Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Voici la première partie de l'article que j'ai consacré à Odilon Redon sur mon blog "Histoires d'encres et de papiers" il y a quelque temps déjà (en décembre 2011). Il est toujours intéressant de connaître la position des artistes  qui nous ont précédés sur les motivations qui les ont poussés jadis à pratiquer les arts dits "mineurs" de la lithographie ou de la gravure.

Propos d’artistes : Odilon Redon à propos de la lithographie.

Odilon Redon parle longuement dans deux lettres à André Mellerio qui lui pose des tas de questions à propos de son oeuvre lithographiée. André Mellerio qui fit les catalogues des oeuvres lithographiques, des dessins et des peintures d'Odilon Redon, était également un ami fidèle et de longue date d'Odilon Redon.

Lettre d'Odilon Redon à  André Mellerio juillet 1898 

(Extraits du livre: lettres d'Odilon Redon 1878-1916 publiée par sa famille, Paris & Bruxelles, Librairie Nationale d'art et d'histoire G.VAN OEST & CIE Editeurs,1923)

Famille Mellerio, Maurice Denis, illustration, portrait

La famille d'André Mellerio, peint par Maurice Denis.

Livre écrit par André Mellerio sur l'oeuvre d'Odilon Redon

Le pourquoi.

…"Pourtant je puis vous dire pourquoi j'ai fait de la lithographie: c'est que j'avais, avant, vainement essayé de produire dans le salon officiel de nombreux fusains que j'avais crayonnés et qui dormaient dans mes cartons. Fantin-Latour  me donna l'excellent conseil de les reproduire à l'aide du crayon gras; il me passa  même de bonne grâce, une feuille de papier report, pour le calque."

 

Papier report (ndr) Papier recouvert d'une couche de gomme arabique  et de blanc, L'artiste trace, au crayon gras ou à l'encre lithographique, son dessin sur cet appret, Celui-ci étant soluble dans l'eau, il suffit, pour que le tracé gras se dépose sur la pierre lithographique, de poser le papier report (côté dessin) sur celle-ci, puis d'en humecter le verso. La colle se dissout et la graisse de l'encre adhère au calcaire. Corot utilisa très souvent ce moyen pour travailler " sur le motif ".

 

-"J'ai donc fait mes premières lithographies pour multiplier mes dessins.

Et voyez comme cette source première manque déjà de grandeur!"

art, lithographie, odilon redon, les origines, illustration, livre ancien

"Et l'homme parut, interrogeant le sol d'où il sort et qui l'attire, il se fraya la voie vers de sombres clartés"

Lithographie de l'album " Les origines"

"Naturellement, voulant me produire, l'idée d'une suite me vint à l'esprit, et le premier album est ainsi le recueil de quelques pièces anciennes variées, mais dans lequel, prenant goût au procédé nouveau que j'essayais, j'ai fait, pour le terminer, de lalithographie de jet."

 Lithographie de jet  en bref un dessin spontané directement effectué sur la pierre ou le papier report, sans étude préalable.

Sur les titres et légendes de ses lithographies

"Le titre me vint tout de suite aisément, et désignait mon atmosphère personnelle dans l'ambiance, à ce moment là.

....Cet album est peut-être l'un de mes préférés, parcequ'il est façonné sans aucun alliage de littérature.

Le titre de DANS LE REVE n'étant, en quelque sorte, qu'une clé d'ouverture.

art, lithographie, odilon redon, les origines, illustration, livre ancien

La sirène sortit des flots, vêtue de dards " Album Les Origines"

La déclaration que je vous fais là, doit vous dire combien il m'en coûte d'insister sur les subtilités que pourraient-vous suggérer les ouvrages qui le suivent, à cause des suscriptions où vous voulez voir trop, où vous me supposez des idées que je n'ai pas eues.

Suscrire, verbe trans. a) Écrire au-dessus de la ligne.

Je voudrais vous convaincre que tout ne sera qu'un peu de liquide noir huileux, transmis par le corps gras et la pierre, sur un papier blanc, à seule fin de produire chez le spectateur une sorte d'attirance diffuse et dominatrice dans le monde obscur de l'indéterminé. Et prédisposant à la pensée.

 

art, lithographie, odilon redon, les origines, illustration, livre ancien

Quand s'éveillait la vie au fond de la matière obscure (Album Les origines)

Voilà ce qui devrait vous suffire.

Toutes les raisons que je vous donnerais sur la contexture de mes albums vous paraîtraient insignifiantes et puérile; elles leur enlèveraient le prestige qu'ils doivent avoir. Encore une fois, il est bon d'entourer toute  genèse d'un mystère. 

Lorsque j'entrepris l'autre ouvrage, à Edgard Poe, j'avais, hélas, perdu toute mon innocence. Voyez comme il est précis dans l'exécution, et presque sec: la pierre m'avait déjà troublé, changé, sous son charme dur. La lecture du poête américain m'avait été maintes fois conseillée comme devant me donner un appui à mon art. On se trompait, je crois; ces contes ne sont pas mon livre de chevet. Pourtant je mis quelques mots sous ces nouvelles planches, habilement, je crois, et le public s'y trompa.

Evidemment je n'avais fait là qu'une équivoque, bien permise, très légitime; l'album fut remarqué, c'était l'essentiel pour moi.

Et je vis qu'on ne touchait pas impunément à la pierre sans être amener à la surcharger d'un mot d'écrit: tous les grands lithographes l'ont fait.

Mais chez moi, fort différemment, rien de contingent, vous le voyez.

 

Dans les ORIGINES j'ai vainement essayé de retrouver l'aisance et la spontanéité que j'avais montrées dans mon premier album.

J'ai supprimé les légendes parce que le titre était déjà très lourd;

 il vous plaît ainsi.

Il vous plairait d'avantage si vous connaissiez les suscriptions que j'ai mises, à la main, sur l'exemplaire d'un amateur d'Italie( le Prince Primoli) qui me les demanda.

Mais j'ai bien fait de ne pas les imprimer.

Elles entrent dans l'hypothèse qu'il n'était pas dans mon fait de renouveler.

L'ouvrage m'avait donné assez de mal comme lithographe, il était inutile de le faire sortir de son rôle.

Supposez que le titre eût été MONSTRES, et voyez comme il se range dans la filière de mes autres ouvrages.

Ainsi pour les autres séries où je vous prie de voir un but d'art seulement, même dans les mots vagues qui les ornent, comme le ferait un qualificatif sur une sonate." 

Il parle aussi de son rapport avec les lithographes professionnels mais mon billet deviendrait trop long. L'objet d'une autre discussion peut-être?

Mais pour celui qui veut connaître son point de vue tout de suite : L'article est à cette page

Vues : 893

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en janvier 2021. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation