Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Un sujet qui fâche et qui inquiète: Comment arriver en effet aux Lettres et aux Arts sans l’éducation ?

De la part de Deashelle, anciennement enseignante du secondaire, retraitée

et nouvellement journaliste culturelle : Parents ou futurs parents, ceci vous concerne !

 

Il n’est pas dans mes habitudes de proposer un sujet de réflexion ayant trait à la politique. Ici ce qui m’inquiète fortement c’est l’éducation que nos dirigeants réservent à nos enfants et petits enfants. J’espère de tout cœur que cet article sera autorisé  exceptionnellement sur le réseau Arts et Lettres.

 

Car il s’agit bien de Lettres : comment arriver en effet  aux Lettres et aux Arts  sans l’éducation ?

 

Dès qu’on a un enfant, on cherche à le protéger, à le guider, à lui faire prendre confiance en lui pour petit à petit le responsabiliser.

Les parents prennent le temps de choisir l’école qui correspond le mieux à leurs attentes : d’abord école maternelle, puis école primaire. Petit à petit, la personnalité de leur enfant se façonne et, au fur et à mesure des années, l’enfant grandit au gré de son travail, de ses capacités, du soutien de ses enseignants et de la présence attentive de ses parents. A la fin de l’école primaire, il faut faire un nouveau choix, en tenant compte notamment des forces et des difficultés de son enfant : il doit pouvoir suivre un enseignement secondaire dans une école dont le projet pédagogique correspond à ce que ses parents et lui-même souhaitent. Après de nombreuses visites d’écoles et discussions, le choix est arrêté et on en est content.

Et bien non ! Aujourd’hui, les parents ne sont plus maîtres de ce choix, mais bien des ordinateurs qui sur base de toute une série de critères discutables vous octroient la place souhaitée ou vous plongent dans le désarroi total puisque tout ce qui avait été mûrement réfléchi tombe à l’eau.

Cela fait 5 ans que ça dure ! Il faut que ça change !

Soutenez cette demande de changement en signant la pétition « Ecoles secondaires de qualité et de proximité : de la place pour tous »

En cliquant sur le lien : http://11575.lapetition.be

Vous pouvez encore faire bouger les choses.

Cette année, 500 enfants de Bruxelles, de la périphérie et du Brabant Wallon ne pourront pas s’inscrire dans l’école secondaire de leur choix. D’après les statistiques, ce seront 5.000 enfants en 2015 et 8.000 enfants en 2020. Notez bien le chiffre de l’année 2020 : c’est l’année où VOTRE enfant devra s’inscrire en secondaire…

En clair, cela voudra dire que votre enfant n’ira pas dans l’école qui correspond à ses capacités, qu’il devra faire un long trajet pour s’y rendre et pire, qu’il pourrait devoir aller dans une école dont personne ne veut car il n’y aura plus aucun autre choix possible. Pas grave me direz-vous, vous l’inscrire dans une école qui offre un enseignement primaire et secondaire. Oubliez cette idée- là : déjà aujourd’hui ce droit n’est plus acquis. L’inscrire dans une école néerlandophone alors ? Là aussi le problème commence à prendre de l’ampleur. Une réalité qui fait froid dans le dos non ?!

Faire changer le décret inscriptions Simonet est quasiment impossible. Certainement pas avant les législatives de 2014.

Ce que nous voulons, c’est faire pression sur les politiciens pour qu’ils construisent de nouvelles écoles et garantissent un enseignement de qualité. Pour que toutes les écoles deviennent une école de premier choix.

Si elles se valent toutes, plus besoin de décret, plus besoin de se battre. Seul le critère de proximité jouera encore.

Nos enfants sont ce que nous avons de plus précieux. Ils méritent ce qu’il y a de mieux. Et même plus en matière d’enseignement.

Mobilisons toutes nos forces pour eux. Faisons bouger les choses.

Signez la pétition lancée par Monsieur De Vleeschouwer et l’Association des Parents dont il est le président avec l’appui d’autres communes de la périphérie:http://11575.lapetition.be

Et surtout faites passer le message auprès de vos amis, votre famille et vos relations. Chacun d’entre eux est un parent qui tôt ou tard sera concerné !

Il faut créer un mouvement de masse sans précédent. La pétition sera remise à tous les partis politiques. Mettons-leur la pression !!!

Un tout GRAND merci d’avance !

En cliquant sur le lien : http://11575.lapetition.be

Vues : 874

Y répondre

Réponses à cette discussion

Ecoles secondaires de qualité et de proximité: de la place pour tous!

Merci infiniment de votre soutien!

Bien que vivant en Indonésie, j'ai signé, car bien sur l'éducation c'est la base première de l'avenir de nos enfants, de notre pays..merci pour le partage Deashelle !

Bravo pour cette initiative ! Evidemment, j'ai signé, pour mes petits enfants.

Merci Deashelle, pour cette initiative! J'ai signé, car l'éducation est une priorité pour tout parent, enseignant, humain, pour que nos enfants puissent en bénéficier selon le meilleur choix.

Merci à Robert Paul aussi pour son soutien.

Bonne journée.

Amicalement,

Pascale

partageant pleinement cet avis bien que je vive en France (où c'est du pareil ou semblable au même), j'ai signé cette pétition car nous ne serons jamais assez nombreux pour le dire avec force !  

Merci  à tous et toutes de vos réactions enthousiastes.

Ne pas oublier de valider votre signature sur le mail qui vous est renvoyé une fois votre inscription faite. Sinon, elle n'est malheureusement pas prise en compte!

Belle initiative, Deaschelle ! Je la soutiens de tout cœur, en signant.

Deashelle,  Je te soutien, de tout coeur...ayant des petits enfants, et une  arrière petite fille de 4 mois...Bonne chance.

-Je comprends très bien le désarroi de parents qui suivent de près leurs enfants et pour qui l'excellence a du sens. Ils estiment pouvoir choisir les meilleures écoles pour leurs enfants, sinon "tout ce qui avait été mûrement réfléchi tombe à l'eau".

-Nos politiciens tentent l'expérience de la mixité, constatant les disparités entre d'une part les écoles bien tenues fréquentées par des classes sociales favorisées ou des familles pour qui l'école reste un ascenseur social et d'autre part les écoles-poubelles où se retrouvent les enfants de classes populaires et de jeunes issus de l'immigration en retard de langage et de culture. C'est un pari socio-culturel risqué. En effet, quelques élèves, dans quelque école que ce soit, peuvent tirer une classe vers le haut ou vers le bas. ( j'ai suivi le même parcours professionnel que Deashelle, qui ne me démentira pas sur ce point). A fortiori si la mixité socio-culturelle est (quasi) imposée ! Quant à la proximité, prise comme critère objectif, elle pose de sérieux problèmes pratiques dans beaucoup de familles, en plus d'un déracinement culturel.

-Dans le § qui précède, j'ai opposé, de façon volontairement caricaturale, les "bonnes" et les "mauvaises" écoles, afin d'attirer l'attention sur le fait que le projet de mixité peut s'avérer défendable dans la recherche d'un mieux-vivre ensemble dans les grandes villes et dans la volonté de donner plus de chance à des enfants qui n'en ont guère eu à la naissance et dont la persective du futur s'annonce médiocre en terme d'emploi, de logement, etc. La mixité scolaire, c'est leur donner la possibilité d'une vie meilleure. L'idée, en elle-même, en théorie, est défendable, voire généreuse...

-Je pense cependant que nous nageons dans l'utopie d'un point de vue comme de l'autre.

    -Du point de vue des parents :

"Ecoles secondaires de qualité et de proximité : de la place pour tous". "Pour que toutes les écoles deviennent une école de premier choix" Voeu pieux qui relève du slogan : avec la meilleure bonne volonté du monde, on ne change pas une école comme cela. L'école est un reflet de la société et en Belgique, où nous avons une représentation politique à la proportionnelle, on remarque peu de changements dans le "baromètre des partis". (Je n'entre pas ici dans les problèmes institutionnels avec le cas de la NVA !). Alors, "faire pression sur les politiciens pour qu'ils construisent de nouvelles écoles et garantissent un enseignementde qualité"...Quand on sait que plus de la moitié des jeunes professeurs quittent la carrière avant de l'avoir exercée pendant cinq ans... Je pense qu'il faut de l'argent pour construire de nouvelles écoles et surtout, que l'on ne peut décréter un enseignement de qualité. C'est un travail de longue haleine qui commence hors de l'école. Or, la conjoncture actuelle ne permet pas de faire évoluer la société en qualité. Dès lors, on agit quand c'est déjà trop tard en augmentant les forces de l'ordre pour faire face à la délinquance et à la (petite) criminalité qui sont presque toujours le fait de gens sans emploi, sans projet, sans éducation.

   -Du point de vue des politiciens :

A ce propos, nos politiques, avec leur projet de mixité sociale, espèrent que l'éducation (qui commence au berceau), si elle n'a pas été donnée par la famille, pourrait être prise en charge  par l'école mais c'est évidemment trop tard. Il doit bien exister des cas où l'école obtient, dans son rôle éducatif, de réels succès auprès de certains élèves peu éduqués. Mais on demande aux professeurs d'assumer des fonctions pour lesquelles ils n'ont pas reçu de vraies formations : psychologues, assistants sociaux...La mixité sociale de nos représentants politiques relève également de l'utopie. Elle ne fait qu'engendrer stress, déception, confiscation de la liberté des parents à un libre choix pour leurs enfants pour qui ils veulent le meilleur, étant donné leur investissement dans leur évolution depuis la naissance.

Les écoles sont le reflet de la société et aussi de la foi en notre culture. Celle-ci, qui avait été à la base des "Droits de l'homme" et de l'école "républicaine" (comme disent nos voisins français) est bousulée par une sous-culture facile et largement anglo-saxonne. L'Europe est en train de se déliter : les pays, on a oublié de les fédérer autour d'un projet commun et on a commencé par la fin en créant une monnaie unique...On sait ce qu'il en advient pour le moment!

Pour terminer, chère Deashelle, votre question "Comment arriver aux Lettres et aux Arts sans éducation?" peut trouver sa résonnance dans notre groupe de gens bien élevés (mais si !) et même instruits mais vous comprenez bien qu'elle se pose de façon nettement plus terre à terre. Ce qui n'empêche pas qu'elle peut ouvrir un débat. 

Je vais signer la pétition sans conviction mais par solidarité, me souvenant que j'ai été aussi un jeune parent qui essayait d'éduquer ses enfants et de les ouvrir à la culture.

"Point n'est besoin d'espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer".

Guillaume le taciturne

Dominique Dumond: Votre commentaire, est très Juste.Car ce n'est pas facile même au Québec...En Gaspésie c'est un peu
 plus tranquille, Nous ne pouvons pas juger? Au primaire les petits ont la chance d'avoir de bons professeurs, le culturel est très bien intégré, le français  la poésie,  poterie, le vitrail, un peu de tout,histoire, mathématiques,Ma  petite fille Audrey Anne, elle a passée avec de très bonnes notes en 2 iè année, il faut dire que ses parents s'en occupe? Le secondaire, c'est plus difficile Ma fille Marie-Claire a été directrice pour les écoles secondaires de la Haute Gaspésie  partir de L'est de Ste-Anne-des-monts à  Gaspé. Depuis deux ans elle travaille comme conseillère pédagogique au MELS Du Québec...A bientôt jacqueline

Répondre à la discussion

RSS

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation