Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Qu'il existe des écoles permettant d'identifier et classer les formes d'art, cela se comprend.Les termes de réalisme, d'impressionnisme, d'abstrait, etc, nous permettent de nous repérer dans l'histoire de l'art, ici spécialement de la peinture.

 

En dehors de ces classements bien utiles, il existe des productions artistiques réalisées par des personnes "différentes". Depuis "l'art brut" révélé au public par Dubuffet, les appellations se sont multipliées : art primitif, art en marge, art diffétencié, art spontané, art outsider, art naïf, art primal...

Pensez-vous que ces catégories soient utiles? Etant donné qu'elles existent, elles doivent en principe marquer des différences, à l'intérieur d'un art ...déjà "différent".

 

Parallèlement, la question-bateau sur les vertus respectives de la pratique de l'art en autodidacte et l'apprentissage en académie pose une fois de plus la question de savoir si l'école ne nuit pas à la créativité.

 

Quel est votre avis?

  - sur le classement de l'art "pas normal"?

  - sur l'importance de l'apprentissage de l'art.

 

Vues : 338

Y répondre

Réponses à cette discussion

Bonjour Dominique,

Je n' aime ni le terme de " classement " ni celui de " pas normal " ! Il est tellement bon de recevoir, de capter , de vibrer devant une oeuvre d' art ! Le " classement " est synonyme d' enfermement , de réduction...
Certains êtres humains n' ont de cesse de " classer " : d' accord pour la compréhension des populations, pour remplir les dictionnaires, pour les besoins de certaines professions et même pour " répertorier " les artistes des siècles derniers ... point ! Essentiellement, dans le souci de " s' y retrouver " , si nécessaire .
Qu' est ce que le terme " pas normal " en peinture ?? Je ne vois pas...
L' importance de " l' apprentissage de l' art " ? L' art ne s' apprend pas... heureusement ! Il est instinct de création, vibration, communication, partage, émotion, " don " de soi-même ...
Par contre, apprendre les techniques qui permettent depuis la nuit des temps humains de " tenir un bout de charbon de bois ", un crayon , un pinceau, un couteau..., peut révéler à certains " apprentis artistes " comment s' y prendre.
Le passage éventuel en académie n' est qu' une période de vie .
Il reste ensuite le plus dur , mais aussi le plus vibratoire à réaliser : extraire de soi-même un message , un instant magique, quelque chose qui n' était pas ... et qui naît aux yeux du monde...
Belle journée créative à vous !
Je ne pense pas que l'art s'apprend a l'école. Je pense plus à un instinct primitif que certains ont, et d'autres pas.
Par contre l'école d'art ou tous autres systèmes peut apporter des enseignements et des techniques, mais pas la création.
Merci Dominique de proposer ce débat.
Pour répondre au premier point:
Je pense aussi que le 20é siècle a été un siècle d’engagement politique et de participation à des mouvements d’idées, d’où la création de ces courants artistiques nombreux qui correspondaient à des prises de conscience en esprit et en action, en liberté et en volonté à une évolution très rapide.
Au 21è siècle je pense qu’il y a une remise en cause des systèmes, la prise de conscience s’est individualisée d‘une part puisqu’on sort des mouvements d’idées et d’autre part on se perd dans une uniformisation des idées par la mondialisation. Je ne considère pas qu’il existe un art normal ou pas normal, il y a une démarche dans laquelle je rentre ou pas et c’est l’histoire qui définira si telle oeuvre entrera dans la contemporanéité ou pas.
Pour répondre au deuxième point:
Pour moi, l’école n’apprend pas à vivre mais on a besoin de passer par l’apprentissage pour vivre. Il en est de même pour l’art. Un proverbe italien dit “ Impara l’arte e metila a parte”, apprend l’art et met le de côté ou oublie-le. Même l’école la mieux cotée ne dira pas aux élèves de procéder de cette manière mais justifiera l’enseignement donné.
La créativité ne s’acquiert donc pas dans l’apprentissage des normes mais par l’expérience personnelle et la connaissance de soi-même. Je parle en connaissance de cause puisque je suis peintre autodidacte.
Bonne créativité à tous pour suivre Nicole Duvivier.
DUMO
Intéressante discussion !
J'émets l'hypothèse suivante : tout classement répond au besoin profondément humain de contrôle. En classant, on se rassure. L'objectif est de maîtriser l'inconnu en le faisant rentrer dans des catégories connues. Mais le classement ne jouit pas de la propriété de complétude. Il est forcément bancal car il y aura toujours des "objets" qui ne relèveront pas clairement de telle ou telle catégorie (les exemples sont légion : la systématique des espèces; les incriminations pénales,...). Le classement ne transcende pas l'objet, il ne lui ajoute rien ni le transforme. Il faut donc fortement relativiser sa valeur et n'y voir qu'une aide à la compréhension. Il s'ensuit qu'un classement en "normal / pas normal" a encore moins de sens, dès lors que cela supposerait la définition d'une norme dont on ne voit pas bien qui l'édicterait !
Pour ce qui est de l'apprentissage de l'art (et je parle en amateur non praticien), je suis d'accord avec ce qui a été dit sur la vibration, l'émotion,... Cela étant, apprendre à aiguiser son oeil, s'intéresser au parcours d'un artiste, situer l'objet d'art dans la production de l'artiste,... ne peut nuire à l'émotion ressentie par rapport à une oeuvre et apporte quelque chose, selon moi. Pour ce qui est d'apprendre à créer, la tâche me semble en effet impossible. On est créatif ou on ne l'est pas et toute la technique du monde ne pourra jamais donner du génie. Amicalement.
Une seule réponse. Observez les premières figurines réalisées dans la préhistoire. Les premières sculptures réalisées par l'homme. Pas d'école, pas de Maître. Ces premiers artistes auraient pu tenter de représenter l'homme tel qu'il est. S'exprimer par ce que l'on dénomme aujourd'hui le figuratif. Mais, non. Ils n'avaient qu'un seul souci: la soustraction. Autrement dit, styliser pour accéder au beau. Et qu'est-ce que le beau ? Un sentiment.
Ils en ont à nous apprendre les premiers artistes..!
Ces deux questions me semblent d’une importance et d’un intérêt fascinant.
Le sujet est complexe…mais si j’essaie de répondre seulement aux deux questions, je dirai pour la première sur l’art normal que personne de se réseau dira qu’il existe une différence entre l’art tout simple ou l’art normal. Tout art est normal puisque elle ne tient justement pas compte d’aucune « norme » Même les êtres considérer comme « pas normal » font de l’art…normal.
Faudra en annexe bien entendu définir se qu’on comprend par « art ».
Alors que sur la deuxième question sur l’apprentissage de l’art, la réponse est multiple.
Comme à avancé Nicole l’école ou l’académie ou toute autres formule à dévoiler les possibilités de l’art ou de la création peuvent, et c’est leur rôle principale, apprendre « le métier »
Il n-y-à pas plus grande frustration pour un peintre ou dessinateur d’entendre ou de se rendre compte par lui-même…qu’il ou qu’elle ne sait pas dessiner.
Mais comme j’ai bien vu dans ma propre formation, faut pouvoir l’oublier et là ça devient intéressant…quand on y arrive. Sinon on reste dans les copies ou dans les bulles…d’art.

Il me semble qu'il y a un mouvement dialectique entre le don et l'apprentissage, mais, au départ, bien sûr, est le don. Mais d'où vient-il ? Est-ce une sorte d'hyper désir qui pousse certains à une recherche, une interrogation constantes, et jamais achevées sur le mystère du monde et de soi ?

En ce qui concerne l'art "pas normal", refaire un petit tour du côté de Freud...

 

Pour faire une autocritique : remarques sommaires et à l'emporte pièce. Mais le sujet "m'interroge", comme certains disent avec une gravité que je ne partagerai pas.

L'art normal c'est quoi ?
Non parce que autant d'étiquettes qui ne veulent rien dire...
Je ne vois pas l'intérêt de classer l'art. En fait je trouve ça comment dire ? Inutile.
N'est-ce pas l'Homme qui compte ? Qu'est-ce qui est le plus important ?
Picasso ? ou "le cubisme de Picasso" ?

En parlant d'académie... Puisqu'il en est question...
L'académie des beaux-arts en Belgique ne m'a posé aucun problème de créativité bien au contraire...
C'était un espace de partage de la Connaissance ouvert à tous et libre. Le sens du mot Liberté je l'ai en grande partie compris là-bàs d'un peu tout le monde.

Par contre en France, il est "normal" de présenter un dossier d'admission avec "sa production" comme ils disent...
Et donc un jury se permet "la normalité de juger" le candidat. Pour être admis dans une académie on doit accepter d'être jugé par d'autres. C'est une normalité qui ne sera jamais la mienne. Dans ce contexte je ne pense vraiment pas que le système académique puisse être d'une quelconque utilité pour la créativité. Soit l'individu est totalement libre de s'exprimer et crée pour Soi et pour les Autres (par exemple) , soit il est réduit à créer pour avoir "le privilège" d'être admis en académie et crée pour cela...
Non parce que j'ai peut-être envie d'exprimer quelque chose sur un support très rudimentaire alors que je pourrais le faire dans un style très plaisant aux "juges" dans un marbre sauf que ça ne m'intéresse peut-être pas...
Un jury en fin d'année je veux bien mais un jury d'admission...

Si quelqu'un n'a pas accès à la Connaissance artistique sans barrières et que l'on ne permet pas à n'importe qui de s'évéiller en cours de route alors je ne vois vraiment pas ce qu'une académie ou toute autre école d'art peut apporter à la créativité.

Je trouve important de connaître l'histoire de l'art pour créer du neuf et pour sa culture générale.
Pour moi, pour pouvoir transgresser les règles, il faut d'abord les connaître et l'aprentissage des techniques est un peu un ABC pour pouvoir s'exprimer librement sur plusieurs supports et matières. Mais l'aprentissage ne remplacera jamais l'instinct ni ce que l'Homme possède au plus profond de lui.

Je pense tout à fait comme vous.

J'ai été bien heureux de vous lire.

Je suis navré pour la petite touche de révolte.

J'aurais voulu m'inscrire dans une académie en France mais vu les "conditions d'admission", je passe mon chemin.

Les gens des administrations se retranchent le plus souvent derrière : "Ce sont les lois".
Sauf que la loi dans ce cadre n'est pas acceptable. On crée une élite sur base de quoi ? D'un jugement avant le dit aprentissage ? Du prix du minerval ? En Belgique je n'ai RIEN eu à payer et l'on ne m'a demandé quasi aucune condition d'admission. C'est étrange non ? Bref... Mon atelier et les bibliothèques de la région me suffisent.

Bien heureux de retrouver la discussion de notre ami Dominique Dumont...Je vois que j'ai laissé moi même une réponse sur la question qui d'après moi est d'une importance capitale. Et je maintiens mon point de vue. Je pourrai peut être ajouté un exemple... Au début de l'année je donne des retraites à une section de l'école St-Michel de Bruxelles (dites école élitaire), à la dernière je posais la question si quelqu'un avait une formation annexe de peinture. Aucun des 25 élèves ont répondez positive. La façon avec laquelle j'essaie d'emmené les jeunes (15-17ans) à réfléchir sur le sens de leur avenir est la création, dont pour la plupart n'ont aucune formation. Depuis 5 ans je suis à chaque fois stupéfaite des résultats... Pour moi il me parait claire que la création est à la portée de tous!!!

Je posterai demain(suis en voyage) des photos qui soutiennent cette conviction.

 

Eric Migom

Merci, Eric. Cela me touche.

Répondre à la discussion

RSS

       CONSULTEZ LE           PREMIER VOLUME DE  LA COLLECTION D'ART       "ETATS D'AMES                   D'ARTISTES"

    http://bit.ly/22T5z0Q

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2019   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation