Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

Et si Charles Chetenay (Red Dead Redemption 2) était l’artiste Henri Matisse ?

Et si Charles Chetenay (Red Dead Redemption 2) était l’artiste Henri Matisse ?

Réalisé par Maëva Minguez


Charles Chatenay est un personnage secondaire du jeux Red Dead Redemption 2 plutôt extravagant et très plaisant lors de chaque rencontre, où l'image d'un artiste chiant dans un bar fait très artistique. Je me suis demandée s'il s'agissait de l'artiste Paul Gauguin, lui aussi vivant plus ou moins durant cette époque, et a créé un art révolutionnaire, mais fortement déplut par le public. Cependant, par la suite, mon choix s'est orienté vers Henri Matisse. En effet, lors du jeu, de nombreux éléments m'ont indicé vers cette conclusion. Le visage de Charles Chatenay connaît beaucoup de traits similaires à Henri Matisse, comparable à Clark Kent se transformant en Super Man. L'aspect philanthrope de l'artiste est à noter aussi. Pour aller plus loin, Henri Matisse a peint Le Cowboy (1947)[1], en laissant place notre imagination, nous pouvons imaginer que Matisse est peint ceci en pensant à un personnage semblable à Arthur Morgan qu'il a rencontré. Dans cette brève analyse, nous verrons particulièrement la scène de la visite à la galerie et comparerons certaines peintures avec celles de Henri Matisse. Lorsque nous rentrons dans la galerie, il nous y ait présenté deux salles : la première exposant des créations qui semblent être permanentes, la seconde celles de Charles Chateney, les temporaires. D'une façon symbolique, cela peut évoquer l'évolution de Matisse, qui au début peint d'une façon académique, l'arche représentant l'élément déclencheur Gustave Moreau le libérant vers un art qui lui est propre, un art plus libre. En effet, En 1892, Matisse rencontre Albert Marquet à l'École des Arts déco puis s'inscrit en 1895, à l'École des beaux-arts, dans l'atelier de Gustave Moreau. L'enseignement du maître encourage ses élèves à penser leur peinture, à la rêver, au-delà de la virtuosité technique. Matisse, comme ses condisciples, Georges Rouault, Léon Lehmann, Simon Bussy, Eugène Martel, Albert Huyot ou Henri Evenepoel, est stimulé par cette conception de la peinture et entend développer la sienne selon son individualité. Gustave Moreau, lors d'une correction, lui dit : « Vous allez simplifier la peinture. »[2] Cette prophétie peut être considérée comme le programme esthétique de l'œuvre d'Henri Matisse.

 

Lorsque nous passons l'arche, nous pouvons voir à gauche un tableau où y est représenté une femme nue allongée. Ce genre de tableaux, Henri Matisse en a peint un bon nombre. En regardant le tableau de Charles Chateney et Nu allongé de Matisse, nous pouvons y observer nombreux éléments communs, qu'il s'agisse de sa composition, comme des couleurs présentes.

 

En continuant la visite au sens d'une aiguille d'une montre, nous pouvons voir un tableau où y est représenté un nu. La posture de la femme peut évoquer Nu assis avec les jambes croisées (1820) et Nu bleu (1952). L'aspect minimaliste du premier choix évoque un croquis, dans Red dead redemption 2, l'histoire a lieu en 1899, si ça se trouve Nu assis avec les jambes croisées est en réalité le croquis de cette œuvre détruite lors d'une bagarre de puritains sûrement consanguins.

 

En continuant vers la droite, à l'angle de la pièce, se trouve l'artiste devant un grand tableau, laissant fortement penser à Nu en studio (1899). L'artiste y est devant. Cette présence peut énoncer quelque chose de très pertinent : la datation en commun avec les deux œuvres, c'est à dire 1899. 

 

Nous continuons la visite. A droite dans l'angle se trouve la peinture représentant trois personnes nues. Henri Matisse a peint de nombreuses toiles avec cette représentation de trois individus nus comme Le luxe (1907), Musique (1907), ou encore Jeux de boules (1908).

 

Le tableau suivant semble représenter un homme nu avec un chapeau de paille au bord d'un lac ou d'une plage. Le décor évoque les tableaux Bosquets au bord de la Garonne (1900), Le golfe de Saint Tropez (1904), ou encore La rive du fleuve (1907). Cependant, le personnage renvoi plus au tableau Nu bleu couché au chapeau de paille (1908) de Ernst Ludwig Kirchber. Ce dernier était un peintre expressionniste allemand, cet artiste créé Die Brücke "Le Pont”, où de même l'artiste exprime à travers la peinture ce besoin de liberté et de spontanéité. [3] Il se peut que le modèle sur la peinture soit Henri Matisse.

 

Enfin, le dernier tableau, à droite de la pièce, est un autre nu, où le modèle est de dos, tout en regardant légèrement le public (et le peintre). Henri Matisse, et son goût pour les tenus d'Adam et Eve, a peint de nombreux nus (surtout des femmes) dans presque toutes les positions. Nous pouvons évoquer Nu allongé (1930), ou encore Nu couché de dos (1944).  

 

Une femme, vient vers nous et demande pourquoi le modèle n'est pas plus habillé que ça. L'artiste répond que la nudité représente la liberté et les vêtements l'oppression. Ce genre de réponse est en harmonie avec Henri Matisse. En effet, Henri Matisse, à travers ses peintures et autres créations, se déclare donc contre la violence dans l'expression, contre la notation des sensations fugitives et superficielles, et contre toute doctrine pseudo-scientifique. « Ce que je rêve, dit-il pour conclure, c'est un art d'équilibre, de pureté, de tranquillité » un art qui rejette tout élément superflu et dont lui-même saura se rendre maître précisant qu'il ne peut copier la nature comme un esclave mais que, par l'interprétation qu'il en fait, elle doit se soumettre à l'esprit du tableau.[4]

La fin de la visite se termine comme une bagarre, les humains sont comme des fauves. Un parallèle peut-être fait Au Salon d'automne de 1905, l'exposition d'une de ses œuvres avec celles d'Albert Marquet, Vlaminck, Paul Derain et Kees van Dongen provoque un scandale. Les couleurs qu'il a peints sont jugées violentes. En voyant ces tableaux, le critique Louis Vauxcelles dit que l'endroit est une « cage au fauve ». Le mot « fauve » a donné le nom du fauvisme, un mouvement artistique.[5]

 

J’ai fait part de ma brève analyse concernant les liens entre Charles Chatenay et Henri Matisse. Bien-sûr je n’ai pas parlé de toutes les œuvres présentes dans la galerie, ni du croquis que Charles Chatenay offre à Arthur Morgan. 

Je me rappelle mon année au lycée où je l’ai étudié d’une façon tellement plus ennuyeuse et soporifique. Je remercie Rockstar game de m’avoir apporté plus de saveurs sur cet artiste et autres peintres impressionnistes et expressionnistes. Votre jeu contient tellement de saveurs exquises, des détails merveilleux. En vous remerciant grandement d’avoir fait ce jeu.

 

Références :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • SCHNEIDER , Matisse, Flammarion, 1984, p. 59.

 

  • RUSSELL (1982) dans Time-Life le monde des arts, Matisse et son temps, Time-Life Books, Amsterdam.

[1] Henri Matisse, The cowboy (Le cowboy), 1947, url : https://www.moma.org/collection/works/105392

 

[2] Wikipedia, Henri Matisse, url: https://fr.vikidia.org/wiki/Henri_Matisse

 

[3] J. RUSSELL (1982) dans Time-Life le monde des arts, Matisse et son temps, Time-Life Books, Amsterdam, page 66.

 

[4] [4] J. RUSSELL (1982) dans Time-Life le monde des arts, Matisse et son temps, Time-Life Books, Amsterdam, page 59.

[5] WikiArt Encyclopédie des Arts visuels, Henri Matisse, url :  https://www.wikiart.org/fr/henri-matisse/nude-in-the-studio-1899

 

Vues : 5

Pièces jointes :

Y répondre

                L'inscription

et la  participation à ce résau

   sont  entièrement grauits.

       Le réseau est modéré

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Le projet est lancé le 28 mars 2017. J'y ai affecté les heureux talents de Gérard Adam pour mener ce projet à bonne fin

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Focus sur les précieux billets d'Art de François Speranza, attaché critique d'art du réseau Arts et Lettres. Ces billets sont édités à l'initiative de Robert Paul.

ABSTRACTION LYRIQUE - IMAGE PROPHETIQUE : L'ART DE KEO MERLIER-HAIM

DE L’ABSTRACTION DES CORPS : L’ART DE DEJAN ELEZOVIC

L'IMAGE DE LA FEMME DANS LA MYTHOLOGIE D'ARNAUD CACHART

L’IDEE, ARCHITECTURE DE LA FORME : L’ŒUVRE DE BERNARD BOUJOL

LE THEATRE DES SENS : L’ŒUVRE D’ALEXANDRE PAULMIER

DU CIEL INTERIEUR A LA CHAISE HUMAINE : L’ŒUVRE DE NEGIN DANESHVAR-MALEVERGNE

VARIATIONS SUR LE BESTIAIRE : L’ŒUVRE DE ROBERT KETELSLEGERS

ELIETTE GRAF ENTRE POESIE ET MAGIE

COULEURS DE MUSIQUE, MUSIQUE DES COULEURS : L’ART DE HOANG HUY TRUONG

REFLETS D’UNE AME QUI SE CHERCHE : L’ŒUVRE DE MIHAI BARA

LE SIGNE ENTRE PLEINS ET VIDES : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN GILL

ENTRE LES SPHERES DE L’INFINI : L’ŒUVRE D’OPHIRA GROSFELD

PAR-DELA BÉATRICE : LE DIALOGUE DE CLAUDIO GIULIANELLI

DE L’ESTHETIQUE DU SUJET : L’ART DE JIRI MASKA

 

 ENTRE REVE ET FEMINITE : L’ŒUVRE DE CHRISTIAN CANDELIER

DE L’ORDINAIRE COMME ESTHETIQUE : L’ŒUVRE DE YVONNE MORELL

QUAND 

SURREALISME ET HUMANISME EXPRIMENT L’ŒUVRE D’ALVARO MEJIAS

UN THEATRE DE COULEURS ET DE FORMES : L’UNIVERS D’EDOUARD BUCHANIEC

CHRISTINE BRY : CAVALCADES AU CŒUR DE L’ACTE CREATEUR

QUAND LE MYTHE S’INCARNE DANS L’ART : L’ŒUVRE D’ODILE BLANCHET

D’UN SURREALISME L’AUTRE : LES FLORILEGES DE MARC BREES

DE LA TRANSPARENCE DE L’AME : L’ŒUVRE DE MARIE-CLAIRE HOUMEAU

VERS UN AUTRE SACRE : L’ŒUVRE DE RODRIGUE VANHOUTTE

traduit en espagnol via le        lien en bas de page

     http://bit.ly/29pxe9q

LE SIGNE ENTRE LA CULTURE ET LE MOI : L’ŒUVRE DE LYSIANE MATISSE

DE LA MATIERE ENTRE LES GOUTTES DE L’ESPACE : L’ŒUVRE DE FRED DEPIENNE

FREDERIQUE LACROIX-DAMAS - DU PALEOLITHIQUE AU CONTEMPORAIN : RETOUR SUR L’ORIGINE DU MONDE

ENTRE SURREALISME ET METAPHYSIQUE : L’ŒUVRE DE GHISLAINE LECHAT

LA FEMME CELEBREE DANS LA FORME : L’ŒUVRE DE CATHERINE FECOURT

LA LIGNE ENTRE COULEURS ET COSMOS : L’ŒUVRE DE VICTOR BARROS 

CHRISTIAN BAJON-ARNAL : LA LIGNE ET LA COULEUR : L’ART DE L’ESSENCE

LE ROMAN DE LA ROSE : L’ECRITURE PICTURALE DE JIDEKA


MARTINE DUDON : VOYAGE ENTRE L’ESPACE ET LA FORME

TROIS MOMENTS D’UNE CONSCIENCE : L’ŒUVRE DE CATHERINE KARRER

CHRISTIAN KUBALA OU LA FORME DU REVE

L’ŒUVRE DE JACQUELINE GILBERT : ENTRE MOTS ET COULEURS

TROIS VARIATIONS SUR UN MEME STYLE : L’ŒUVRE D’ELIZABETH BERNARD

ISABELLE GELI : LE MOUVEMENT PAR LA MATIERE

L’ART, MYSTIQUE DE LA NATURE : L’ŒUVRE DE DOROTHEE DENQUIN

L’AUTRE FIGURATIF : l’ART D’ISABELLE MALOTAUX

CLAUDINE GRISEL OU L’EMOTION PROTAGONISTE DU MYTHE

VOYAGE ENTRE LYRISME ET PURETE : L’ŒUVRE ABSTRAITE DE LILIANE MAGOTTE

GUY BERAUD OU L’AME INCARNEE DANS LA FORME

LA FEERIE DE L’INDICIBLE : PROMENADE DANS L’ŒUVRE DE MARIE-HELENE FROITIER

JACQUELINE KIRSCH OU LES DIALOGUES DE L’AME

DU CORPS ET DU CODE : L’HERITAGE PICTURAL DE LEONARD PERVIZI

JACQUES DONNAY : ITINERAIRES DE LA LUMIERE

MIREILLE PRINTEMPS : DIALOGUE ENTRE L’ESPACE ET LE SUJET

STEPHAN GENTET: VOYAGE ENTRE LE MASQUE ET LE VISAGE

MARC LAFFOLAY : LE BOIS ET LE SACRE

FLORENCE PENET OU LA COULEUR FAUVE DES REVES

LE SURREALISME ANCESTRAL DE WILLIAM KAYO

CLARA BERGEL : DE L’EXISTENCE DU SUJET



GERT SALMHOFER OU LA CONSCIENCE DU SIGNE

ALFONSO DI MASCIO : D’UNE TRANSPARENCE, l’AUTRE

 

LESLIE BERTHET-LAVAL OU LE VERTIGE DE L’ANGE


TINE SWERTS : L’EAU ENTRE L’ABSTRAIT ET LA MATIERE


ELODIE HASLE : EAU EN COULEURS


RACHEL TROST : FLOATING MOMENTS, IMPRESSIONS D’INSTANTS


VILLES DE L’AME : L’ART DE NATHALIE AUTOUR


CHRISTIAN LEDUC OU LA MUSIQUE D’UNE RENAISSANCE


CHRISTIGUEY : MATIERE ET COULEUR AU SERVICE DE L’EXPRESSION


HENRIETTE FRITZ-THYS : DE LA LUMIERE A LA LUMINESCENCE


LA FORME ENTRE RETENUE ET DEVOILEMENT : L’ART DE JEAN-PAUL BODIN


L’ART DE LINDA COPPENS : LA COULEUR ET LE TRAIT DANS LE DIALOGUE DES SENS


CLAUDE AIEM : OU LA TENTATION DU SIGNIFIE


BOGAERT OU L’ART DE LA MYSTIQUE HUMAINE


MICHEL BERNARD : QUAND L’ART DANSE SUR LES EAUX


PERSONA : DE L’ETAT D’AME AU GRAPHISME. L’ŒUVRE D’ELENA GORBACHEVSKI


ALEXANDRE SEMENOV : LE SYMBOLE REVISITE


VERONICA BARCELLONA : VARIATIONS SUR UNE DEMARCHE EMPIRIQUE


FRANCOISE CLERCX OU LA POESIE D’UN MOMENT


XICA BON DE SOUSA PERNES: DIALOGUE ENTRE DEUX FORMES DU VISIBLE


GILLES JEHLEN : DU TREFONDS DE L’AME A LA BRILLANCE DE L’ACHEVE


JIM AILE - QUAND LA MATIERE INCARNE LE DISCOURS


DIMITRI SINYAVSKY : LA NATURE ENTRE L’AME ET LE TEMPS


FRANÇOISE MARQUET : ENTRE MUSIQUE ET LEGENDE


CLAUDINE CELVA : QUAND LA FOCALE NOIE LE REGARD


LES COULEURS HUMAINES DE MICAELA GIUSEPPONE


MARC JALLARD : DU GROTESQUE A L’ESSENTIEL


JULIANE SCHACK : AU SEUIL DE L’EXPRESSIONNISME MYSTIQUE


ROSELYNE DELORT : ENTRE COULEUR ET SOUVENIR


BETTINA MASSA : ENTRE TEMPS ET CONTRE-TEMPS

XAVI PUENTES: DE LA FACADE A LA SURFACE : VOYAGE ENTRE DEUX MONDES

MARYLISE GRAND’RY: FORMES ET COULEURS POUR LE TEMPS ET L’ESPACE

MARCUS BOISDENGHIEN: ETATS D’AME…AME D’ETATS : EMOTIONS CHROMATIQUES

 

JUSTINE GUERRIAT : DE LA LUMIERE

 

BERNADETTE REGINSTER : DE L’EMOTION A LA VITESSE

 

ANGELA MAGNATTA : L’IMAGE POUR LE COMBAT

 

MANOLO YANES : L’ART PASSEUR DU MYTHE

 

PIERRE-EMMANUEL MEURIS: HOMO LUDENS

 

MICHEL MARINUS: LET THE ALTARS SHINE

 

PATRICK MARIN - LE RATIONNEL DANS L’IRRATIONNEL : ESQUISSES D’UNE IDENTITE

 

CHRISTIAN VEY: LA FEMME EST-ELLE UNE NOTE DE JAZZ?

 

SOUNYA PLANES : ENTRE ERRANCE ET URGENCE

 

JAIME PARRA, PEINTRE DE L’EXISTENCE

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2020   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation