Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

En Belgique, lancement de la troisième édition de l’opération Jeunes critiques. Ouvert aux jeunes de quatorze à vingt-deux ans, ce concours d’écriture de critiques dramatiques leur permet de se familiariser avec le monde du théâtre tout en partageant leurs réactions et leurs émotions face aux spectacles qu’ils découvrent. Encadrés par des animateurs et des critiques professionnels, les participants progressent dans leur argumentation et affinent leur perception des œuvres théâtrales contemporaines.
Jeunes critiques est organisé par Promotion Théâtre, en partenariat avec la revue Indications et la Province du Brabant wallon. Tous les participants reçoivent des prix qui leur permettent de prolonger leur rencontre avec le théâtre.

J'estime cette initiative extrêmement précieuse, un réelle avancée par rapport à l'offre culturelle que je recevais au temps -tès lointain- de ma jeunesse en école. Vos avis sont les bienvenus.

 

Concours Jeunes Critiques

Vues : 307

Y répondre

Réponses à cette discussion

Je trouve cette initiative très heureuse. Les jeunes sont mis en contact avec le monde du théâtre et on leur permet de s'exprimer librement. Ils peuvent aiguiser leur sens critique non seulement pour le théâtre mais également pour toutes les productions artistiques. Eveline
Je viens de faire un lien sur ma page Facebook réseau par exellence des jeunes.
Des initiatives de la sorte ne sont pas seulement positive pour les jeunes mais également pour le théatre même.
En tant qu'animateur artistique dans des écoles je ne peut que confirmé que les jeunes sont demandant.
Toute les possibilités offertes aux jeunes artistes ou tout autre ouvert sur le monde de la creation d'exprimer leur art ou leur perception de notre place dans l'univers ne peuvent être que les bienvenues.
Le théâtre est sans doute une façon de peindre avec les mots.
Alors, vive le théâtre.
C'est une belle entrée en matière que de travailler sur un domaine artistique aussi riche. une belle opportunité pour ces jeunes d'être familiarisé de manière concrète et de forger un esprit critique voir de raffiner leur goût artistique.
Oui, Je trouve cette initiative formidable. Les jeunes ont tellement de choses à dire. De les écouter, de leur laisser la place à exprimer ce qu'ils perçoivent tout en les accompagnant pour trouver les mots pour le dire, ne peut être que très enrichissant, pour tout le monde...et puis le théâtre ne peut que développer chez eux, chez nous tous, une belle sensibilité des choses, qui en l'exprimant, peut devenir magique...cela ne peut être autre chose qu'un magnifique partage.
"acquérir un esprit critique pour nos jeunes" n'est-elle pas une formulation pléonastique? les "jeunes" ne constitueraient t-ils pas l'avenir des plus âgés et n'ont-t-ils pas une vocation naturelle à juger (même parfois par de barbares procédés) les productions de leurs aînés qu'ils ne pourront que performer... Bizarre de vouloir leur faire "acquérir" (en banque??) une position qui serait de fait la leur. Dans un monde où la connaissance s'étend exponentiellement, ils leur reste un vaste choix dans leurs procédures, mais maturant dans un espace-temps reconnu relatif et relativiste, on ne peut que leur faire confiance dans la mesure où ils ont bénéficié d'une éducation digne de ce nom ce qui revient à leur environnement initial socio-familial.

A défaut: "acquérir un esprit critique pour nos jeunes" apparaîtrait comme l'aveu d'une éducation imparfaite, ratée ou inachevée; mais cette "deuxième chance" serait-elle plus performante?
J'apprécie votre remarque "l'offre culturelle que je recevais au temps de ma jeunesse EN ECOLE". Il en a été de même pour les gens de mon âge. J'ai deux petits fils, 18 et 14 ans. l'un vient de terminer le collège, je ne pense pas qu'il ait jamais mis les pieds dans un théâtre, Baudelaire, Chateaubriand, Rubens, Gauguin, Mozart, Beethoven, ... Connait pas, poésie, j'aime pas ...
Papa, Maman travaillent, fin de semaine courses, entretien et repos si possible.
Où sont passés nos cours de musique, de dessin, les rédactions d'abord, les dissertations ensuite, les livres à lire ?
Je parle d'une petite ville de province, vous le savez, alors dites-moi, comment développer l'esprit critique dans une famille à revenu moyen ou modeste qui souhaiterais que leurs enfants puissent évoluer plus qu'eux.
Que sont devenus nos instituteurs(trices) et professeurs d'antan, Comment disserter sur ce que l'on ne connait pas ou plus ?
Je suis mère de deux enfants dans cette tranche d'âge : 15 et 18, nous avons toujours fait en sorte qu'ils aient un esprit critique, cela ne passe d'ailleurs pas toujours à l'école, les jeunes qui parlent, s'expriment durant les cours, posent trop de questions, s'étonnent, s'interrogent sont très souvent marginalisés. Peu importe, nous aimons les discussions où chacun argumente ce pourquoi il aime ou il n'aime pas quelque chose, nous les encourageons dans ce sens . Ils ont d'ailleurs à leur âge une maturité que nous n'avions pas. Je suis pour cette initiative et de plus avec des textes contemporains, cela ne peut que les intéresser davantage. Bravo
Bonsoir Monsieur,

Je trouve cette démarche très pertinente !
Lors de mes études secondaires , dans les années soixante, notre professeur de Français avait exigé que nous prenions un abonnement annuel aux " Jeunesses Théâtre " : pieds de plomb , pour la plupart des élèves , en début d' année académique ... mais au cours de l' année, nous a été offerte la possibilité de découvrir diverses scènes théâtrales de Bruxelles, du théâtre d' avant-garde, du classique,... joué par de jeunes talents pleins de promesses ou par des comédiens confirmés et célèbres , et surtout, ce " climat " si particulier d' une entrée en scène, d' un partage , sur le vif, entre la salle et les comédiens : ce fut une révélation, j' ai adoré cette période et en garde un précieux souvenir !
De plus, nous avions également l' obligation de choisir , parmi les pièces proposées au public dans l' abonnement de l' année , trois oeuvres qu' il nous fallait " décortiquer " commenter, critiquer, résumer et ... présenter au professeur : je reste persuadée que cette approche nous a été profitable à tous ! Belle soirée à vous ! Nicole
L'opération "Jeunes critiques"est certainement une bonne initiative. Mais il convient de baliser le terrain. Il ne s'agit pas ici de l'acquisition d'un esprit critique en général, laquelle procède d'une série de facteurs qui méritent une analyse approfondie sans comparaison avec nos petits billets.

Ici, il est question de critique littéraire, et plus précisément de critique théâtrale. De plus, Promotion Théâtre est organisé par une revue et la Province du Brabant wallon. Ce n'est pas une critique (!), c'est un fait. Bien sûr, on peut me rétorquer que j'opère une analyse "de gauche", voire néo-marxiste, si j'écris : des petits rupins encadrés par des pros, vont aborder le théâtre contemporain et seront capables de passer un concours (aïe) d'écriture (ouïe) de critiques dramatiques (patatras).
J'exagère un peu, j'en conviens mais je ne pense pas que cette initiative puisse se dérouler partout. Ce n'est ni un reproche aux organisateurs ni une vision pessimiste des jeunes.

Tant mieux si certains élèves parviennent à rédiger ce type de texte mais pour y arriver, il faut pouvoir maîtriser une pratique plus que minimale de l'écrit. Il faut égalemnt disposer d'un vocabulaire abstrait car il n'y a pas de critique sans abstraction, sans cette capacité de retirer d'une série d'informations des idées, des jugements que l'on puisse défendre avec pertinence.
Inutile de préciser que l'idée même d'un concours ne trouve pas de place dans mes catégories mentales.

Cependant, après m'être fait l'avocat du diable, je vais aborder maintenant tout le positif qu'il est possible de retirer de ce type d'expérience. ( Pour acquérir un esprit critique le moins tendancieux possible, il faut balayer devant sa porte, essayer de ne rien se laisser passer, donc pratiquer l'auto-critique). Le fait de prendre comme support l'art dramatique est évidemment excellente. Le théâtre est un art complet : il fait appel en vrai, de façon immédiate, tant à la compréhension du sens qu'à la perception que captent...nos sens. Point n'est besoin de savoir lire pour apprécier une pièce de théâtre et cela, c'est fondamental. A condition de proposer aux jeunes des situations où ils peuvent se projeter et donc libérer leur parole, qui ne peut être que critique au sens large du terme. Mais les mots ne sont pas donnés ! Il faudra dépasser le "j'ai bien aimé" ou le "c'était con" en répondant à la question du pourquoi. Les langues vont alors se délier et, de brique et de broque peut-être, des précisions seront amenées, alimentées par la discussion menée par le pédagogue. Se posera sans doute aussi la question du comment : finalement, comment fait-on pour monter une pièce et la jouer? Et même...qui l'a écrite, quand, etc? Ces questions s'appellent les unes les autres.

Tout ceci n'est que du bon sens, dira-t-on. Descartes écrivait que "le bon sens est la chose du monde la mieux partagée". Il signifiait par là que tout le monde en était également pourvu. Il me semble qu'il se trompait mais il obligeait à réfléchir. Pour le cas qui nous occupe, la règle d'or est justement de ne pas demander l'impossible à quelqu'un, spécialement à un jeune, au risque de le briser. C'est par la réussite qu'il peut prendre confiance en lui et le théâtre, on l'a vu, peut y contribuer de façon très importante et amusante (je pense qu'il ne faut pas exclure le plaisir de la culture comme le font certains intellos vivant dans leur cénacle, coupés du monde -mais c'est aussi un autre débat-).

Et, pour en terminer, je le redis, que certains élèves soient capables de disserter par écrit comme des critiques d'art en herbe me réjouit. Mais je sais pertinemment bien, statistiquement parlant, qu'il s'agit d'une très petite minorité. Comprenons-nous bien : je ne suis pas adversaire de l'excellence. Nous en avons besoin comme de pain dans un monde global où la matière grise est notre seul "gisemant" de richesses pour envisager notre avenir. Mais, pour des raisons dont nous dicuterons peut-être plus tard, il est bon d'avoir suffisamment d'esprit critique pour respecter les autres dans ce qu'ils sont et ce qu'ils sont à même de faire pour le moment. En gardant un espoir réfléchi sur leurs possibilités de progrès individuels et sociaux par "la politique des petits pas".
Très bonne initiative!
Ici à Huy, il y avait (car il n'y a plus cette année) la même démarche pour le théâtre jeune public.

La ligue des familles prenait cette initiative en charge en invitant les enfants des familles à venir voir les pièces proposées et donner leur avis.

Heureusement car c'est du théâtre pour jeunes et ce sont les adultes qui jugent et commande les pièces.
Par contre les troupes "pour enfants" ne sont pas toujours commodes!
Une de mes amies c'est vue de quitter la salle car sa fille à demandé à sa maman : "elle fait quoi la madame?"...
C'est une très belle et intéressante initiative qui permet de découvrir l'univers du théâtre et de pouvoir exprimer ce qu'il en ressort, la critique pourra s'affiner avec le pédagogue, ce qui améliore la finesse de perception, de jugement et d'évaluation personnelle d'une pièce.
C'est vrai que ce n'est pas évident pour tous les jeunes, qu'il faut déjà pouvoir trouver les mots justes, et certains jeunes n'ont qu'un vocabulaire restreint, mais ils ont d'autres manières aussi de s'exprimer que par l'écrit.
Le théâtre est un reflet des grandes questions de l'homme, qu'il soit traditionnel ou contemporain.

Personnellement, j'ai pu apprendre à développer mon esprit critique à la maison, par l'éducation reçue et aussi à l'école, durant mes études secondaires, où notre professeur de langues anciennes nous emmenait voir des tas de spectacles (théâtre, opéra, concerts) et l'on en discutait ensemble ensuite en classe, le lendemain. J'ai eu la grande chance d'assister aux ballets de Maurice Béjart, et de découvrir des spectacles de qualité, en groupe. C'était un professeur qui nous concoctait une véritable animation culturelle, je l'en remercie encore aujourd'hui.
Nous avions aussi invité une jeune troupe de théâtre à l'école, pour deux soirées et l'on avait préparé le sujet des semaines avant. Nous avons pu discuter avec le metteur en scène, les comédiens, cela nous a plongés dans l'envers du décor, si je puis dire. Rien de tel que ces expériences diverses, pour faire grandir notre esprit critique.

Aujourd'hui aussi les Académies de Musique, de Beaux-Arts, d'arts plastiques permettent à un public diversifié de découvrir l'art, l'art dramatique, ils peuvent s'impliquer eux-mêmes dans des projets menés par un professeur de théâtre, dont c'est le métier.

Les jeunes ont besoin de pouvoir se dire, s'exprimer et apprendre à le faire, face à ce qui les préoccupe et les questionne, et c'est un travail de longue haleine, comme toute oeuvre éducative.
ils ont besoin qu'on les écoute et leur fasse confiance, qu'on les valorise. IIs ont beaucoup de talents, parfois cachés, à nous faire découvrir. C'est un cheminement. Nous sommes tous, à notre manière, en relation avec des jeunes et pouvons oeuvrer dans ce sens.
Il est important de garder cet esprit critique, de l'affiner, à tout âge: j'ai aussi veillé à ce que mes enfants y parviennent. Nous les avons emmenées au théâtre, depuis petites, résultat, ma fille aînée joue du théâtre en amateur dans une troupe à Bruxelles. Elle a été mordue, comme on dit.

Bonne soirée à vous tous! Pascale






Carl du Toit a dit :
La réponse de ta fille, Rosyline, montre qu'elle est racée.

Rosyline a dit :
D'avoir proposé un tel projet est une avancée pour notre société où en général on ne tient pas compte de l'avis d'un adolescent et encore moins d'un enfant..
C'est leur proposer d'entrer dans un monde qui n'est réservé qu'aux adultes.
Il est vrai, que tous ne peuvent y participer, c'est un commencement et peut-être qu'un jour il sera pris en charge par l'enseignement qui l'organisera comme activité complémentaire libre et permettra à d'autres enfants de valoriser leur don, leur passion pour l'écriture et qui par la même occasion les encouragera à continuer à progresser.
Si on ne propose pas un tel projet, on ne permettra jamais à des jeunes d'épanouïr leur don.

Voici l'avis ma fille de 15 ans, elle écrit:
Ce concour pourra ensuite révéler les connaissances que la plupart des jeunes hébergent en eux, et par leurs critiques résultant tout droit de leur esprit mordu par la littérature, permettra de voir le théâtre dans toute sa profondeur.

Répondre à la discussion

RSS

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation