Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

L'autre jour au "Grenier Jane Tony", quelqu'un (Piet Lincken pour ne pas le nommer) m'a posé cette question à brule pour point: c'est quoi l'âme ?
C'est un mot-bateau sans doute qui revient un peu trop souvent dans une certaine poésie.

Prudemment, je lui ai répondu par le sens étymologique: souffle ...

L'âme est aussi une pièce indispensable au violon, sans quoi le son resterait
on ne peut plus confidentiel ...

Je pense à une phrase de Valente qui dit: " De quel côté de mon corps étais-tu mon âme, pour ne pas me secourir ?"
Qu'en pensez-vous, amis d'Arts et Lettres ?

Vues : 1901

Y répondre

Réponses à cette discussion

L' âme est " quelque chose " de précieux ... invisible, intemporelle, infinité, elle semble accompagner tout être vivant, et en être son essence...nommée aussi " conscience " par certains...
Quand le souffle de vie quitte l' être vivant, elle semble devenir encore davantage fluidité, évanescence , espérance pour l' humain de présence éternelle...
L' âme entretient son mystère depuis la nuit des temps ...
oui, il me semble bien que c'est cela. Je dirais aussi "vibrations" qui montent des racines, de l'obscur de nous-même, mais qui par ces racines est partage d'une même histoire, du souffle de vie vers l'éveil au monde par le langage, la voix où elle se dissimule.
L'âme : quelques lueurs devant l'illimité.
merci d'ajouter votre pierre à cet édifice bien impalpable. J'aimerais vous faire partager ce beau texte de Valente qui me semble toucher cette dimension:

D E T O I ne reste rien
que ces fragments brisés.

Que quelqu'un les reçoive avec amour, je te le souhaite,
les garde près de lui et ne les laisse pas
totalement mourir dans cette nuit
aux ombres voraces, où maintenant sans défense
tu palpites toujours.

(Projet d'épitaphe)
(traduction de l'espagnol par Jacques Ancet)
Il n'y a pas de mystère! Tout est fruit de notre illusion. Une même chose est perçue différemment de chaque personne d'après sa sensibilité psychophysique et ses connaissances réelles. Plus de connaissances plus de conscience sur la vie réelle, l'âme et le corps. Chacun est venu sur cette terre pour accomplir une mission. Après lui est-ce que son âme pourrait continuer cette mission? Pourrons nous répondre à cette question aujourd'hui, demain ou après demain? Non, parce que ce n'est pas une question que nous devons nous poser. Ce que nous devons savoir c'est que le plus important est d'être bon et compréhensif, de croire en soi-même et d'accomplir sa mission. De CROIRE en lettres majuscules et de cherche la 7ème destination, celle à l'intérieur de nous, profondément en nous. C'est ça peut-être l'âme?
L"âme, c'est peut-être le résumé de ce que nous sommes vraiment, le mélange subtil de nos gènes et de notre volonté propre, la traduction de notre désir d'amour... notre essence?
Le point de vue d'un mystique dont la démarche a inspiré nombre de poètes contemporains:

Juan Yepes, poète espagnol plus connu sous le nom de Jean de la Croix, est l'un des plus grands mystiques chrétiens
ayant réalisé l'union au Divin.

S'engageant dès l'âge de 20 ans au Carmel, il est assez vite déçu par les velléités de son ordre. Mais, au moment où il décide de se faire chartreux, il rencontre sœur Thérèse d'Avila qui lui suggère de travailler à la réforme du Carmel. Il suscite alors de vives résistances chez ses supérieurs qui l'enferment de longs mois dans un cachot. Un exil douloureux qui l'oblige à trouver en lui la lumière libératrice. « Je sais une source qui jaillit et s'écoule » écrit celui qui vient de découvrir la lumière divine de son être. C'est dans ce cachot que vont naître ses plus belles œuvres : « Le Cantique spirituel », « La montée au Carmel » et la « Nuit obscure » dans lesquelles le poète décrit, avec autant de profondeur que de précision, les différentes phases de l'ascension spirituelle vers l'union ultime.

Riche de son expérience qui lui valut le titre de « docteur mystique », Jean de la Croix consacre alors sa vie à guider
les autres dans leur cheminement spirituel. C'est en être réalisé qu'il nous présente le Divin comme l'« Epoux » parfait, Celui qui nous aime sans condition, attendant patiemment que notre âme s'ouvre à son Amour. « Dieu se communique abondamment, comme le rayon de soleil, dit-il, partout où Il trouve la place ».
Ce faisant, l'âme comprend qu'elle doit éradiquer tout ce qui fait obstacle à Son Amour. Alors dénuée de tous ses repères, elle connaît la « nuit obscure » puis se laisse attirer par la lumière Divine de son être. Cette première étape purificatrice consiste donc en une dilatation maximale de son ego qui vise bien moins son anéantissement que son allègement. C'est alors que « la flamme d'Amour investit l'âme tout entière produisant de nouveau en elle des ténèbres spirituelles ». Car, à l'image de nos yeux qui se ferment face au rayonnement intense du soleil, l'âme, qui n'est pas encore totalement purifiée, se ferme momentanément devant la flamme de Vie. Pourtant, cette phase sombre est le prélude des noces de lumière. Car bientôt, le feu de l'Amour l'embrase entièrement à l'instar du feu matériel qui tend à
ne faire qu'un avec la bûche. Et l'âme ne souffre plus car elle devient elle-même le feu. « Tandis que tu me regardais, tes
yeux gravaient en moi ta beauté » chante l'âme comblée de Jean de la Croix. Mais son ascension n'est pourtant pas finie. Son âme devra franchir la phase ultime qui consiste à prendre conscience que l'Epoux est, lui aussi, « comblé de joie et d'allégresse ». Alors, « l'âme découvre qu'elle peut aimer et que Dieu est heureux d'être aimé ». C'est, pour elle, la cause d'une « joie toute nouvelle » : celle de l'union absolue où les époux ne font qu'un dans l'échange d'Amour incessant.

Telle est l'ascension spirituelle que nous propose Jean de la Croix, cette âme purifiée qui a connu ce « sublime sentir de l'essence même de Dieu », ce « sentiment d'intense plaisir et de gloire éprouvé jusque dans les dernières articulations des pieds et des mains »...

"je suis une âme humaine dotée de l'esprit quintessence subtile et vibratoire qui anime tout mon être"
"dans mes profonds silences,je sens chaque jour cette vibration
ce mouvement et être permanent....quelque fois j'ai l'impression
d'être dans un aquarium de vibrations perpétuelles...
entouré de prana.......qui scintillent autour de moi.
SELON mon état de pensées ces virations qui animent mon âme.esprit
les couleurs sont changeantes...
je pense LUMIERE , je deviens phosphorencente
je pense x et la couleur peut changer;
C'EST MOI.MËME QUI PEUT NOURRIR mon âme esprit de beautés et de grâces
en étant en harmonie parfaite avec "la création" primordiale
et on peut se faire aider par des "maitres lumineux" si on souhaite s'élever davantage
l'âme-esprit quel cadeau merveilleux pour animer la matière.
aMICALEMENT VÖTRE
MAMYBLUE (sylviane Tirez)
"...dans mes profonds silences, chaque jour cette vibration, ce mouvement..."
Merveilleuse respiration dans votre texte, Sylviane Joséphine ! Au détour de vos mots
l'âme est plus que vraisemblable, nécessaire.
Toute mon amitié en poésie vous accompagne sur les chemins de l'âme.
Claude Miseur
L’âme, c’est l’eau de là. Et l’eau de là est imbuvable. Bien à vous. Philippe.

Après avoir lus toutes ces idées sur l'âme...je me retrouve le plus dans la vôtre, elle me parait à la limite gratuite. tel que l'âme...

Philippe G. Brahy a dit :
L’âme, c’est l’eau de là. Et l’eau de là est imbuvable. Bien à vous. Philippe.
L’âme est une entité surnaturelle. Elle constitue le soi. Elle vie, elle agit… par le corps, son tissu dans cette existence.

Mais lui donner une définition reste, et elle restera toujours hors de la portée ! Puisque tout simplement, c’est une connaissance hors humaine..! L’âme entre dans le savoir de Dieu.

On peut sentir la présence de "l’âme", mais sans pouvoir la définir ! Et surtout sans pouvoir savoir sa vraie nature.

Bien à vous. Abdeslem

Répondre à la discussion

RSS

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation