Arts et Lettres

Le réseau des Arts et des Lettres en Belgique et dans la diaspora francophone

luc gazon
  • malmedy
Partager sur Facebook
Partager

Amis de Luc gazon

  • amblas
  • Diane Latrille
  • Verna Michel
  • Michel Van den Bogaerde
  • SERGE TENEZE
  • GALMICHE ANDRÉ
  • Denis Blondel
  • Sandra Dulier
  • Rosyline
  • Danielle Davin
  • gucciardo salvatore
  • Kazem Shahryari
  • Serge Lesens
  • Lansardière Michel
  • NANSON      Jacqueline
 

Page de luc gazon

Activité la plus récente

Rosyline a aimé la photo de luc gazon
2 mai
NANSON Jacqueline a aimé la photo de luc gazon
1 mai
Lansardière Michel a aimé la photo de luc gazon
19 avr.

administrateur partenariats
Liliane Magotte a aimé la photo de luc gazon
18 avr.
Une photo de luc gazon a été signalée.
16 avr.
Photos publiées par luc gazon
16 avr.
Diane Latrille a commenté la photo de luc gazon
Miniature

Le canapé rouge 1980.

"Bravo pour l'ensemble de votre œuvre! J'aime beaucoup vos "encres intimistes" pour la spontanéité de votre geste et son rendu en noir et blanc."
13 avr.
Rosyline a aimé la photo de luc gazon
13 avr.

Fondateur réseau
luc gazon a été mis en primeur par Robert Paul
11 avr.
Photos publiées par luc gazon
11 avr.
Sandra Dulier a aimé la photo de luc gazon
11 avr.
Bellefroid Danielle a aimé la photo de luc gazon
8 avr.
2 photos de luc gazon ont été signalées.
7 avr.
Photos publiées par luc gazon
7 avr.
Lansardière Michel a aimé la photo de luc gazon
7 avr.

Informations concernant le profil

Ville
malmedy
En m'inscrivant, je reconnais avoir lu et compris les Conditions d'utilisation du Réseau et j'accepte de m'y conformer Conditions: http://ning.it/jXzMfX
oui
Vos centres d'intérêts / votre domaine d'activités
peintre sculpteur
Définissez-vous de manière succincte
En corps vibrant....
Vos artistes et écrivains favoris?
Michaux, Nietzsche, Bacon .......

ART WALLONIE

Bassenge

Galerie des Arts

 

Encore une nouvelle exposition pour Luc GAZON qui a étudié les arts plastiques aux Beaux-Arts à Liège. Ce peintre dynamique possède déjà de nombreuses expositions à son actif, tant sur le plan personnel que dans des réunions collectives, dont notamment une à New-York, en 1991. La peinture est virile, le jeu des couleurs et des formes est toujours présent dans des tableaux qui éclatent de vigueur et de vie; l'usage de certains vernis donnent l'illusion du mouvement par un miroitement subtil. L'artiste semble avoir pris plaisir à maîtriser la matière et à exprimer la puissance créatrice de l'homme. Techniquement d'abord, puisque ses œuvres, d'une abstraction lyrique très séduisante, jouent sur la matière avec des empâtements de ciment et sur la couleur, vaporisée, diaphane, transparente qui donne à ses tableaux une lumière d'un raffinement subtil. Il y a une véritable dynamique dans cette exposition; les touches de couleurs organisées sur certaines toiles semblent prendre mouvement et relief sur d'autres comme en une série d’instantanés successifs montrant que la couleur ne devient pas matière mais est matière en perpétuelle transmutation. Le premier mérite d'un tableau est d'être une fête pour l’œil disait Eugène Delacroix. Cette citation reflète bien l’œuvre de Luc GAZON.

L.Rama

Art Antiques Auctions

Avril 2000 N 310

Luc Gazon ou l'élan vital

On peut définir l'art de Luc GAZON comme une éruption d'énergie vitale qui se canalise par le jeu des formes et des couleurs dans les méandres de la matière picturale. Un tableau de GAZON est devenu l'expression d'une force instinctive voire physique, qui par la voie de l'art s'est concrétisée en une présence quasi vivante face au spectateur.

 

Dans son œuvre, les formes et les couleurs s'entrelacent et s'entremêlent dans les coulées d'une matière vibrante. C'est ici qu'un des thèmes favoris de l'artiste s'incarne: l'attraction des forces antagonistes du mâle et de la femelle qui occupe toute la dimension du tableau comme champ de bataille.
C'est là que ''Les Musculations'' se déchaînent, les formes se démêlent en courbes et en cercles qui captent la force érotique de l'acte créateur. Là aussi que la matière se plie et en même temps se multiplie dans une diversité prolifique d'apparences et de nuances.

 

L'art de Luc GAZON se caractérise comme le contraire de l'immobilité et de la stagnation. Il exprime par de multiples et toujours nouvelles manières picturales cette vérité fondamentale: la vie est dans le mouvement.

Jan Busschaert,

Mai 1992

Luc Gazon, dix ans de dessin (extrait)

{...} Les premiers dessins de Luc Gazon, réalisés à St Luc en 1972–73 évoquent les forêts de Max Ernst.
Ces réminiscences se dissolvent dès 1974 dans une série de dessins automatiques, baptisés ''Compositions viscérales ''. L'artiste y laisse sa main et son imagination en ''liberté conditionnée'' et ''piste'' leur descente rusée, à la fois indolente et obstinée, dans des abîmes de fantasmes, où se révèlent les en-dessous agressifs et concupiscents de l'être. Peu à peu, débusquées aux frontières de l'indéterminé, se distinguent des formes vivantes immatures, membranes, veines, cartilages, muscles, tendons et téguments, larves, cellules et bacilles, yeux, bouches ou nombrils, engagés dans des affrontements plus délirants et terrifiants les uns que les autres.
Par leurs thèmes organiques, leur luxuriance et leur éloquence visionnaire, les ''compositions viscérales '' ont partie liée avec le psychédélisme, avatar du surréalisme, expérimenté, à la fin des années soixante, par de nombreux artistes européens et surtout américains, tels  Allen Atwell,  Arlene Sklar Weinstein et Mati Klarwein, dans la lignée d'Ernst Fuchs.
En revanche, Luc Gazon refuse deux des travers psychédéliques les plus répandus. D'une part, il n'est pas affecté par l'engouement pour le symbolisme et l'Art nouveau, et d'autre part, l'univers qu'il structure de plus en plus fermement à partir de 1975 n'est en rien un paradis artificiel. Ce monde débordant, grouillant de vitalité se révèle au contraire si peu rassurant, si dément, si morbide, que son démiurge se détermine bientôt à ne plus le considérer que par le petit bout de la lorgnette ou du microscope. Ayant sagement pris du champ, il fait mine de conjurer la menace à l'aide de symboles ''mystiques'', comme l’œil et le triangle. Mais ce n'est qu'un répit. Avec l’éloignement, l'artiste s'aperçoit que les organes indéfinis des œuvres (viscérales), qui, considérés de près, paraissaient lutter en ordre dispersé, sont en fait alliés, qu'ils sont organisés en corps humains, munis de cerveaux et de sexes.
Cette découverte s'affirme en 1977 dans Délires délices du Maroc, un des derniers dessins « psychédélisants » de Luc Gazon, et peut-être son œuvre la plus paisible et la plus douce. Dans la suite à mesure qu'ils prennent chair, l'homme, le plus souvent sous les traits de l'artiste, et la femme commencent par se chercher avec des tâtonnements d'aveugles. Qu'ils s'unissent et c'est le désastre ! Leur étreinte s'exacerbe en un spasme d'une violence formidable. Les corps se disloquent comme électrocutés. Mais il ne faut pas s'y tromper. L'anéantissement dans le rapport sexuel, au lieu d'être dénoncé est célébré comme une fête infernale, un '' ‘potlatch’  pernicieux, exalté en temps qu'accomplissement sadomasochiste.
D’œuvre en œuvre, la perversion piégée par le dessinateur pourrait tourner à l'obsession et son expression, à la formule. Pour parer le danger, Luc Gazon s’efforce depuis 1979 de ''liquider'' son idée fixe. Dans une série de dessins intitulés Les érotiques, il s’attaque à la femme, naguère complice de l'autodestruction du mâle, à présent bouc émissaire tout aussi mythique, symbole et agent de la mort  « qui fait le trottoir ». Pour la neutraliser, il la transforme en un simulacre hyperréaliste, une poupée de papier, incapable de résister à ses envoûtements virils. Le 'canapé rouge', aboutissement de deux ans de travail régulier, est au départ de cette délivrance. Il a pour origine un dessin de dimension modeste, représentant une femme allongée sur un divan, apparemment endormie, inquiétante. Sur le point d'achever cette première composition, Luc Gazon décide soudain de l’amplifier. Il la relègue dans le coin inférieur gauche d'une seconde image, quatre fois plus étendue, d'où surgit, en haut à gauche, le visage harmonieux et vide d'une « cover-girl », dans une pluie de verre brisé, fragments d'un écran vitré ou d'un miroir.
Parallèlement, Luc Gazon s’attaque en 1980 à trois œuvres d'inspiration « social », les anthropophages, café de Flore et cortège à la mort.
Puisqu’elles demeurent inachevées, la discrétion s’impose. Observons seulement, d'une part, que leur auteur tire un nouveau parti de ses fantasmes agressifs ou sexuels en intégrant leur analyse dans une réflexion plus ouverte sur l'imaginaire collectif, et que, d'autre part, les figurants du Cortège à la mort appellent le souvenir de James Ensor.

 Au-delà des parentés provisoires il est souhaitable de spécifier l'art de Luc Gazon à partir de ses caractères stylistiques les plus stables. Son originalité tient d'abord à un mode d'élaboration extrêmement long et scrupuleux. Luc Gazon parle d'une ''impulsion gestuelle'' qui commande le choix du motif de base. Ce premier jet n'est pas exploité pour lui-même, sauf dans quelques études, esquissées à la manière d’Alechinsky, des calligraphes zen ou des peintres expressionnistes. Le plus souvent, l'artiste le soumet à un examen minutieux, le reprend, le ressasse, le cristallise, le détourne ou le prolonge, le réduit ou le déploie, peu à peu, non pas jour après jour mais mois après mois, voire année après année, comme dans le cas du Canapé rouge. Tout aussi particulier est l'emploi du stylo à bille. Il est vrai que cet instrument roturier est utilisé par un nombre croissant de dessinateurs, mais rarement de façon aussi exclusive. Luc Gazon s’accommode bien du tracé régulier et précis, à la fois appuyé et souple de la « pointe-Bic », et de ses teintes grasses et intenses. Celles-ci ne suffisent pas à expliquer un troisième ordre de singularités, concernant la palette de Luc Gazon; Il faut ainsi noté que la couleur, qui n’apparaît qu'en 1976, est rendue par des faisceaux de lignes multicolores, superposés avec beaucoup de recherche. Invoquons enfin, que toutes les nuances, des plus vives au plus ténues, qu'elles soient obtenues au « Bic » ou par des rehauts de crayon, de pastel ou de gouache, dérivent du spectre de la flamme. Ce flamboiement des tons, digne parfois, de William Blake, leur sauvage délicatesse, leur violence sophistiquée, d'une part, la complexité des schémas graphiques, d'autre part, ne semblent justiciables, ensemble, d'aucune école d'art contemporain.
D’audaces subtiles en raffinements de provocation, Luc Gazon se joue des influences, les dépasse sans vraiment les renier, les plies à des exigences stylistiques personnelles, qui sont les fondements les plus constants et les plus convaincants de son art. Il n'est pas sûr que toutes ses idées soient à l'abri de reproches, quant à leur effronterie ou leur candeur.
Corrélativement, elles ne peuvent paraître que moins frelatées. Par ailleurs, Luc Gazon jouit incontestablement de son travail ''comme d'une possession naturelle'' (...), comme d'un de ces modes de vie et d'expression'', selon le mot de Rilke dans la première de ses Lettres à un jeune poète. L'écrivain a-t-il raison d'ajouter qu' ''une œuvre d'art est bonne quand elle est née d'une nécessité, (...), qui pousse ses racines au plus profond du cœur'' ? Au moins un tel besoin semble-t-il garantir à la production de Luc Gazon, même en son début, l’authenticité et l'intégrité de sa force d’interpellation.

Jean-Patrick Duchesne - Docteur en histoire de l'art et en archéologie de l'Université de Liège.
Art&Fact Numéro 1/1982

Photos de luc gazon

  • Ajouter des photos
  • Afficher tout

Mur de Commentaires(4 commentaires)

Vous devez être membre de Arts et Lettres pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Arts et Lettres

Le 24 avril 2021 à 10:27, SERGE TENEZE a dit...

Merci Luc.

Au plaisir,

Serge

Le 28 mars 2021 à 15:52, François Speranza a dit...

Cher Luc Gazon,

Désolé de ne vous répondre que maintenant.

je vous remercie pour l'amitié que vous me proposez. 

Au premier coup d'oeil sur votre diaporama, on remarque  l'excellente "agressivité" de votre coup de crayon, en ce qui concerne vos dessins. Tandis que concernant votre peinture, la première chose qui saute aux yeux c'est la pouvoir de la lumière qui donne un éclat sans pareil à vos couleurs. Vos thèmes concernant votre production (dessin et peinture) sont également fort intéressants. Je ne peux que vous féliciter pour votre travail.

Au plaisir de vous lire,  

François

Le 23 mars 2021 à 13:39, Lansardière Michel a dit...

Merci à vous. Heureux de découvrir votre oeuvre., le réseau s'enrichit de telles rencontres.

Le 22 mars 2021 à 10:23, Danielle Davin a dit...

Hello Luc Gazon ! J'apprécie la forte ambiance de vos œuvres.

 
 
 

L'inscription sur le réseau arts et lettres est gratuite

  Arts et Lettres, l'autre réseau social,   créé par Robert Paul.  

Appel à mécénat pour aider l'éditeur de théâtre belge

Les oiseaux de nuit

   "Faisons vivre le théâtre"

Les Amis mots de compagnie ASBL

IBAN : BE26 0689 3785 4429

BIC : GKCCBEBB

Théâtre National Wallonie-Bruxelles

Child Focus

Brussels Museums

      Musée belge de la franc-  maçonnerie mitoyen de l'Espace Art Gallery

Les rencontres littéraires de Bruxelles

Les rencontres littéraires de Bruxelles  que jai initiées sont annulées sine die. J'ai désigné Thierry-Marie Delaunois pour les mener. Il en assurera également les chroniques lors de leur reprise.
                Robert Paul

      Thierry-Marie Delaunois

Billets culturels de qualité
     BLOGUE DE              DEASHELLE

Quelques valeurs illustrant les splendeurs multiples de la liberté de lire

Sensus fidei fidelis . Pour J. enlevée à notre affection fin 2020

Bruxelles ma belle. Et que par Manneken--Pis, Bruxelles demeure!

Menneken-Pis. Tenue de soldat volontaire de Louis-Philippe. Le cuivre de la statuette provient de douilles de balles de la révolution belge de 1830.

(Collection Robert Paul).

© 2021   Créé par Robert Paul.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation