Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Bonjour,

Nous avons tous été confronté à cette question , "que penses-tu de mon travail?"

Perso; je n'ai aucune retenu lorsque j'aime , mais où cela se complique c'est lorsque je n'aime pas et que celui-ci ne mérite aucune attention d'autant que chacun peut montrer  son travail au travers  des nouveaux moyens de communication.

Doit-on être subjectif ou objectif, au risque de froisser.

Qui peut répondre sincèrement à cette question,

 

Guy

 

 

 

Vues : 965

Y répondre

Réponses à cette discussion

Bonjour Guy. Vous nous posez deux questions: "Pouvons-nous avoir une critique objective ?" "Doit-on être subjectif ou objectif ?" Pouvoir ou devoir ? Votre double manière de poser la question y introduit un espace d’incertitude qui tend à opposer deux expériences de l’acte critique et le fait glisser dans un vide que le social ou l‘émotionnel ne manqueront pas de remplir aussitôt : soit le commentaire savant et bien documenté du professionnel, soit la lecture/vision affective de l’amateur d’art.
Sans doute le critique professionnel, le "vrai", se pense et se veut "objectif". Mais l’objectivité absolue n’existe pas dans le monde des vivants. Dans son essai de 1891, "le Critique comme artiste", Oscar Wilde estime que "le véritable critique doit être impartial, irraisonnable, et n’obéir qu’aux impulsions de son tempérament." Diogène armé de sa lanterne, le voilà en effet parti dans une œuvre à la recherche de ce qu’Henry James appelle "le motif dans le tapis", et que l’artiste lui-même souvent ignore. N’ayant d’autre système que son instinct et son expérience, il lui faudra donc "non seulement du discernement, mais surtout de l’amour".

Je préfère donc quant à moi reposer votre question autrement : qu’est-ce qu’une œuvre réussie ou ratée ? par rapport à quoi ? Pour répondre valablement à une telle question, il me paraît d’abord nécessaire de distinguer soigneusement entre un sens neutre (objectif) et un sens évaluatif (critique). Ce qu’un sens évaluatif montre, c’est le rapport interne à la définition entre la définition et la valeur. Prenons l’exemple du vin et partons de la définition du Petit Robert : "Boisson alcoolisée provenant de la fermentation du raison, et dont la composition chimique est : 70 à 80 % d’eau + diverses substances minérales et organiques." Cette définition est parfaitement neutre et objective, mais elle ne nous dit rien sur la qualité du vin que nous sommes en train de boire. Elle ne nous apprend rien sur sa "valeur". La définition du mot vin ne s’accomplira pleinement dans sa compréhension que si le maximum de la valeur y est réalisée, c’est-à-dire quand je vous dirai : "ça, c’est du vin !", avec cette intonation laudative qui exprime l’une des innombrables formes de la perfection.
Cette relation interne entre la valeur et la définition n’est pas ni chiffrable ni quantifiable. Elle ne connaît que deux degrés, le minimum qui annule sa définition ( la négation de la valeur entraîne celle de la définition même : ce n’est plus du vin, c’est de la piquette ! ) et le maximum, qui l’accomplit.

Comme pour le vin, la coïncidence entre la définition et la valeur maximale d’une œuvre d’art ne peut donc être ni formelle ni chiffrée. Mais si, à la différence du jugement de goût, la valeur est bien de l’œuvre sans dépendre d’une décision du critique ou d’une intention de son auteur, quels en seraient alors les critères ? Je ne vois personnellement d’autre critère que celui de son unicité dans l’invention d’une historicité. Et je vous renvoie à toute la différence qu’il y a entre la peinture de Manet et celle de son copain Gervex. Quand l’art est l’art, il est en lui-même une critique de l’art. Même et jusque dans une nature morte de Chardin.


Le monde de l’art aujourd’hui se confond avec un gigantesque marché aux puces où la nature et les hommes déversent pêle-mêle leurs "œuvres". Faut-il ordonner ce chaos au jour le jour ? Quel arpenteur éclairé pourrait encore y mettre un peu d’ordre ? Quoi qu’il en soit, la nature de notre travail n’a pas changé. Nous avons tous rendez-vous avec l’ascèse du travail.

 

Daniel Moline

....la parole est libre lorsqu'elle demeure "objective" "affable" mais "juste"

....lors de mes participations aux ateliers de peinture à l'ACADEMIE DES BEAUX ARTS

    UNE BONNE CRITIQUE  ...peut nous remettre en question  ou nous influencer POUR NOUS AIDER A TRANSFORMER

    OU AMELIORER  ..... écoute si tu veux.... mais tu demeures "maitre de ton oeuvre"....

    si pour toi, elle te plait..... laisse la jaillir de ton âme puisse elle te fut inspirée.....

 

   Si tu veux CRITIQUER les oeuvres d'autrui..... demeure OBJECTIF ...avec l'oeil du coeur et de l'esprit

   c'est mon opinion.

   amicalement vôtre

   MAMYBLUE  

 

Bonjour,

 

A mon avis, c'est une question qu'on ne se pose pas entre artistes. Si on aime, on le dit, si on aime pas on ne dit rien. 

Cependant, j'ai eu a répondre à cette question plusieurs fois, si elle se pose au sujet de la technique, pas de problème, si elle se pose au sujet de l'oeuvre en elle-même, je réponds : "ce n'est pas mon style"...

Bonjour André,

C'est l'attitude que j'adopte, mais elle est parfois difficile à tenir face à la suffisance de l'auteur et la médiocrité objective du travail présenté, hélas les deux vont souvent de pair.

S'il insiste, et qu'en plus il est suffisant, c'est sans regret et sans façon que je dis "J'aime pas !"... Je m'en voudrait de ne pas l'avoir dit... ;-)
Je m'arrête souvent sur ce qui me parle mais parfois des oeuvres que je n'aime pas me parlent. En règle générale une oeuvre plus massive, plus monumentale aura tendance à m'interpeller davantage qu'une oeuvre de salon aux dimensions réduites tout comme l'art primitif et l'abstraction me plaisent sans pour autant que tout me plaise. Si je ne raffole pas de figuration, il m'arrive de m'arrêter devant la vitrine d'une galerie et de me dire "châpeau à celui ou celle qui a réalisé cela" et qu'il s'agisse de la plus claire figuration. Tout est une question de moment et de personnes je pense. Dire que je n'aime pas un travail me semble inutile tout comme dire que j'aime d'ailleurs même si parfois je le fais. Ce qui m'intéresse c'est le ressenti qui se dégage du travail "des autres". L'apport émotionnel et la beauté des formes. Autrement il y a une certaine ingénuosité que certains ont et que d'autres n'ont pas et là j'aime également les idées sinon la matérialité de leurs oeuvres. Comme l'oeuvre d'un artiste qui a gravé des pavés de nuit et que les autorités ont laissé achever. L'ensemble commémorant des noms de victimes et appelé par l'artiste "Monument". Nom incomplet.
La matérialité n'importe pas toujours, parfois j'aime l'idée et non la mise en forme ou les deux. Dans ce cas de figure j'avais beaucoup aimé car ingénieux, discret, figuratif et à la fois symbolique et abstrait. Personnellement je n'y aurais jamais pensé. C'est le genre de travail qui me plaît dans l'idée. Dire que je n'aime pas serait faux car j'aime l'idée...

Intéressant, souvent vécu....justement c'est par rapport à mon vécu, à ma culture, à ma mémoire que je vais ou pas aimer.

Aimer, apprécier, l'oeuvre qui me parle ne parlera pas nécessairement à d'autres, tout est tellement subjectif... mais froisser, oui, ça c'est un problème épineux. Non, je ne dis rien quand ça ne me plaît pas. Question d'éducation, sans doute !

Je supporte la critique, sans me vexer, j'ai l'esprit large en ce qui me concerne, peut-être aussi parce que je suis assez sûre de moi, certains me connaissant diront imbue de ma personne, en tous cas, bien dans ma peau.

Mais respecter l'autre fait partie de ma culture. J'évalue donc, soupèse, compare souvent, puis émet un avis, encourageant.

Je n'ai pas les mots pour approfondir le sujet, d'autres le font mieux que moi, mais je pense sincèrement que la valeur de ce que nous créons nous est propre. L'acte créateur est égoïste, l'autosatisfaction, le besoin de reconnaissance sont des sentiments universels. L'Homme a besoin d'être reconnu. Il exite à travers le regard des autres. Sinon, pourquoi exposerions -nous nos créations ? Le simple fait d'être sur ce site le démontre. Et c'est bon !

Alors, soyons nous -même !

Liliane

Bonjour à vous tous, j'ai déjà eu à répondre à ce genre de question comme j'ai aussi pu demander un sentiment sur ce que je crée. Toutefois, et j'espère toujours pouvoir répondre ainsi, je sais qu'une opinion qui suit sa propre émotion si elle est positive, réjouira le créateur, à l'inverse pourrait le froisser, alors ce qui compte pour moi c'est de faire en sorte que ma réponse (si l'oeuvre ne me parle pas) soit faite dans le but d'encourager l'autre à aller au delà de ses propres critères, je lui répond en essayant de respecter sa sensibilité, mais de façon objective, car l'important c'est que l'art et les tripes s'expriment non ?

Merci de m'avoir lu avec patience

Marie-Ange

Je comprend ton souci de véracité , d'honnête et  d'éviter l'hypocrisie - par contre je ne te suit pas dans "ne mérite aucune attention" - ou est la limite? Étant allemande j'ai  vis-à-vis ce genre d'affirmation de repérés historiques brûlantes. Souvent on voit des œuvres sans le back-ground qui as poussé l'artiste. Un débutant ne mérite pas d'attention? Moi je sais que certaines style ne sont pas de mon goût, que je ne comprends pas la démarche de l'artiste - le reste entre dans la liberté de l'expression. L'objectivité n'existe pas  - encore moins dans l'art. Je ne dirais pas des louanges pour un œuvre qui me déplait. Une critique doit à mon avis d'être d'abord un dialogue pour voir que c'est que la personne voulait exprimer, ensuite on peut dire - moi j'aurais exprimée différemment le même sujet. Un œuvre d'art est si intimement lié à l'artiste qu'il faut dire SA vérité au lieu de LA vérité pour pouvoir s'affirmer sans abaisser l'autre. Le but est l'échanger, l'entre aide  - toutes remarques qui respecte ca sont  bons.

L'objectivité en art n'existe pas étant donné que nous sommes tous des sujets et que nous appréhendons le monde comme tels. L'objectivité, chez l'homme, correspond à l'homme-machine de Descartes, celui qui ne se trompe jamais parce qu'l travaille sur des éléments inamovibles, incontestables à partir du moment où la base est la même pour tous (1+1+2). Dans ce cas, les "tâches objectives" de l'homme sont assuréespar des machines. La grandeur de l'homme est de pouvoir porter un jugement personnel sur le réel. Pour cela, il doit être capable d'exercer son libre arbitre. Les dictatures s'emploient à le lui retirer en faisant régner la terreur et en coupant toutes les têtes qui dépassent. Ils finissent par être éliminés (voir le printemps islamique) et souvent remplacés par d'autres étant donné le manque de culture politique de la population (mais c'est une autre histoire). A l'autre extrême, le communisme qui avait un projet égalitaire et qui l'a imposé ( idée incongrue !) a fini par être éradiqué. (je résume !)

Tout ceci pour dire que l'homme n'est pas réductible à une machine et que c'est la subjectivité est un son bien, aussi inaliénable que sa cousine la liberté.  

Je salue vos points de vue et ouverture notamment sur le communisme imposé et le libre arbitre.
Sujet parfois délicat pour le premier mais j'ai été heureux en vous lisant de constater l'ouverture sur des vérités parfois différentes... Les problèmes ont été la façon et les conditions de cette impôt sition mais je m'égare.
Le printemps islamique ou le printemps de Prague d'ailleurs... La subjectivité est un droit individuel légitime on est bien d'accord et c'est d'ailleurs important parfois d'échanger voir de débattre en désaccord pour trouver des réponses. J'ai aimé vous lire monsieur Dominique Dumont. Merci.

Répondre à la discussion

RSS

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation