Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

L’eau-forte est « la gravure des peintres » appréciée pour la liberté de dessin qu’elle offre car il est plus aisé de dessiner dans le vernis (le métal n’étant pas atteint) que de réaliser une gravure au burin.

La matrice est rayée pour garantir la non réalisation d’impressions supplémentaires, mais les tirages sont-ils vraiment sous contrôle?


Eau-frotre de Picasso

Vues : 1253

Réponses à cette discussion

èèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèèè non... si la plaque es toujour a l atelier de l artiste ou le graveur et non grifer... il peux encore faire des tirage .. si c elle si leur apartien et non nimeroter et tirè en èpreuve d artiste et signer par l artiste sur la droite .... si un marchant ou responsable d une galerie achete la plaque et demande un tirage nimeroter de 1 a 100 ou +.... la plaque lui sera donner et griver pour ne + faire de tirage .... mai ??????

bonjour,

je ne sais pas si j'ai lu toute votre discution et si je ne vais pas etre hors sujet mais je me permets d'entrée dans la discution, si vous m'y autorisez car cela m'évoque une pensée.

Tout cela reviens à parler d'ethique, car les plaques qui ne sont pas rayées donne acces à de nouveaux tirages, ca c'est sur, en tant que graveur il est possible de faire des retirages avec un autre numérotage juste parcequ'on change de papier, pour vendre . Personnellement, n'etant pas au prise avec les questions de marché où les retirages sont souvent demander par les editeurs, et  la rayure sur plaque ne change souvent pas grand chose pour certaine personne sans scrupule, je trouve la solution de percer la plaque de deux petits trou aux angles et assez efficace, encore faut il avoir l'ethique de considérer que la gravure ne sera plus jamais retirée et que tout gain n'est plus envisageable.

maintenant pour des plaques retrouver les retirages ne sont pas un vrai souci ( ca preserve l'oeuvre sur papier )à condition que  celle ci ne soit pas à nouveau numérotées et encore moins signées.

en gravure, il est très difficile de contrôler ces dérives, mais en tant qu'artiste et par respect du client amateur ou professionnel qui vous a acheté une estampes numérotée sur 50 exemplaires, et bien on peut se responsabiliser percer sa plaque et éventuellement l'encrer la vernir et la vendre comme pièce a part entière.

difficile question des oeuvres reproductibles...

 

Bonjour,

 

Je trouve le principe de la numérotation et de la rayure en travers un peu hypocrite et inutile. C'est une pratique mise en place à la fin du XIXème siècle et si certains graveurs se conforment de bonne foi à la règle d'autres en font ce qu'il en veulent. Je pense que la numérotation est apparue pour ajouter à une gravure une valeur liée à sa plus ou moins grande rareté.

Selon moi, la valeur d'une gravure dépend avant tout du talent de l'artiste avant d'être une question de rareté. Il m'est arrivé de numéroter des gravures pour le compte d'un atelier mais désormais je presse au fur et à mesure sans m'embarrasser du classement et du nombre de tirages. Je ne m'adresse pas à des investisseurs, ni a des collectionneurs de raretés mais à des personnes qui aiment ce qu'elles achètent. De toute façon il faut savoir que le nombre de tirages d'une gravure est limité (sauf si celle-ci est "aciérisée") car elle s'use au fur et à mesure des tirages.

Donc dépêchez-vous d'acheter ;-)

Tout est compliqué en gravure, il n'y a pas que la numérotation, il y a aussi toutes les étapes qui vont de la conception au tirage définitif. Cela dépend de l'objectif de la gravure, si elle est destinée à l'illustration d'un livre le numérotage existera parfois ou pas, le tirage sera plus ou moins important selon que se sera une édition de luxe ou plus courante, si il s'agit d'un livre d'artiste cela sera encore différent les gravures seront souvent signées et numérotées. Si le graveur pratique la gravure non plus comme illustration littéraire, et qu'il considère son travail comme une oeuvre à part entière il pourra avoir envie d'en faire des tirages uniques ou des variantes par la couleur, par le mélange de plaques, de techniques etc....de plus il y a les graveurs qui ne conçoivent pas l'intervention d'un tiers ( ce qui est mon cas) et ceux qui feront appel à un imprimeur, parfois l'artiste fait graver ses gravures par d'autres artistes comme Hans Bellmer par exemple qui travaillait en collaboration avec Cécile Reims. Je connais un graveur qui refuse de numéroter ses tirages et il imprime ses plaques jusqu'à l'usure. De plus certains artistes numéroteront une partie de leurs estampes mais rien ne les empêchera d'imprimer un nombre indéfini de planches comme épreuve d'artiste ou comme variante. Pour ma part je ne pratique que des petits tirages une dizaine la plupart du temps, mais la planche n'est pas pour autant rayée, car il m'arrive de redécouper les plaques et de les intégrer dans d'autres gravures. Bref, rien n'est garanti dans ce milieu, comme dans beaucoup d'autres d'ailleurs. Peut-on être certain du nombre de bronzes tirés d'une sculpture par exemple?

En matière de livres anciens comportant des gravures, par expérience (je collectionne) j'ai pu constater qu'il y a autant d'interprétations du terme gravure que d'éditeurs. J'ai pu lire également sur certains sites, des personnes affirmer que l'on possède une vraie gravure si la cuvette est apparente or il n'y a rien de plus facile que d'imprimer une cuvette sur n'importe quelle image. Mais là je suis hors propos....

RSS

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées reprendront en janvier 2021. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation