Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

J'ai l'habitude d'écrire mes manuscrits à la plume d'oie.

De temps en temps pourtant, j'écris directement mes textes en tapant sur les touches du clavier de mon ordinateur.

Or, j'ai remarqué que l'écriture et surtout le style étaient très différents selon que j'utilise l'une ou l'autre méthode.

Qu'en est-il pour vous?

Vues : 646

Y répondre

Réponses à cette discussion

Pour ma part, je préfère écrire le premier jet au stylo et le taper ensuite sur le clavier de mon ordinateur. Au stylo, il me semble que mon rythme est plus fluide et plus rapide mais quelle perte de temps que de devoir taper le texte par la suite ! En le tapant, je corrige déjà, j'allège ou je nourris. Ce n'est donc plus un véritable premier jet !

Pour la poésie, j'écris le plus souvent à la plume et pour les contes ou nouvelles je travaille sur l'ordinateur.

Aujourd'hui même, je parlais de cette question avec un auteur qui, pour sa part, commence ses textes dans un grand carnet où il sauvegarde aussi certains éléments de documentation. Ensuite, il tape toujours ses premiers jets à l'état brut sur son ordinateur et même après les diverses corrections, il les conserve soigneusement en mémoire.

Un autre auteur présent lors de l'échange a expliqué qu'il travaillait toujours sur ordinateur, en ayant à portée de main divers dictionnaires.
La plume d'oie c'est très élaboré....mais peut-être lié à un souvenir personnel?
J'ai perdu l'habitude d'écrire à la main et je remarque que ma calligraphie qui était très stylisée s'est dégradée au niveau esthétique. Pour ce qui est du premier jet en écriture, j'écrirai à la plume des textes que je ne vais pas forcément retravailler et cela dans un journal parce que j'ai besoin de dégager quelque chose en moi ou de comprendre des éléments de ma vie. Les textes que j'ai écris à l'ordinateur ont été retravaillés ou même publiés et donc l'ordinateur était utile.
Une plume, une craie, un stylo, un crayon de bois, un clavier... Aucune importance ! Au départ, il y a de la glaise, ensuite il faut la modeler.

Le tout, c'est d'attraper les nuages ou le vent qui les pousse. Clavier ou cordes, l'important c'est la musique... pas le roseau

Pierre Rive a dit :
Une plume, une craie, un stylo, un crayon de bois, un clavier... Aucune importance ! Au départ, il y a de la glaise, ensuite il faut la modeler.
Hélas sur le clavier, mon rythme de frappe se révèle régulièrement beaucoup plus lent que le rythme de mes idées ! La plume est plus adaptée à ma cadence d'écriture.
Oui, on peut le comprendre... Cependant pour la création littéraire, ce qui compte, c'est le résultat ! Après l'outil...

rien de mécanique, pour sûr!. Le clavier me fait des farces, je me rebelle. C'est l'écriture du corps qui parle, libérée de la main malhabile de gauchère contrariée! Deux fois cinq empreintes digitales, font la courses aux idées: cut, paste replace ... avec le clavier, je sculpte! Quand ce n'et pas Isadora la chatte qui vient me donner sa réplique de ses coussinets slendides....Footnotes.
Pascale Lora Schyns a dit :
Oui, et justement, j'ai fait le test en écrivant sur le même thème avec les deux outils et le résultat est complètement différent! Le style d'écriture change ainsi que le contenu. Bien sûr, il s'agit là de mon expérience personnelle! Quand je parle de plume d'oie, il peut tout aussi bien s'agir d'un crayon ou d'un porte-plume bien entendu; je voulais différencier l'écriture manuelle et l'écriture mécanique.
Pour ce qui est de l’expérience personnelle, je n écris plus du tout à la main. En fait, je considère la page de Word comme une page palpable et le clavier comme un stylo. Alors, faut-il parler d’écriture mécanique ? Ce n’est pas vraiment différent de la plume. D’ailleurs, on peut esquisser et finaliser de la même manière ou ne pas esquisser du tout. La recherche du langage et la façon de transmettre, c’est cela le rôle de l’écriture.
Bonjour.

En général, je commence par mettre les idées principales sur papier au stylo. Ensuite, une fois que la trame est élaborée, j'attaque au clavier.

OOPs! le clavier a encore fait déraper le p de splendide!
deashelle a dit :

rien de mécanique, pour sûr!. Le clavier me fait des farces, je me rebelle. C'est l'écriture du corps qui parle, libérée de la main malhabile de gauchère contrariée! Deux fois cinq empreintes digitales, font la courses aux idées: cut, paste replace ... avec le clavier, je sculpte! Quand ce n'et pas Isadora la chatte qui vient me donner sa réplique de ses coussinets slendides....Footnotes.
Pascale Lora Schyns a dit :
Oui, et justement, j'ai fait le test en écrivant sur le même thème avec les deux outils et le résultat est complètement différent! Le style d'écriture change ainsi que le contenu. Bien sûr, il s'agit là de mon expérience personnelle! Quand je parle de plume d'oie, il peut tout aussi bien s'agir d'un crayon ou d'un porte-plume bien entendu; je voulais différencier l'écriture manuelle et l'écriture mécanique.
La plume d'oie?
Je suis déjà un poids plume, j'aurais peur de m'envoler dans un lyrisme lamartinien.
Je préfère me battre avec la machine : l'humain doit pouvoir dominer ses inventions techniques !!!!!
Pour @ DéDé

La photo du Mont Blanc, de la gomme et du crayon suivra...©FabCop

Répondre à la discussion

RSS

Enfin un réseau social modéré!!!

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontr littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2022   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation