Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

On a parlé de démocratisation, on croit y être parvenu en livrant l'art en spectacle

On a parlé de démocratisation, on croit y être parvenu en livrant l'art en spectacle. Les "installations" hollywoodiennes, tonitruantes et scintillantes de néon sont plus belles que nos jours tristes, dédiés à la réflexion et au labeur. Maudit soit l'artiste qui prétend consacrer du temps et du recueillement à la recherche et à l'élaboration de son oeuvre. Sachons courir à l'effet facile, sachons produire sans modestie des phénomènes stroboscopiques à partir d'une culture résiduelle.

Don't think: it's only entertainment

Ne pensez pas: c'est uniquement du divertissement ...

Vues : 147

Y répondre

Réponses à cette discussion

Le problème du jour, c'est qu'un artiste qui fait des installations de néon tonitruantes est dans la m....., en France, car avec les grèves c'est pas gagné d'avoir du jus....
À mon avis chacun joue son rôle dans cette vie, ou pour le moindre des cas, ce qu'il croit juste ! Ou ce qu'il croit être juste, ou même justifié. La pensée gardera toujours son rôle dans la société, comme vous le savez déjà.

À mon avis aussi, la vraie joie ne vient pas des lumières, mais des vrais moments de plaisir et de douceur, et de l'équilibre entre les choix et les désirs, et entre la réflexion et les bons moments de détentes... Mais il reste que chacun à sa façon de remplir son temps, ou même de le gaspiller..! La mousse s'envole, mais le jus reste dans le verre !
Chère Madame Hanane, vous savez, au bout d'un moment, il faut exprimer vos émotions sans vous poser de questions, comme vous le faite avec vos images, si vous intellectualisez trop les sentiments, vous allez vous restreindre, restez zen sur la vie et ses problèmatiques, restez vous et vous seule, il faut cracher ce que vous avez dans le ventre, c'est la meilleure façon de vous exprimer. Amitiés. Gilles

hanane sanoussi a dit :
j'aimerais appuyer ce qu'a avancé Mr. SBIBI
celà relève des choix de chacun, ils assument leurs choix, leur point de vue: Don't think! it's only entertainment... ceci est une position qui me semble bien assumée.
bien sûr et heureusement, le monde est fait de divergeances, on trouvera bien des travaux plus ou moins poussés dans la recherche, au plus grand plaisir des amateurs de toute catégorie :)

simple exemple: j'ai fait e tour d'Europe (sud nord Est) en Nomade, j'y ai consacré 3 mois à peu près, (un peu moins quand même) en rentrant, j'ai eu tellement de mal à comprendre déjà, ce que j'avais accumulé, puis à l'exprimer je trouve encore du mal... alors quand je voudrai le représenter (et ça doit être fait dans pas longtemps) je crois que "Tous" les moyens devraient être permis pour ça. tellement ce que j'ai vu durant ces mois de vagabondage, est impossible à encadrer sans en venir à utiliser un néon!! (ne serait-ce que pour représenter ma lumière interne dans tant d'obscurité qui enveloppait les gares de bus.

et bien sur c'est juste mon petit point de vue.

:) amicalement
Vous savez Madame, je suis un vieux bonze-homme ( 63 ans), j'ai connu Mai 68 !!!, ou il était question de changement de société..., à l'époque on parlait de l'an 2000..., ou nous allions être dans un monde nouveau, je suis encore la pour constater que tout reste a faire. Donc, fort de cette expérience de grand père, sans vous donner d'ordre, restez comme vous êtes avec votre propre conviction, et vous serez gagnante. Amts. Gilles

hanane sanoussi a dit :
c'est ce que je crois faire...
mais comme j'aime partager, il sert à peu de partager une chose qui ne rapporterait rien à l'autre, d'où l'envie (besoin) de puiser dans ce qui m'entoure, pour justement explorer toutes les possibilités que nous offre l'univers... tous les moyens aptes à transmettre nos sentiments, réflexions, ou bien un vécu!
merci beaucoup pour votre réponse ça me touche.
amicalement.
La démocratien c'est le pouvoir du peuple.
Lui livrer ce genre de spectacle, c'est le mépriser, l'attirer vers le bas.
Souvenons-nous de la décadence de Rome : "Que veut le peuple?" Réponse : " Panem et circenses" = du pain et des jeux du cirque.
Tout est dit...
Bonjour,

A force de respecter les artistes, on ne respecte plus l'Art.
Quand une "oeuvre" est mauvaise, elle est mauvaise... ce n'est pas une question de point de vue, mais de ressenti.
Le respect de "l'artiste" peut faire énormément de mal. Si on avait remis Duschamp et son urinoir à sa place à l'époque... on n'en serait pas là.

Gil.



hanane sanoussi a dit :

Bonjour, :)
au fait, je trouve que c'est relatif ...
entre donner au peuple le droit de s'exprimer au nom de la "démocratie" et lui reprocher ce droit car on se sent "Outrés" par ce qu'un individu a trouvé de signifiant "pour lui" ... je crois que nous prétendons que les personnes suivent "Notre" propre vision artistique alors qu'il serait bien juste que les goûts puissent s'exprimer librement :)

on ne devrait pas oublier que comme cet individu s'est senti Attiré et animé par cette envie de toucher aux néons, d'autres en seront forcément séduits... (personne n'est unique) que ce soit une majorité ou une minorité.

Nous (qui aimons l'accadémisme) ne sommes pas obligés d'admirer, ni d'aimer ce que font ces créateurs contemporains bien au contraire... mais on se doit de respecter leur travail, le tolérer... c'est la divergeance.
le mépris d'un créateur est bien vilain... il a quand même dévoilé son fond, il s'est dénudé et exposé. et rien que pour ça, ça lui vaut notre respect.
enfin, Le "catégoriser" ainsi selon des préjugés concertant l'artiste contemporain et le non conformisme, ressemblerait à une sorte d'ingratitude envers la recherche (qu'elle aboutisse ou pas à un chef d'oeuvre)...
voilà ce que j'en pense à peu près...

je vous souhaite un bon dimanche mes amis.

hanane :)



Dominique Dumont a dit :
La démocratien c'est le pouvoir du peuple.
Lui livrer ce genre de spectacle, c'est le mépriser, l'attirer vers le bas.
Souvenons-nous de la décadence de Rome : "Que veut le peuple?" Réponse : " Panem et circenses" = du pain et des jeux du cirque.
Tout est dit...

 

A ce sujet, il serait intéressant de lire le livre de Jean Clair "L'hiver de la culture" (Flammarion) un réquisitoire brillant sur la "décrépitude" de l'art. 

L'hiver de la culture, pamphlet contre "le système des beaux-arts". Au coeur de l'essai, on retrouve son obsession de la déchéance du culte de la culture puis du culturel qui aurait abouti à un art sans transcendance, uniquement voué au divertissement et à la marchandisation. Au point de remettre en question l'essence des musées, ces "abattoirs culturels" et "entrepôts de civilisations mortes" soumis à l'invasion de hordes de touristes pour " un bénéfice intellectuel et spirituel à peu près nul".

 

 

 

Extrait:

Entrepôts de civilisations mortes

Ennui sans fin de ces musées. Absurdité de ces tableaux alignés, par époques ou par lieux, les uns contre les autres, que personne à peu près ne sait plus lire, dont on ne sait pas pour la plupart déchiffrer le sens, moins encore trouver en eux une réponse à la souffrance et à la mort. Morosité des sculptures qui n'offrent plus, comme autrefois la statue d'un dieu ou d'un saint, la promesse d'une intercession. Dérision des formules et prétention des audaces esthétiques. Entrepôts des civilisations mortes. A quoi bon tant d'efforts, tant de science, tant d'ingéniosité pour les montrer ? Et puis désormais, la question, obsédante : pour qui et pour quoi ?

Les foules qui se pressent en ces lieux, faites de gens solitaires qu'aucune croyance commune, ni religieuse, ni sociale, ni politique, ne réunit plus guère, ont trouvé dans le culte de l'art leur dernière aventure collective. C'est pour cela qu'on les voit visiter l'un après l'autre les grands musées comme elles allaient autrefois au temple ou au Vel' d'Hiv. Elles ne s'y déplacent qu'en groupes et s'y photographient réciproquement comme pour étouffer, par l'uniformité de leur comportement et l'identité de leurs réactions, le soupçon qui les effleure parfois que, là non plus, il n'y a rien à attendre.

...

 

Du culte réduit à la culture, des effigies sacrées des dieux aux simulacres de l'art profane, des oeuvres d'art aux déchets des avant-gardes, nous sommes, en cinquante ans, tombés dans le "culturel" : affaires culturelles, produits culturels, activités culturelles, loisirs culturels, animateurs culturels, gestionnaires des organisations culturelles, directeurs du développement culturel et, pourquoi pas ? "médiateurs de la nouvelle culture", "passeurs de création" et même "directeurs du marketing culturel"...

 

Kitsch

Les musées ne ressemblent plus à rien. La silhouette du nouveau musée d'Art contemporain de Metz rappelle à la fois les Buffalo Grill qu'on voit le long des autoroutes, un chapeau chinois et la maison des Schtroumpfs. Dans l'élévation d'un nouveau musée, on retrouvera souvent, in nuce, dans son mélange de modernité fade et d'emprunts hasardeux, le kitsch qu'on verra envahir l'architecture des mégalopoles, de Las Vegas à Dubai.

Construire un musée pose à l'architecte un problème insoluble. À quoi sert un musée ? D'un temple on savait la destination. D'une école aussi (encore un peu, à vrai dire). D'un aéroport, assurément. D'un stade, absolument, et même on en redemande, par dizaines, en tout lieu. Mais d'une collection d'objets arrachés à leur lieu d'origine et disposés dans l'oubli de leur fonction? ...

 


La démocratisation de l'art suppose que l'on sache ce qu'on entend par démocratiser.

L'art de la démocratisation précède la démocratisation de l'art.

D'abord, le respect des autres, de tous les autres (demos = le peuple, en grec). Ils ont peut-être plus à nous apprendre qu'eux de nous. Il n'y a pas de définition monolithique de l'art. Tout ce que créons, avons créé et créerons  doit être remis dans son contexte. De plus, personne n'est propriétaire de l'art. Quelle outrecuidance que de vouloir apporter au peuple (!) ce que nous considérons être l'art! Nous, on sait, lui ne sait rien : on va donc lui apprendre, l'amener à penser comme nous, à adopter les mêmes références que nous qui sommes les "civilisés". Ca s'appelle la colonisation, ça !  Non? Et si ce mot vous choque, vous serez au moins d'accord avec cet adage qui dit que l'enfer est pavé de bonnes intentions.

Mais que faire alors? Peut-être simplement être soi dans son rapport aux autres. L'art est bien plus en nous que dans les musées. Une belle amitié peut un jour amener à partager un spectacle et même (pourquoi pas?) la visite d'un musée...

Non seulement il y a de cela mais de plus, l'accès aux livres nouveaux reste difficile pour ceux qui créent et s'instruisent à l'abri des regards, sur le cable des funambules! Quant à une certaine minorité qui perce à grands coups de médias et de révélateurs artificiels, souvent elle désole son public au bout de quelques oeuvres vite essoufflées. Je pense à certains auteurs côtés à la bourse académique belge mais que je ne citerai pas.

D'autre part, j'ai remarqué que certains auteurs (ou prétendus artistes!) confondent le nombre d'oeuvres vendues avec leur qualité.Le chiffre d'affaire avec la reconnaissance. Arrivera-t-on à dire que: sans chiffre d'affaire l'artiste "inexiste"?

La démocratisation se fait par la propagande mais les marginaux de la littérature hors classe, hors écoles, hors écuries promotionnelles restent sur les trottoirs. Heureusement que le net et votre site en particulier leur ouvre les portes du savoir et la possibilité GRATUITEde se faire connaître.

Mais quitte à ramer dans mes années d'ombre, je continue à tendre vers l'impossible étoile avec l'honnêteté , la conscience et la sincérité de l'artisan !.

 

Ah ! Robert !

Du pain et des jeux...

...sans oublier au programme de Las Vegas : du vin et des pieux. C'est aussi une forme d'installation !

Dominique et Olivier 

(Domivier et Olinique)

Il faut savoir ce que veut dire le mot "art". J'ai une formation très classique acquise dans une Académie des Beaux Arts dans le temps (lointains, apparemment) où on apprenait à dessiner, les techniques de peinture, de sculpture, on apprenait à disséquer les œuvres des grands maîtres; bref, on apprenait à "faire", avant de pouvoir "créer". De nos jours jours, on s'émerveille si facilement, on crie à la création, on la congratule, la félicite... sans se préoccuper du savoir : une création qui devient un "concept" et l'on met en avant des "installations" laides et qui ne doivent porter que le "sublime message". Je suis plutôt triste pour tous les artistes actuels qui privilégient le travail, le culte du "beau", un message peut-être mais si ce message est porté par une belle œuvre, le message sera plus fort : j'en reste persuadée, n'en déplaise à certains...

Artistiquement vôtre.

Josiane

Répondre à la discussion

RSS

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation