Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Informations

Spleen et splendeur des Poètes

Quand les Poètes expriment leur mélancolie, chantent leurs amours, leurs rêves, espoirs et  regrets et les multiples splendeurs de la vie.

Il n'est pas souhaité d'ajouter ses propres poèmes ici. Pour cela, vous pouvez faire des billets de blogue

Membres : 52
Activité la plus récente : 24 août

Pour célébrer ici les noces spirituelles avec vos poèmes favoris

Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de Spleen et splendeur des Poètes pour ajouter des commentaires !

Commentaire de Deashelle le 24 avril 2018 à 11:52

Tu n'en reviendras pas toi qui courais les filles
Jeune homme dont j'ai vu battre le coeur à nu
Quand j'ai déchiré ta chemise et toi non plus
Tu n'en reviendras pas vieux joueur de manille
Qu'un obus a coupé par le travers en deux
Pour une fois qu'il avait un jeu du tonnerre
Et toi le tatoué l'ancien Légionnaire
Tu survivras longtemps sans visage sans yeux
Roule au loin roule train des dernières lueurs
Les soldats assoupis que ta danse secoue
Laissent pencher leur front et fléchissent le cou
Cela sent le tabac la laine et la sueur
Comment vous regarder sans voir vos destinées
Fiancés de la terre et promis des douleurs
La veilleuse vous faite de la couleur des pleurs
Vous bougez vaguement vos jambes condamnées
Vous étirez vos bras vous retrouvez le jour
Arrêt brusque et quelqu'un crie Au jus là-dedans
Vous baillez Vous avez une bouche et des dents
Et le caporal chante Au pont de Minaucourt
Déjà la pierre pense où votre nom s'inscrit
Déjà vous n'êtes plus qu'un mot d'or sur nos places
Déjà le souvenir de vos amours s'efface
Déjà vous n'êtes plus que pour avoir péri

- Louis Aragon

Commentaire de Deashelle le 20 avril 2018 à 13:26

Le seigneur sans patrie. 

De rapides coursiers m'emportent 

Sans peur ni doute 
Vers d'immenses lointains. 
Et qui me voit me connaît, 
Et qui me connaît me nomme 
Le Seigneur sans patrie. 
Hardiment ! De l'avant ! 
Ne m'abandonne pas, 
Ma chance, ô toi brillante étoile ! 
Que personne n'ose 
Après cela me demander 
Où est ma patrie. 
Car je n'ai jamais été lié 
A l'espace ni aux heures fugitives, 
Je suis aussi libre que l'aigle. 
Hardiment ! De l'avant ! 
Ne m'abandonne pas, 
Ma chance, ô toi gracieux mois de mai ! 
Qu'un jour je doive mourir, 
Baiser la mort cruelle, 
Je le crois à peine. 
Faut-il que je descende à la tombe 
Et puis jamais plus ne boive 
L'écume odorante de la vie ? 
Hardiment ! De l'avant ! 
Ne m'abandonne pas 
Ma chance, ô toi rêve multicolore ! 

Friedrich Nietzsche.

Commentaire de Sandra Dulier le 25 septembre 2017 à 23:34

LA BISE

 

Ce sont des feuilles mortes
Disaient les feuilles mortes
Voyant des papillons
S'envoler d'un buisson.
 
"Ce sont des papillons",
Disaient les papillons
Voyant des feuilles mortes
Errer de porte en porte.
 
Mais la bise riait
Qui déjà les chassait
Ensemble vers la mer.

 

Maurice CARÊME

Commentaire de Deashelle le 6 mars 2017 à 14:59
As-tu pris quelqu'un dans tes bras,
consolé, réconforté… même toi ?
 
As-tu aimé et dit « je t'aime »
y compris à toi-même ?
 
As-tu réussi à accomplir
un fantasme, un rêve ou un désir ?
 
As-tu fait le grand ménage de printemps
des situations et des gens ?
 
T'es-tu enfin débarrassé
d'un lourd secret que tu portais ?
 
T'es-tu heurté à des murs de béton,
as-tu changé ensuite de direction ?
 
As-tu enfin laissé couler
les larmes que tu retenais ?
 
As-tu fait des rencontres, reçu des messages
qui t'ont éclairé, quel que soit ton âge ?
 
Qu'as-tu, du monde, découvert :
tes cinq sens, tu t'en sers ?
 
Le mot « non », as-tu pu le dire
pour cesser de faire plaisir ?
 
As-tu au moins une fois
contemplé la beauté d'un endroit ?
 
Et de tes maladies,
qu'as-tu appris ?
 
T'es-tu, même une minute, arrêté de courir,
de travailler ou de réfléchir ?
 
S'est-il trouvé un instant ne tenant qu'à un fil,
où tu as accepté d'être vulnérable et fragile ?
 
As-tu du fond du cœur dit « merci »
pour tout ce que t'apporte la vie ?
Commentaire de Claude Miseur le 29 décembre 2016 à 10:49

Commentaire de elisabeth.saussard le 23 août 2016 à 12:33

UN peu du   " DOUANIER ROUSSEAU ",  j ' aime ce paysage familial et cette farandole d'enfants ..Bravo

Commentaire de Suzanne Walther-Siksou le 13 août 2016 à 2:46

L'aïeul L'aïeul L'aïeul mourait froid et rigide. Il avait quatre-vingt-dix ans. La blancheur de son front livide Semblait blanche sur ses draps blancs. Il entr'ouvrit son grand oeil pâle, Et puis il parla d'une voix Lointaine et vague comme un râle, Ou comme un souffle au fond des bois. Est-ce un souvenir, est-ce un rêve ? Aux clairs matins de grand soleil L'arbre fermentait sous la sève, Mon coeur battait d'un sang vermeil. Est-ce un souvenir, est-ce un rêve ? Comme la vie est douce et brève ! Je me souviens, je me souviens Des jours passés, des jours anciens ! J'étais jeune ! je me souviens ! Est-ce un souvenir, est-ce un rêve ? L'onde sent un frisson courir A toute brise qui s'élève ; Mon sein tremblait à tout désir. Est-ce un souvenir, est-ce un rêve. Ce souffle ardent qui nous soulève ? Je me souviens, je me souviens ! Force et jeunesse ! ô joyeux biens ! L'amour ! l'amour ! je me souviens ! Est-ce un souvenir, est-ce un rêve ? Ma poitrine est pleine du bruit Que font les vagues sur la grève, Ma pensée hésite et me fuit. Est-ce un souvenir, est-ce un rêve Que je commence ou que j'achève ? Je me souviens, je me souviens ! On va m'étendre près des miens ; La mort ! la mort ! je me souviens ! Guy de Maupassant

Commentaire de Suzanne Walther-Siksou le 13 août 2016 à 2:24

Les petites vieilles( extrait)

Telles vous cheminez, stoïques et sans plaintes,
A travers le chaos des vivantes cités,
Mères au coeur saignant, courtisanes ou saintes,
Dont autrefois les noms par tous étaient cités.

Vous qui fûtes la grâce ou qui fûtes la gloire,
Nul ne vous reconnaît ! un ivrogne incivil
Vous insulte en passant d'un amour dérisoire ;
Sur vos talons gambade un enfant lâche et vil.

Honteuses d'exister, ombres ratatinées,
Peureuses, le dos bas, vous côtoyez les murs ;
Et nul ne vous salue, étranges destinées !
Débris d'humanité pour l'éternité mûrs !

Mais moi, moi qui de loin tendrement vous surveille,
L'oeil inquiet, fixé sur vos pas incertains,
Tout comme si j'étais votre père, ô merveille !
Je goûte à votre insu des plaisirs clandestins :

Je vois s'épanouir vos passions novices ;

Charles Baudelaire

Commentaire de Deashelle le 4 juin 2016 à 16:07

Commentaire de Deashelle le 4 juin 2016 à 16:07

"Se voir le plus possible et s'aimer seulement,
Sans ruse et sans détours, sans honte ni mensonge,
Sans qu'un désir nous trompe, ou qu'un remords nous ronge,

Vivre à deux et donner son coeur à tout moment ;

Respecter sa pensée aussi loin qu'on y plonge,
Faire de son amour un jour au lieu d'un songe,
Et dans cette clarté respirer librement -
Ainsi respirait Laure et chantait son amant.

Vous dont chaque pas touche à la grâce suprême,
Cest vous, la tête en fleurs, qu'on croirait sans souci,
C'est vous qui me disiez qu'il faut aimer ainsi.

Et c'est moi, vieil enfant du doute et du blasphème,
Qui vous écoute, et pense, et vous réponds ceci :
Oui, l'on vit autrement, mais c'est ainsi qu'on aime."

A.de Musset   ;-)

 

Membres (52)

 
 
 

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation