Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Informations

Dis-moi ce que tu lis

Administrateur du groupe: Deashelle

Favorise l'échange et le partage de ce que vous avez de plus précieux: la lecture. (Romans, essais, théâtre et poésie).

A vos plumes.

Membres : 111
Activité la plus récente : 17 avr.

C’est ici le moment de rappeler le célèbre mot de Proust: “En réalité, chaque lecteur est, quand il lit, le propre lecteur de soi-même. L’ouvrage d’un écrivain n’est qu’une espèce d’instrument optique qu’il offre au lecteur afin de lui permettre de discerner ce que sans le livre il n’eût peut-être pas vu en soi-même.”

“ La lecture est une amitié ”: le propre des livres est de “nous donner des désirs”.

La lecture n’est pas une fin, mais un commencement. Elle n’est pas une fuite, mais une rencontre. Si vous désirez proposer des livres à la recension, vous pouvez les envoyer à Robert Paul à l’adresse de l'Espace Art Gallery : 35 rue Lesbroussart 1050 Bruxelles. Nous ferons tout notre possible pour donner suite.Écrire est un acte d'amour. S'il ne l'est pas, il n'est qu'écriture. Jean Cocteau

N.-B: Je précise que l'administrateur du Groupe  "Dis-moi ce que tu lis"  au sein du réseau Arts et Lettres est Deashelle qui en assure la gestion et la politique éditoriale. Elle est aussi titulaire des groupes théâtre, musique classique et cinéma.


Robert Paul, Fondateur et administrateur général du réseau Arts et Lettres

 

Forum de discussion

La grande poétesse Auxerroise oubliée du 20 ième siècle : Marie-Noël. Article de Béatrice Lukomski Joly

Démarrée par Béatrice Joly. Dernière réponse de ANNE DAVID 13 nov. 2016. 29 Réponses

Je viens timidement vous parler de Marie-Noël, elle, dont  Valériane D 'Alizée  a  presque tout aussi timidement évoquée un jour,  presqu'une nuit de nos heures sur ce site,  osé  nous rappeler   sa disgrâce dans cet oubli    qui  nous ferait…Continuer

Balises : Joly, Lukomski, béatrice

Le livre est plus que jamais devenu un objet de résistance.

Démarrée par Deashelle. Dernière réponse de Carol Trottier 21 févr. 2016. 8 Réponses

Le mot scrupule, du latin scrupulus qui veut dire "petit caillou pointu", désigne ce petit caillou pointu qui, confortablement niché dans la sandale d'un légionnaire, peut mettre en péril la progression de toute l'armée. Ce vocable évoquait à…Continuer

Balises : futur, société, livre, résistance

Mur de commentaires

Commenter

Vous devez être membre de Dis-moi ce que tu lis pour ajouter des commentaires !

Commentaire de Krystin Vesterälen le 17 avril 2018 à 20:16

bonjour tout le monde,

Arrivée à bon port, ce matin, des livres "Le Voyage d'Ulysse". 
Quelques photos pour vous donner envie de le découvrir.

Conteuse : Krystin Vesterälen
Illustrateur : Hocine Soltane

éditions le Roi Barbu (http://leseditionsduroibarbu.jimdo.com)
978-2-8083-0085-8
18 € (frais de port offerts) + une jolie dédicace si vous le commandez auprès de moi.

A travers une histoire vieille de plus de trois mille ans, nous suivons pas à pas le retour du roi d’Ithaque, Ulysse. Il est parti à la guerre bien jeune, laissant sa jeune épouse enceinte. Il errera, ensuite, pendant 10 ans avant de retrouver son royaume, son fils, son épouse. Il rencontrera des dieux, des mondes étranges. Quand enfin il arrivera chez lui, il devra combattre les prétendants qui ruinent sa demeure et pressent son épouse à se remarier.

https://www.facebook.com/pg/leseditionsduroibarbu/photos/?tab=album...

Commentaire de Deashelle le 16 mars 2018 à 14:16

L'auteur suisse Joël Dicker pour son roman "La Disparition de Stephanie Mailer" (Éditions de Fallois).


30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons, dans l'État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers : le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu'une passante, témoin du meurtre. L'enquête, confiée à la police d'État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à découvrir le meurtrier, solides preuves à l'appui. Celui-ci a été tué lors de son arrestation. Les deux policiers ont récolté les louanges de leur hiérarchie et même une décoration.

Vingt ans plus tard, au mois de juin 2014, Jesse Rosenberg, devenu capitaine, est sur le point de quitter la police pour se consacrer à un projet personnel après une brillante carrière d'enquêteur. Il est devenu une légende locale de la police. On dit de lui qu'il a élucidé toutes les affaires qui lui ont été confiées, ce qui lui vaut le surnom de capitaine 100%. Derek Scott, en revanche, ne travaille plus sur le terrain et végète au sein d'une brigade administrative. Mais la vie des deux hommes va être totalement chamboulée lorsqu'une journaliste, Stephanie Mailer, vient trouver Jesse à sa cérémonie de départ de la police et lui annonce que son surnom n'est pas mérité : elle affirme à Jesse que contrairement à ce qu'il croit, sa toute première enquête, celle consacrée au quadruple meurtre d'Orphea, n'a pas été résolue. Pour Stephanie, Derek et Jesse se sont trompés de meurtrier. Un détail, pourtant évident, leur aurait échappé à l'époque.

Jesse, certain que Derek et lui ne se sont pas trompés en 1994, met d'abord en doute la version de Stephanie. Mais trois jours plus tard, lorsque cette dernière disparaît et que les premières pistes s'entremêlent avec l'affaire de 1994, Jesse et Derek n'ont pas d'autre choix que de retourner à Orphea.

Qu'est-il arrivé à Stephanie Mailer ? Qu'avait-elle découvert ? Si Jesse et Derek se sont trompés de coupable en 1994, alors qui est le véritable auteur du quadruple meurtre? Et que s'est-il réellement passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea ?


Émission


 Entrez sans frapper

Commentaire de Deashelle le 16 mars 2018 à 14:11
Commentaire de Deashelle le 5 décembre 2017 à 19:03

Mécaniques du chaos par Rondeau

Commentaire de Deashelle le 5 décembre 2017 à 19:02

Une archéologie de notre époque finissante, puisqu’elle a égaré le secret de la vie.

Tout commence avec une citation d’Honoré de Balzac tirée de son roman « Le père Goriot » « Ah! sachez-le: ce drame n'est ni une fiction, ni un roman. All is true, il est si véritable, que chacun peut en reconnaître les éléments chez soi, dans son cœur peut-être. » Si  les personnages crées par Daniel Rondeau sont de pures   fictions, la loi de la jungle devenue mondiale est bien réelle, et le tableau qu’il en tire, est apocalyptique. On ne veut pas croire que nous campons sur une bombe à retardement,  entre « Soumission » de Houellebecq et « Katiba » de Rufin. Sur fond de chaos intégral : culturel, langagier et comportemental. 1984, d’Orwell, à côté de cela  passe pour une lecture académique. Mécaniques du chaos a obtenu le Grand Prix du Roman de l'Académie Française 2017.

Grimaud, le narrateur principal est un archéologue spécialiste de Leptis Magna, une des villes importantes de la république de L’ancienne Carthage, déclarée Site du patrimoine mondial de l'UNESCO en 1982. Grimaud est   porteur des multiples expériences de l’écrivain et de l’ancien diplomate. Son moteur personnel est fait de plusieurs facettes qui raniment le courage,  la probité, l’émerveillement, la joie et l’énergie. Laissant la truelle et le pinceau, à lui de rebâtir une fresque de notre époque, sorte de tapisserie où l’on prend  de plein fouet la vue d’ensemble mais aussi les mille et un détails.  En particulier, un de ces « détails » de l’HISTOIRE qui a sombré dans l’oubli. Le 8 mai 1945, à Sétif, une manifestation nationaliste est autorisée dans la liesse de la fin de la deuxième guerre mondiale. Dès 8h à plus de 10 000 personnes envahissent les rues et défile avec des drapeaux des pays alliés. Vers 8 h 45, tout dérape. Des pancartes « Vive l'Algérie libre et indépendante » surgissent. En tête de la manifestation, Aïssa Cheraga, chef d'une patrouille de scouts musulmans, arbore un drapeau vert et rouge.  Un jeune s'empare du drapeau mais est abattu par un policier. L’émeute fait dans  les deux camps de nombre de  morts et de blessés. Dans le même temps, des émeutes éclatent aux cris du « djihad » dans la région montagneuse. Des fermes européennes isolées et des maisons forestières sont attaquées et leurs occupants assassinés, dans des conditions  atroces…  Voilà ! le mot et lancé ! La force de destruction du djihad est sortie de la boîte de Pandore.  Le  fardeau de ces événements est  porté humblement par un personnage  émouvant du roman: Bouhadiba, ancien pied noir. » On revoit aussi les avions du 11 Septembre, ce Pearl Harbour du djihad? 

Commentaire de Deashelle le 5 décembre 2017 à 19:02

 Chaque époque n’est-elle qu’une succession de cercles dans l’eau? Passant par les guerres puniques, Daniel Rondeau  retrouve la  pierre fatale sur laquelle sont gravés les massacres de Sétif. Grimaud, l’archéologue examine le terreau qui a engendré cette mécanique du chaos, le terrorisme islamique, dont on ne parlait pas il y a 40 ans. Il braque l’éclairage sur d’autres mécaniques délétères : l’absence de repères, le nihilisme général engendré par la destruction du paysage spirituel de l’Europe après le passage destructeur du nazisme et du communisme dont nos générations ne sont toujours pas remises. Mais comment pourrions-nous encore rayonner en 2016, si on ne croit pas en soi? Sans l’eau de l’histoire, de la poésie et de la culture… peu d’espoir est permis ! « Je suis Habiba et je vis… »

 

 En rassemblant les points de vue des nombreux personnages du roman, tous des naufragés, de la journaliste française et petite amie de Kadhafi à l’étudiante bretonne anarchiste passée par la prostitution de luxe, la mosaïque s’éclaire. Le délitement des valeurs familiales a aussi créé l’absence de repères. Bruno, le policier anti-terroriste flotte dans sa vie, perdu par son divorce et l’éloignement de ses filles. La peinture de l’époque passe par la sphère toute puissante de l’argent qui a englouti notre planète et ses états de droit avec tous  les trafics illicites du trafic humain, migrants et esclaves, à  celui des œuvres d’art millénaires,  à celui  de la drogue,  et jusqu’aux détrousseurs de cadavres dans les hôpitaux. Assiste-ton à la « grosse domination du sabre sur l’esprit ? »

L’écriture se fait à coups de sabre, de déflagrations, de valse d’informations aussitôt interrompue, dans un immense zapping mondial de la violence. Comment, à travers les  cascades d’événements sans transition,  et les  lieux brûlants d’actualité ne pas se retrouver piégé par la barbarie, cloué d’angoisse, stupéfait devant  les personnages déboussolés, aux quatre coins de la Méditerranée, notre berceau millénaire devenu  fosse commune. Autour de  Malte, il n’y a qu’un pas pour la  Lybie,  la Tunisie,  la Somalie,  Istanbul… Et puis la frileuse Europe aux fondements dévastés se déploie, fragilisée par la corruption et le crime, de Londres, à Paris, au Quai Matignon et dans une banlieue infecte nommée Taurbeil-Paradis la Grande Tarte. Au début les images et les personnages sont  bien difficile à suivre et  on se perd dans les cercles de l’enfer… Puis la mosaïque contre la domination du sabre sur l’esprit, prend forme et on ne lâche plus le livre, de peur de perdre le fil infernal! Et au passage, -ouf!- on se permet de savourer les apartés de l’archéologue, Grimaud, qui n’est  avare ni de recul, ni d’érudition,  ni de sagesse.   « Les peuples se font et se défont de leur  énergie propre  s’engendrant de leur âme et de leurs actes incessants  pendant que le temps s’écoule à son rythme imperturbable. » comme disait Michelet.

Commentaire de Deashelle le 9 novembre 2017 à 16:56

Le prix Renaudot, lui, a été décerné à Olivier Guez pour La disparition de Josef Menguele.

Commentaire de Deashelle le 9 novembre 2017 à 16:54

Yannick Haenel remporte le prix Médicis pour « Tiens ferme ta couronne »



Le romancier Yannick Haenel a remporté ce jeudi le prix Médicis pour « Tiens ferme ta couronne », publié aux éditions Gallimard. L'auteur d'une douzaine d'ouvrages, dont sept romans, y raconte la folle dérive d'un écrivain sans le sou, entre littérature, cinéma, solitude, amour : auteur d'un scénario sur Herman Melville, celui-ci veut le vendre à Michael Cimino, qu'il rencontre à New-York. Parallèlement, il flirte avec la maîtresse de son sulfureux voisin, assure mal la garde de son dalmatien, est harcelé par deux malfrats, écluse les bars... Puis, au cours d'un dîner, il rencontre Isabelle Huppert et la séduisante directrice du musée de la Chasse, réincarnation de la déesse Diane, avec qui il entame une liaison torride.

« Une oeuvre délicieusement libre dans son ton et sa forme. À la fois drôle et mélancolique, ce roman mêle habilement des personnages célèbres et inventés, brasse avec légèreté des considérations existentielles et flirte même avec la mythologie », pouvait-on lire dans Les Echos Week-End du 3 novembre.

Le romancier a dédié son prix à Anne Wiazemsky, membre du jury du Médicis décédée en octobre. « Comme mon livre porte sur les noces entre le cinéma et la littérature, si quelqu'un l'a incarné merveilleusement c'est elle. Baisers à Anne Wiazemsky », a dit l'écrivain.

Le prix Médicis étranger a été attribué au romancier italien Paolo Cognetti pour « Les huit montagnes » (Stock), traduit par Anita Rochedy et  Le Médicis essai a récompensé l'Américain Shulem Deen pour « Celui qui va vers elle ne revient pas » (Globe), traduit par Karine Reignier-Guerre.


Commentaire de Deashelle le 6 novembre 2017 à 14:21

L’Ordre du jour, Un  texte qui est publié par la maison que dirigeait encore récemment la ministre de la culture, Françoise Nyssen ; ce qui semblait, aux yeux des observateurs, rendre impossible un couronnement d’un livre Actes Sud cette année.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2017/11/06/le-prix-goncourt-re...

Commentaire de Deashelle le 6 novembre 2017 à 14:19

Avec L’Ordre du jour, l’écrivain pénètre dans l’antichambre de la seconde guerre mondiale, scrutant les semaines qui ont précédé l’Anschluss, l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne en 1938. Le livre s’ouvre cinq années plus tôt, le 20 février 1933. Ce jour-là, vingt-quatre dirigeants des plus importantes entreprises allemandes – Krupp, Opel, Siemens… – sont reçus par Herman Goering et Adolf Hitler, chancelier depuis un mois. Lors de cette réunion, le Führer tient un discours simple : pour en finir avec le communisme et retrouver la prospérité, il doit remporter les élections législatives du 6 mars. Invités à financer la campagne du parti nazi, les vingt-quatre patrons versent sans sourciller leur généreuse obole. « Et ils se tiennent là impassibles, comme vingt-quatre machines à calculer aux portes de l’Enfer. »

Extirper quelques fragments de vérité
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/livres/article/2017/05/24/eric-vuillard-avant...

 
 
 

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2018   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation