Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Sur une réflexion de  Suzanne Walther-Siksou,  dont j'aime la poésie et que je ne puis  m'empêcher de tutoyer...que faire ?

Et pourtant...

N'est-ce pas ce clavier, cette virtualité de la toile, qui me donne cette audace ?

Ô jamais je n'oserais dans la vie courante !

 

À mon amie Liliane Magotte


Maintenant que l’on se tutoie,

dés le moment que l’on se voit,

pourtant pour la première fois,

il ne s’agit plus de rapports

de sentiments et de tendresse.


Quand à tout venant, on dit tu,

même le vous, voulant dire tu,

ne nous paraît plus émouvant.


Avons-nous raison ou bien tort

de nous confondre à la jeunesse,

en abandonnant les nuances

et, du beau-parler, l’élégance?


En deviendrons - nous plus humains,

plus prompts à partager, demain?


Suzanne Walther-Siksou

1/1/2001

 

Chère Suzanne,


Quelle saine et juste réflexion...

Je vais en faire une discussion !

Le tu, le vous, quelle importance,

Quand l' amitié est une chance.

 

Le respect dû au grand âge

Donne le vous, un bel hommage,

La jeunesse rit, et aplanit

Les différences , tout est uni.

 

Le tu, le vous, les sentiments,

L'amour , la joie,  les bons moments,

Chacun y trouve son p'tit bonheur,

Pour le pire ou pour le meilleur.

 

Liliane

 

Vues : 2239

Y répondre

Réponses à cette discussion

Je suis d'avis qu'il ne faut pas avoir trop de principes quant au tu ou au vous : de mon point de vue c'est d'abord une question de ressenti dans la relation entre deux êtres. Avec des adultes, je penche d'abord pour le vouvoiement, mais je suis prête à tutoyer dès lors que je connais mieux la personne et que je me sens en confiance, c'est-à-dire dans une relation d'amitié ou simplement de bonne camaraderie.

Belle idée d'aborder ce thème, qui n'est pas bénin, car il est effectivement fréquent que l'on se pose une telle question, notamment sur un réseau tel qu'Arts et Lettres ! bravo pour cette initiative, Marie-Josèphe

Comme Marie-Josèphe et sans doute pas mal de personnes de mon âge, la bienséance voulait qu'on vouvoie toute personne inconnue ainsi que nos aînés. Mes parents vouvoyaient tous deux leurs parents. Alors que nous, leurs petits-enfants avions la permission de les tutoyer. Par contre, mes grands-parents nous vouvoyaient.

Encore maintenant, il m'est difficile de tutoyer au premier abord et ça peut sembler prétentieux dans le milieu dans lequel j'évolue. Si je tutoie d'office et sans malice certaines personnes, ça m'est parfois impossible vis-à-vis d'autres. Je suis incapable de dire le pourquoi.

L'écriture permet toutefois de se rapprocher de façon plus familière de personnes virtuelles qui ont les mêmes centres d'intérêt. On a l'impression de les connaître depuis toujours.

Quoi qu'il en soit, ces deux textes sont magnifiques. Un joli partage, une superbe complicité... Bravo mesdames!

Je suis  du sud -ouest de la France   où l' on tutoie facilement,en Belgique ,étant un peu  Wallon  du Hainaut  moi-même  je remarque que l'on tutoie aussi facilement,il  s'agit donc d'un ressenti personnel auquel on s'adapte  facilement en fonction de l'interlocuteur .C'est certainement notre héritage Romain où cet usage était de rigueur. Pour les Anglo-Saxons la réserve  est toujours de rigueur ,quoique , à force de côtoyer les Latins quelques entorses aux principes  se font jour .

 Mais un principe est que ,la déférence et le respect  envers l'interlocuteur  restent fondamentaux .

 Cordialement

        Raymond

 

Merci Marie-Josèphe, Yvette et Raymond.

 

Le vouvoiement n'est -il pas aussi forme de pouvoir ?

Le pouvoir de repli ou de semonce !

Il est plus aisé faire une remontrance lorsque l'on vouvoie.

Les rapports de force en sont modifiés !

En effet, Liliane, c'est une manière de prendre des distances...

On se vouvoie rarement entre gens du même âge et de la même condition.

Belle et douce nuit à tous et toutes

Oui la question d'âge peut jouer,tout dépend comment la hiérarchie naturelle  s'installe entre deux locuteurs   mais il y aura dans certains cas , toujours,une hiérarchie, de travail de compétence,même à compétence égale,il y aura toujours  ce petit ( je ne sais quoi) qui fera naturellement le tutoiement ou le vouvoiement.............

M'as tu compris Yvette et toi Liliane et toi Marie-Joseph ? !! .

 Amicalement

  Raymond

Sympathique, ton intervention, Raymond !

 

Il me semble que ce sujet a déjà été abordé et traité sur Arts et Lettres au début de la création du site...
Je voulais juste dire que le très beau poème que Lili nous offre m'étonne et me ravit.
Il est si clair, si concis et si bien dit qu'elle devrait se mettre, elle aussi, à la poésie... qu'elle n'a à envier à personne.
Bravo !

 Je dirais que le tutoiement ne me gêne pas tant qu'il ne permet pas l'insulte facile. Pour cette raison, le vouvoiement serait une étape nécessaire avant d'accorder sa confiance dans les relations; par ailleurs le tutoiement présente peu de risques, aujourd'hui il ouvre plus rapidement les portes et autorise à des propos spontanés, de qualité, situant également le niveau d'intimité dans la famille, l'équipe ou le groupe. 

Cette discussion me fait songer à un texte de Sacha Guitry que j'avais appris par coeur il y a de nombreuses années et que je vais essayer de vous  restituer, cela s'appelle: JEAN LOUIS...

Nous nous sommes connus chez Monsieur Lecourtois, professeur de dessin, membre de l'institut, et, dès le premier jour nous nous sommes dit TU! C'est l'habitude, on a 20 ans, on se tutoie! A moins d'être une petite oie on ne saurait s'en étonner, car, être nés la même année, n'est-ce pas être nés un peu sous le même toit? 

On est là, quelques bonnes filles, avec un tas de bons garçons, très en famille et sans façon. Bonjour mon vieux, comment vas-tu? Veux-tu ma gomme, elle est à toi!  Et cela n'a rien de discourtois, il doit en être ainsi d'ailleurs, dans tous les cours?

Or donc, dès le premier jour nous nous sommes dis TU! Puis, il a commencé à me faire la cour...

Je n'en dirai pas plus, je n'en dirai pas plus, parce que cela me gène! Grands yeux câlins  cheveux d'ébène... et qui m'a plus, qui m'a plu, enfin! Qui m'a plus quoi!

Or, hier soir, il avait plu, mais alors là plu! Et nous nous trouvions seuls dans l'atelier désert. Silencieux, mais éloquents  car Jean Louis n'est pas disert, chez les peintres c'est très fréquent!  Il était près de moi, son trouble était extrême et je ne cherchais pas à cacher mon émoi... nous étions tous les deux, comme on est quand on s'aime quoi! Comme éblouis, se tenant coi... C'est alors, qu'il m'a dit cette chose inouïe et qui m'a tout à fait conquise, je l'avoue! Il m' a dit : Tu permets, désormais, que je te dise VOUS ?

J'adore ce texte! Et VOUS?

Amitiés

Jacqueline

Chère Nicole,

Merci.

C'est en répondant à Suzanne que j'ai réalisé non seulement que ce sujet était important, mais qu'en plus, par le plus grand des hasards, mes commentaires prenaient la forme de vers. Je trouvai donc original de les présenter ainsi, cet exercice amusant et néanmoins difficile, que je ne puis renouveller , car je marie mieux les couleurs que les mots, me fit davantage réfléchir à cette cruciale question : je tutoie ou je vouvoie ?

Je ne sais si le thème fut abordé dans le passé, Robert Paul l'a accepté sans condition.

Une personne âgée de ma belle-famille ; où tous se vouvoyaient, se plaignait de ce vouvoiement trop lourd. Mariée 50 ans à un parisien, son franc-parler tutoyait volontiers son interlocuteur et ce monde trop belge de la bourgeoisie parvenue lui pesait.

Trop de respect tue parfois, disait-elle.

Tue quoi ?

L'amitié, la complicité, la spontanéité sans doute, et peut-être aussi parfois l'hypocrisie se cache-t-elle derrière trop de politesse ? 

 

 Doit-on "taire" un tu?

Le "tu", le "non dit",  Accouche, ... Du vous, ...Vous,

Un majestif bien correct,  pour un tu, quasi-délit.

Or, de taire un vrai tu, est comme, user d'un passe-partout 

Le vous, non pluriel, qui plait tant au gens d'habits,

A-t-il en lui, ... Cette, ... belle franchise, celle, du tu d'un gabelous

Reste la politesse, l'éducation en français , notre acquis

Ayant aussi goûtté au,  you vous, you tu, au you tu, vous

Mon choix sera, de vous dire tu, à tous, du tu à vous, mes amis!  

Désire "à la franquette" qui m'épargnera, je crois, votre courroux!

 

avec tout ma sympathie et mon amitié.

Tadeusz,Robert, Pirschel 10/04/13.

 

 

Répondre à la discussion

RSS

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation