et dont l’énergie vitale fait ressortir une violence expressive. L’œuvre porte aussi les traces d’une calligraphie pratiquée chez les moines bouddhistes, qui se mêlent aux formes nues dans un foisonnement de taches de couleur, de courbes douces et d’entrelacements surprenants. On y retrouve aussi des traits communs avec l’œuvre du peintre japonais Shôhaku. Les sujets, liés au corps, souvent nus, évoquent accouchements, accouplements ou corps doubles, et allient, dans un mélange de tout et de néant, tendresse et cruauté. Comme si la violence de ces figures s'accompagnait toujours d’une bienveillance retenue envers la vie..." (Emmanuelle Dubuisson, Le Dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours, La Renaissance du Livre, 1995, p.750)

Exposition Moline 1990 - Musée Machida, Tokyo, Japon

Dans la presse japonaise :

"Voulant parvenir à la frontière où se mélangent le petit royaume du moi humain et l'immense univers de la nature, Moline s'est livré un certain temps aux pratiques ascétiques dans divers temples zen. Cependant, jamais il n'est arrivé ni à perdre vraiment la conscience qu'il avait de lui-même, ni à supprimer "cette peur de ne pas être, au cas où je parviendrais à m'oublier en m'identifiant à l'immensité de la nature." Ainsi, quand il peint par exemple le corps d'une femme bien en chair, de-ci de-là, la frontière qui sépare le corps de ce qui l'entoure est incertaine, et il est des éléments dont on peut dire qu'ils n'ont ni commencement ni fin. Il y a probablement là une image de cet évanouissement tant désiré de la frontière entre le petit royaume humain et le grand univers de la nature. Or, chaque fois que Moline peint ce genre de figure, comme si la peur l'avait repris et comme pour réassurer sa propre position d'existant, il introduit une sorte de châssis à l'intérieur même de la peinture. Ce châssis est tantôt une simple ligne horizontale, tantôt un hexagone, ou plus précisément une immense alvéole de cire comme en font les abeilles. Quoiqu'il en soit, ce qui est bel et bien représenté là, n'est-ce pas de nouveau le tourment d'un impossible mariage entre la culture occidentale et la nôtre? Personnellement, je pense que la série des grandes toiles exposées au Musée Machida à Tokyo est le résultat d'un long et intense regard fixé par le peintre sur cette incompatibilité entre sa volonté de disparaître dans la nature et la peur d'y perdre sa propre existence." (Ayako Hirao, Mainichi Daily News, Tokyo, 1990)

"La culture européenne forme la base de son œuvre, mais il a également assimilé l'art oriental, et en particulier japonais. S’engageant toujours plus avant dans la recherche d’une expression où fusionneraient les arts d’Orient et d’Occident, Moline est en train de poursuivre une synthèse que personne d’autre ne peut réaliser. Cependant, l’essentiel demeure d’abord ceci : d’une part la sévérité avec laquelle il observe l’humain dans ses affects et prend connaissance de lui-même, comme s’il se penchait sur une profonde crevasse intérieure, d’autre part la vigueur avec laquelle il s’efforce de rendre compte de cette expérience." (Ryu Oda, Catalogue de la galerie Portico, Kobe, mai 1990)

Dans la presse belge francophone à Bruxelles :

"Visions précaires, mouvantes. Mises en abîmes, où la mémoire un instant retrouve les indices d’une vitalité nécessaire. Corps soumis à l’épreuve d’une agressivité qui s’est faite la complice de tous les symboles éclatés du visible. Mais tout autant une façon de jeu. Traitement circulaire, ou brisé, des plans. Il convient peut-être de signaler que l’artiste vit depuis douze ans en Orient. Ainsi donc, peut-être encore, ces évocations gestuelles. Une dynamique qui fait silence sur ses fureurs internes. En attendant sans doute d’autres dérives. D’autres mobilités. D’autres figures. Aux limites de la chair et de ses signes peints. Un art davantage « inconscient » qu’imaginaire. Un art qui se travaille au corps. Avec quelque angoisse, ou quelque "sadisme", peu importe." (Rouve Hauser, Le Journal du Médecin, octobre 1985)

"Chez Moline, la succession des mouvements est souvent marquée par des traits précis. Il s’agit essentiellement de représentations de l’homme et de ses rapports avec la vie. Moline a balayé de ses toiles toute connotation morale pouvant subsister devant un corps dénudé et il lui a substitué la joie d’un corps participant aux actes de la vie. A la nature morte, il oppose la nature vivante. Ses Courtisanes ne sont ni marchandises, ni asservies, ni condamnables. Moline ne tombe jamais dans la banalité ni la vulgarité. Désir et sexualité vont de pair avec tendresse, violence et amour dans un travail qui n’utilise jamais la caricature ni l’obscénité." (Raymond Lacroix, Semper, décembre 1987)

"Le nu est dynamique et souvent violent, traité comme une nature vivante et joyeuse. La lumière et l'ombre sont des éléments constitutifs de l'oeuvre, comme partie intégrante de la vie. Le trait est vigoureux, à la fois débridé et contrôlé à l'orientale." (V. Kirszbaum, Génie des Arts, août 1989)

Dans la presse belge néerlandophone :

"De naakten van de Belgische kunstenaar Daniel Moline worden vaak geplaatst in een Japans aandoend interieur van strakke lijnen en vlakken. In deze harmonie explodeert de menselijk dynamiek. Moline zijn personnages zijn het onderwerp van hevige beroering. Ze tollen, ejaculeren, baren. Schepping en vernieling schuiven langs elkaar. Het leed ontmantelt het geluk. Het genot overwint de dood." (Bert Popelier, Kunst & Cultuur, avril 1991)

"... A son retour en Belgique en 1990, Moline s’est installé à Nivezé (Spa) et a exposé quelquefois à Bruxelles et Linéart. Il s’est lancé depuis dans de grandes compositions abstraites à l’encre noire sur fonds blancs, des "Gutta", ensembles de taches et traces diverses à partir desquelles l’observateur construira le sens qui lui plaît. Il travaille actuellement  de grands portraits à l’ambre sur fonds noirs, souvenirs angoissés du Japon ou sombres beautés rencontrées après son retour en Belgique." (E.D.)

Mentionné dans BAS II et dans "Deux Siècles de Signatures d'Artistes de Belgique".

Photos de Daniel Moline

Chargement en cours…
  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

Blog de Daniel Moline

L’art de l’escroquerie s’améliorant avec notre bêtise et nos techniques...

Publié(e) par 28 octobre 2012 à 8:07 2 Commentaires

J’ai commencé à peindre "sérieusement" en 1973. Depuis lors, pendant une quarantaine d’années, j’ai eu la chance de rencontrer et de travailler 6 fois avec des escrocs et des voleurs. Grâce à eux, j’ai bien sûr perdu beaucoup d’argent et une trentaine de tableaux dont j’ignore toujours ce qu’ils sont devenus. Le dernier de ces escrocs ayant fait ses études dans le même collège que moi, il n’a eu aucune difficulté à me convaincre de sa bonne foi. C’était pour la parution prochaine du…

Continuer

Dans les chambres du Roi

Publié(e) par 10 juin 2012 à 11:30 1 Commentaire

*

Daniel Moline – Dans les chambres du Roi

Huile sur toile – 145 x 300 cm - 1985

*

"Après avoir relu les Chants et murmuré tout…

Continuer

Voilà un an déjà...

Publié(e) par 22 octobre 2011 à 17:16 0 Commentaires

Voilà un an déjà qu’est sorti mon livre « le Conte du Pays de Nan ». Un deuxième manuscrit vient d’être envoyé pour lecture à un éditeur bruxellois, et j’espère pouvoir le finaliser l’an prochain. J’ai repris ici quelques commentaires publiés depuis octobre 2010 sur mon premier essai (écrit au Japon de 1984 à 1986). Ils m’ont encouragé à reprendre et poursuivre mon travail d’écriture. D’autres critiques m’ont été promises. Si donc vous aussi avez lu mon texte, n’hésitez pas à m’envoyer vos…

Continuer

le peintre avec ses couleurs comme l'étranger avec ses armes, complètement perdu, ne sachant où il va...

Publié(e) par 12 juin 2011 à 21:14 0 Commentaires

 

Le peintre doit avancer avec ses couleurs

comme l'étranger avec ses armes

complètement perdu

ne sachant où il va...

 …

Continuer

Mur de Commentaires(6 commentaires)

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Le 1 octobre 2015 à 13:04, Gohy Adyne a dit...

Bonjour Monsieur Moline,

Je vous ai envoyé une demande d'amitié, car je voulais vous remercier pour votre visite à mon exposition à Spa, j'aimerai une traduction de votre message laissé sur mon livre d'or!!!

Merci aussi pour ce que j'ai dégusté.....très bon!!

Bien cordialement.

Adyne

Le 4 février 2013 à 19:02, Marie-Josèphe BOURGAU a dit...

merci pour cette proposition d'amitié que j'accepte avec plaisir - votre art est d'une grande originalité 

Le 30 septembre 2012 à 11:46,
administrateur partenariats
Liliane Magotte
a dit...

Merci pour votre ajout, Daniel !

Le 24 août 2012 à 3:21,
Fondateur réseau
Robert Paul
a dit...

troisième "carnettiste" identifié par un petit logo sur photo de profil: Alain Marc (après Jean-Marie Cambier et Daniel Moline)

Le 3 janvier 2012 à 10:35, Claude HARDENNE a dit...

BONJOUR

 

Je vous remercie de votre amitié

J'apprécie votre approche de l"art au travers de vos textes

Je viens de découvrir vos peintures très construites très marquées par un extrême orient qui, semble-t-il, vous est plus que familier.

Le 12 juin 2011 à 11:27, Jean-Marie Cambier a dit...

Bonjour Daniel,

Cest bien volontiers que je rejoins le cercle de vos amis!

Au plaisir de vous revoir,

Jean-Marie

 
 
 

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2017   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation