Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone


Dans son « Système des beaux-arts » (1920), Alain propose l’idée que l'art surgit dès le moment où la pensée, libérée de toute nécessité, se reprend elle-même. Selon lui l' art comme lieu où les passions s'expriment, est le seul moyen que l'homme a trouvé pour que ses passions s'expriment sans que l'ordre humain s'en trouve menacé, car l'art leur fournit une règle: "l'expression composée". En ce sens, l' art est une discipline.

 

C’est aussi un langage, à condition de ne pas croire que la beauté se trouve dans le contenu de l'idée exprimée: le bon est dans l'oeuvre elle-même en tant qu'elle donne corps à l'idée.

 

Il faut aussi lire d’Alain ses « Vingt leçons sur les beaux-arts », ainsi que les écrits qu'il a consacrés à certains arts particuliers (« Entretiens chez le sculpteur » et aux écrivains (Balzac, Dickens, Stendhal).

 

Vues : 107

Y répondre

Réponses à cette discussion

Puis-je me permettre cette réflexion, reproduite d'une note figurant sur mon site?
L’art est le type même de la question métaphysique qu’aucun schéma ne résout de façon satisfaisante. Sa structure fondamentale, hormis ses formes, n’a pratiquement jamais évolué. Il est la réponse, c’est vrai. Mais à quoi ?
L’art a-t-il vocation de morale ? Est-il un substitut à la religion ? Ou l’anesthésiant de la condition humaine.
Lorsque l’art aura disparu, les hommes se verront tels qu’ils sont : seuls et toujours dans le néant des premiers âges.
La vocation artistique est de nature quasi religieuse. Elle procède de la même mécanique, incompréhensible au travers du seul vocabulaire de la raison.
La schizophrénie du créateur, ce n’est pas son incapacité à répondre à la question : Pourquoi est-ce que je crée ? Des réponses existent ; même si elles sont insatisfaisantes, elles apaisent l’esprit. Le trouble fondamental vient de la question : pourquoi moi ?
Il est comme l’homme des premiers âges. De ceux où pour la première fois un homme a pris conscience de soi. Que l’angoisse s’est installée dans son ventre et que le seul antidote à sa solitude s’est exprimée sous la forme singulière qu’elle a conservé jusqu’à ce jour, source unique de l’art et du sacré : la sublimation de la peur
Je suis assez d'accord de ce point de vu, et entièrement de votre conclusion finale!!!!

Maurice Stencel a dit :
Puis-je me permettre cette réflexion, reproduite d'une note figurant sur mon site?
L’art est le type même de la question métaphysique qu’aucun schéma ne résout de façon satisfaisante. Sa structure fondamentale, hormis ses formes, n’a pratiquement jamais évolué. Il est la réponse, c’est vrai. Mais à quoi ?
L’art a-t-il vocation de morale ? Est-il un substitut à la religion ? Ou l’anesthésiant de la condition humaine.
Lorsque l’art aura disparu, les hommes se verront tels qu’ils sont : seuls et toujours dans le néant des premiers âges.
La vocation artistique est de nature quasi religieuse. Elle procède de la même mécanique, incompréhensible au travers du seul vocabulaire de la raison.
La schizophrénie du créateur, ce n’est pas son incapacité à répondre à la question : Pourquoi est-ce que je crée ? Des réponses existent ; même si elles sont insatisfaisantes, elles apaisent l’esprit. Le trouble fondamental vient de la question : pourquoi moi ?
Il est comme l’homme des premiers âges. De ceux où pour la première fois un homme a pris conscience de soi. Que l’angoisse s’est installée dans son ventre et que le seul antidote à sa solitude s’est exprimée sous la forme singulière qu’elle a conservé jusqu’à ce jour, source unique de l’art et du sacré : la sublimation de la peur
Je digère difficilement règle et discipline pour parler de l'art : je pense exactement le contraire. La notion de "bon"
: nous ne sommes pas dans la morale.
Par contre, je suis d'accord que l'oeuvre est bien plus importante que l'idée qu'a eue son auteur en la créant.
Encore et toujours, remettons ce type de critique dans son contexte. Pas d'arrogance ni de moquerie.

La source unique de l’art et du sacré serait la sublimation de la peur. 

 

la peur de la Mort à laquelle l’artiste, créateur en son dieu intérieur, trouve une réponse en laissant une trace pour le futur, sacralisant un tant soit peu sa vie ?

 

La peur de l’Amour et de tous ses aléas et subterfuges  y compris l’affirmation de soi et la volonté de puissance, astuce de la vie pour que l’Homme satisfasse aux exigences de la reproduction sexuée ?

 

Si l’on relit ce que pense Freud au sujet de l’artiste dans son ‘ Introduction à la Psychanalyse’ que j’ai repris d’un forum précédent ayant trait à la notion de beauté, c’est la seconde voie qui, pour lui, prévaut.

 

En effet, selon Freud :

"Il existe notamment un chemin de retour qui conduit de la fantaisie à la réalité: c'est l'art. L'artiste est en même temps un introverti qui frise la névrose.
Animé d'impulsions et de tendances extrêmement fortes, il voudrait conquérir honneurs, puissance, richesses, gloire et amour des femmes. Mais les moyens lui manquent de se procurer ces satisfactions. C'est pourquoi, comme tout homme insatisfait, il se détourne de la réalité et
concentre tout son intérêt, et aussi sa libido, sur les désirs créés par sa vie imaginative, ce qui peut
le conduire facilement à la névrose. Il faut beaucoup de circonstances favorables pour que son développement n'aboutisse pas à ce résultat; et l'on sait combien sont nombreux les artistes qui souffrent d'un arrêt partiel de leur activité par suite de névroses. Il est possible que leur
constitution comporte une grande aptitude à la sublimation et une certaine faiblesse à effectuer des refoulements susceptibles de décider du conflit. Et voici comment l'artiste retrouve le chemin de la réalité.Je n'ai pas besoin de vous dire qu'il n'est pas le seul à vivre d'une vie imaginative. Le domaine intermédiaire de la fantaisie jouit de la faveur générale de l'humanité, et tous ceux qui sont privés de quelque chose y viennent chercher compensation et consolation. Mais les profanes ne retirent des sources de la fantaisie qu'un plaisir limité. Le caractère implacable de leurs refoulements les oblige à se contenter des rares rêves éveillés dont il faut encore qu'ils se rendent conscients.
Mais le véritable artiste peut davantage. Il sait d'abord donner à ses rêves éveillés une forme telle qu'ils perdent tout caractère personnel susceptible de rebuter les étrangers et deviennent une source de jouissance pour les autres. Il sait également les embellir de façon à dissimuler complètement leur origine suspecte. Il possède en outre le pouvoir mystérieux de modeler des matériaux donnés jusqu'à en faire l'image fidèle de la représentation existant dans sa fantaisie et de
rattacher à cette représentation de sa fantaisie inconsciente une somme de plaisir suffisante pour masquer ou supprimer, provisoirement du moins, les refoulements. Lorsqu'il a réussi à réaliser tout cela, il procure à d'autres le moyen de puiser à nouveau soulagement et consolation dans les sources de jouissances, devenues inaccessibles, de leur propre inconscient ; il s'attire leur reconnaissance et leur admiration et a finalement conquis par sa fantaisie ce qui auparavant n'avait existé que dans sa fantaisie : honneurs, puissance et amour des femmes "

 

 En valeur absolue, Il faudrait donc en déduire que l’homme qui conquiert « honneurs, puissance et amour des femmes » selon les principes naturels de dominance (beauté, force physique,…) n’a pas très envie de sublimer par la création artistique un manque qu’il est censé ne pas éprouver ,son  aspect physique lui apportant tous les avantages.

L’art serait donc une consolation et non pas une réalisation !

Il est heureux (?) que l’histoire de l’Homme soit devenue une histoire culturelle plutôt que naturelle !

Freud a presque raison mais tout est dans le presque !

Jean-Marie Cambier

 

 



Maurice Stencel a dit :
Puis-je me permettre cette réflexion, reproduite d'une note figurant sur mon site?
L’art est le type même de la question métaphysique qu’aucun schéma ne résout de façon satisfaisante. Sa structure fondamentale, hormis ses formes, n’a pratiquement jamais évolué. Il est la réponse, c’est vrai. Mais à quoi ?
L’art a-t-il vocation de morale ? Est-il un substitut à la religion ? Ou l’anesthésiant de la condition humaine.
Lorsque l’art aura disparu, les hommes se verront tels qu’ils sont : seuls et toujours dans le néant des premiers âges.
La vocation artistique est de nature quasi religieuse. Elle procède de la même mécanique, incompréhensible au travers du seul vocabulaire de la raison.
La schizophrénie du créateur, ce n’est pas son incapacité à répondre à la question : Pourquoi est-ce que je crée ? Des réponses existent ; même si elles sont insatisfaisantes, elles apaisent l’esprit. Le trouble fondamental vient de la question : pourquoi moi ?
Il est comme l’homme des premiers âges. De ceux où pour la première fois un homme a pris conscience de soi. Que l’angoisse s’est installée dans son ventre et que le seul antidote à sa solitude s’est exprimée sous la forme singulière qu’elle a conservé jusqu’à ce jour, source unique de l’art et du sacré : la sublimation de la peur

Répondre à la discussion

RSS

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation